Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Photos de sorties de l'association VIVARMOR NATURE
  • : Découvrir la nature en Bretagne avec l'association Vivarmor Nature (10 boulevard Sévigné - 22000 SAINT-BRIEUC)
  • Contact

Profil

  • GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature)
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite.
 Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite. Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature

Texte Libre

Recherche

8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 23:10

Le mercredi 11 février 2009, le groupe "Patrimoine géologique 22" (qui s'est formé il y a une dizaine d'années au sein de Vivarmor Nature) a invité Jean-Laurent MONNIER, un éminent spécialiste (originaire de St-Brieuc et membre depuis longtemps de notre association), à venir nous parler du quaternaire visible à l'est de la baie qu'il connaît particulièrement bien pour y avoir consacré l'essentiel de ses recherches depuis les années 1970.


La sortie commence à l'Hôtellerie (Hillion). La falaise visible ici est "parlante" et permet à notre guide de nous donner un premier aperçu des principaux évènements qui y ont laissé une trace : ancienne plage avec sable et galets - formation des limons et loess - sols polygonaux formés sous l'action d'un gel intense et prolongé... Il y a cependant une importante lacune entre les formations anciennes (de -350.000 à -130.000 ans) qui forment la moitié inférieure de la coupe et les formations récentes qui commencent avec le dépôt de loess de couleur claire (et qui elles débutent à -18.000 ans)...ce qui s'est passé pendant tout ce temps (entre 18.000 et 130.000 ans donc), il faut donc aller le voir ailleurs...


...et ailleurs, c'est d'abord à l'ouest de la Pointe du Becleu (un endroit qui se trouve non loin de l'entrée du port de Dahouet) où Jean-Laurent à défini le "stratotype" nommé "Formation de la Hauteville". Sur le terrain, cela devient de plus en plus précis : la falaise est examinée du haut en bas et des notions comme celles de "solifluxion", de "limons feuilletés", de "stade isotopique"... sont ici expliquées.


Les amateurs que nous sommes (à l'exception de Jean-Laurent et de ses deux aides), venus avec l'idée d'en savoir un peu plus sur ce qui s'est passé dans la région à l'époque où nos lointains ancêtres commencaient à explorer les lieux, n'en perdent pas une miette... d'autant qu'une petite brochure leur a été distribuée... mais elle est tellement fournie que chacun pour l'instant préfère regarder les choses visibles en falaise... poser des questions... prendre quelques notes pour ne rien oublier...


La coupe suivante se trouve de l'autre côté de la pointe... mais pour l'atteindre, ce n'est pas simple car toute cette pointe a été "privatisée"... et nous devons comme on voit ici prendre des risques (2 participants d'ailleurs ont dû renoncer à mi-parcours...) pour examiner la falaise située à l'est (au fond de ce que l'on nomme l'anse du Becleu) et qui est donc la partie la plus proche de Dahouet.


Sur cette falaise (à l'est de la pointe du Becleu) nous voyons deux "stratotypes" superposés : en effet, en bas, (et les personnes de droite l'examinent) c'est la "formation de la Hauteville" déjà vue... mais au-dessus (là où Jean-Laurent est monté), c'est un second "stratotype" (la "formation de Port Morvan") qui est visible... et dans cette formation il y a des fossiles !


Ces fossiles sont des petits coquillages (terrestres pour la plupart). A Port Morvan même, ils sont maintenant invisibles depuis que les falaises quaternaires de ce secteur ont été enrochées. Ici on les voit encore et voyez que, pour les observer, de près...pour les photographier... certain(e)s n'ont pas hésité à  escalader la falaise à l'exemple de Jean-Laurent qui est monté le premier pour "préparer" les lieux.


Après tous ces efforts, une petite pause permettant à chacun de profiter de son pique-nique, n'avait rien d'immérité ! Par chance le temps était très correct (et même ensoleillé par moment). Nous avions prévu (en cas de pluie) un arrêt à l'abri (au port de Dahouet) mais finalement, nous sommes venus ici, sur le parking de la plage des Vallées, à l'est de la pointe de Piégu (appelée aussi la pointe de Pléneuf). Nous sommes sur l'un des hauts lieux de l'histoire du quaternaire et donc à pied d'oeuvre pour démarrer la seconde moitié de notre sortie.


Nous observons d'abord la falaise située tout près de l'endroit du pique-nique (et des toilettes) : nous sommes ici à l'ouest du petit ruisseau appelé "le Vauclair". Nous examinons des formations récentes, appartenant à la "formation des Sables d'Or" et en descendant nous allons rencontrer des formations plus anciennes. C'est là qu'en 1925 furent découverts : une défense d'éléphant d'abord (ce qui donna l'alerte), puis des dents de chevaux (dont certaines en place sur une machoire) et enfin des restes d'animaux divers. Récemment encore (nous dit Jean-Laurent) des dents de chevaux y ont été trouvées... Malheureusement, il y a quelques mois, des bulls sont venus saccager l'endroit sous prétexte d'enrochements et de protection !


Ici, nous sommes sur les falaises situées à l'est du ruisseau du Vauclair et nous sommes même arrivés assez loin du ruisseau... c'est à dire que nous sommes sur un niveau assez ancien. On voit sur la photo une masse de sable avec des blocs de tailles diverses. Nous sommes au même niveau (explique Jean-Laurent) que celui (à l'ouest du ruisseau) où ont été trouvés les restes de chevaux et d'éléphants. C'est alors que l'une d'entre nous remarque quelque chose de blanc et on creuse prudemment autour de l'objet pour le dégager sans l'abimer...


Voici la trouvaille sortie du sable (qui l'a protégée depuis quelque chose comme 250.000 ans)... On s'apprête à l'emballer consciencieusement dans le sac en plastique avec des indications précises... bien sûr l'objet sera préparé...étudié...au labo... Il est donc trop tôt pour y mettre un nom... mais il est fort possible que Marine tienne en main un os véritable qui, vu sa grosseur, pourrait avoir appartenu à un animal de belle taille ! 


Voici Jean-Laurent devant la falaise de Nantois (de l'autre côté de la petite pointe rocheuse qu limite vers l'est la plage des Vallées). Remarquez au passage l'outil esssentiel du "quaternariste" : avec lequel il "rafraîchit" et prépare pour l'observation la coupe à examiner. Ici, nous explique t-il, il est probable que nous sommes au même niveau que celui dans lequel on a trouvé à Piégu (de l'autre côté de la pointe donc), au cours de la fouille de sauvetage de 1987, des ossements brisés intentionnellement  (voir l'article "Sortie à la pointe de Piégu (Pléneuf Val-André)"). Il s'agit de la "formation de Nantois"


Cette falaise de Nantois est l'une des plus complètes de la région. On y voit en effet (au-dessus de la "formation de Nantois" qui est la plus ancienne) toutes les autres formations précédemment rencontrées. Jean-Laurent une fois de plus paye de sa personne pour nous présenter, à différents niveaux, des coupes caractéristiques.


Le groupe bien entraîné maintenant, ne laisse rien passer. C'est ainsi que nous retrouvons à nouveau des chercheurs en pleine action encouragés... photographiés même... dans leur recherche. Mais de quoi s'agit-il ?


Vu la disposition de la pièce dégagée, ce pourrait être un artefact, cette fois-ci... Nous apprenons cependant que sur l'estran, tout près d'ici, des ossements de bison ont été dégagés. Alors, attendons les conclusions du labo (car bien sûr cet échantillon-ci a été emballé comme le premier pour être examiné de plus près).


Voilà : la journée se termine. Jean-Laurent me confie qu'il adore les journées comme cela sur le terrain. Cette falaise de Nantois (que l'on voit bien ici à l'arrière du groupe) il la connaît dans ses moindres détails. Il l'a vue reculer d'années en années (à sa base, une très ancienne plage fossile par ex. a disparu) mais de nouvelles découvertes peuvent aussi apparaître... Il faut donc connaître et surveiller les lieux... Il faudrait aussi expliquer aux "enrocheurs" et "interventionnistes" de tout poil de ne pas y faire n'importe quoi sans l'avis des scientifiques compétents : il y a eu tant de sites déjà saccagés !


C'était la 39ème sortie du groupe "Patrimoine géologique 22". Si j'ai le temps, je mettrai sur le blog (maintenant que c'est possible) un petit aperçu des 38 sorties précédentes. Bien sûr nous n'avons pas chaque fois un éminent spécialiste à nos côtés ! La prochaine sortie par exemple se fera entre nous le samedi 9 mai 2009 dans la région de Paimpol...

Repost 0
3 juin 2008 2 03 /06 /juin /2008 14:29

 

Le ciel n'était pas avec nous. Nous avions pourtant une expo très complète sur la géologie du Mené et des Côtes d'Armor. Mais le samedi pour l'excursion, il pleuvait des cordes et le dimanche il y avait également peu de monde...
L'affiche (oeuvre de Jean-Claude MICHEL) était pourtant attractive !

Dans la salle des fêtes du Gouray...

... nous avions installé, le vendredi, une superbe expo sur la géologie locale...

... avec aussi des roches, minéraux et panneaux sur la géologie des Côtes d'Armor.

Mais le samedi, au départ de la balade...

... il fallait beaucoup de courage et un bon équipement...

... pour atteindre les sommets du granite de Moncontour...

...et ramener quelques échantillons de ce granite reconnaissable à ses nombreuses macles, avec parfois des enclaves (les "crapauds" des carriers).

Malgré le temps, la bonne humeur est manifeste !

Le samedi, nous étions une quinzaine (ici une partie du groupe pose pour la presse locale)...

... bien à l'abri, à l'intérieur de la salle des fêtes du Gouray.

Le dimanche le public n'était toujours pas très nombreux et pourtant le temps (meilleur que la veille) nous a permis de faire une seconde sortie sur le terrain.

Le samedi 13 juin 2009, une sortie géologique (toute la journée - avec pique-nique) est à nouveau prévue dans le Mené (voir programme Vivarmor 2009). 

 

Repost 0
Vivarmor Nature - dans géologie
commenter cet article
10 janvier 2008 4 10 /01 /janvier /2008 12:18

Le groupe "Patrimoine géologique 22" existe depuis la fin de l'année 1999 et a commencé en 2000 à faire des sorties dans le but de faire mieux connaître les principaux sites géologiques de la région.
Voici un petit aperçu des 38 premières sorties du groupe .


C'est dans l'estuaire du Jaudy, sur la rive ouest, à la pointe de Pen Palluc'h (et à marée basse) que les premiers adhérents du groupe PG22 se prosternent et s'interrogent devant les plus vieux terrains qui soient (environ 2 milliards d'années) : nous sommes le 6 mai 2000...


... et c'est ce mélange d'amphibolites (sombres) et de gneiss (plus clairs) de l'Icartien que nous examinons en détail pour essayer de comprendre sa mise en place. L'Icartien, nous y reviendrons plus loin !


Au début, nous n'hésitions pas à sortir un peu du département : nous sommes ici reçus par Jean PLAINE au musée de l'Institut de géologie de la fac de Rennes (Beaulieu) où les tableaux de Mathurin MEHEUT et de Yvonne JEAN-HAFFEN...

 

 

... mais aussi l'abondante collection de roches et minéraux... ne laissent personne indifférent !


C'est pourquoi nous y sommes revenus par la suite (en 2006 précisement... et en plus grand nombre !)...


... car on ne lasse jamais d'explorer avec Jean PLAINE les hauts lieux de la géologie du Massif Armoricain dont proviennent les multiples échantillons rassemblés ici !


Puisque nous sommes en Ille et Vilaine, restons-y... le temps de cette quatrième sortie du 27 juin 2001...


... nous visitions en effet ce jour là les carrières du Rheu (près de Rennes) où la Société Rennaise de Dragages exploite des sables rouges du Pliocène (avec aperçu par endroits du Rédonien situé juste en dessous).


Mais pourquoi aller si loin ? Il y a suffisamment à découvrir dans le 22 ! Et d'ailleurs désormais nous n'en sortirons pratiquement plus... Ici nous sommes à la pointe d'Erquy, à la limite entre un filon de dolérite (à gauche) qui s'est mis en place dans les formations rouges (à droite on voit bien le "miroir de faille"en bordure du filon).


On ne peut faire une sortie géologique à Erquy sans faire un tour (à marée basse !) à la pointe de La Heussaye pour observer les formations volcano-sédimentaires du Briovérien : ici, Christophe NOBLET nous explique la différence entre stratification et schistosité...


... mais bien sûr pas question d'explorer la pointe de la Heussaye sans s'intéresser aux "laves en coussins" que l'on voit ici au premier plan, intercalés dans des formations sédimentaires (redressées à la verticale) que l'on voit au fond.


Après Erquy, c'est Brigitte JACOB qui nous reçoit dans la région de Callac, le samedi 15 décembre 2001, pour notre septième sortie...


...après les "laves en coussins" de Lohuec, voici les amphibolites à grenats de Calanhel...


 ... ainsi que quantité d'autres minéraux que des minéralogistes, connaissant bien le secteur, nous font découvrir.


Le 23 mars 2002, nous voici dans la région de Ploumanac'h. C'est donc notre huitième sortie...

 

 

... ce n'est pas seulement de granite rose dont il est question : notre guide Xavier LE GAL nous fait découvrir quantité d'autres choses !


Ensuite, pour notre neuvième sortie, c'est Michel BALLEVRE qui est venu nous parler des formations du fond de la baie de St-Brieuc. Ici, nous sommes à Fontreven...


 ... non loin de ce premier arrêt, ce sont des poudingues comparables aux poudingues de Cesson mais très déformés et que l'on trouve entre l'Hôtellerie et St-Guimond...


... et pour terminer nous voici sur des formations sombres en enclaves dans la "formation de Morieux", non loin de la diorite (variété trondhjémite) de St-Maurice (Pentévrien).


Pour notre dixième sortie, le 13 juillet 2002, c'est Jean-François HERRY qui nous fait découvrir les carrières de kaolin de Quessoy...


...avant de nous parler de l'origine, du traitement, de l'utilisation... du produit par la SOKA.


Le 14 septembre 2002, voici le groupe (qui s'est étoffé entre temps) revenu à ses premières amours : l'Icartien ! C'est toujours Colette LERICHE qui est notre principale guide...


...après Port Béni (photo précédente), elle nous fait découvrir ici le site (et les gneiss) de Gouermel...


... une sortie classique donc (par rapport à la première). Après Port Béni et Gouermel, le groupe en effet ira voir la pointe de Bihit à Trébeurden et le site du Ranolien en Ploumanac'h... mais auparavant nous faisons ici un petit arrêt fort agréable... et je me souviens que c'est au cours de celui-ci que Michel BOIVIN nous a parlé de l'île St-Gildas où l'association a fait l'année suivante une sortie inoubliable. Comme quoi la géologie... cela mène à tout !


Le 5 octobre 2002, pour notre douzième sortie, Gilles MARJOLET nous a parlé d'hydrogéologie dans la région de la Noé Seiche (commune du Foeil près de Quintin)...


... où nous furent présentées toutes sortes d'installations... en particulier, ce jour là nous avons découvert, en examinant les enregistrements de nombreux  piézomètres, l'existence des "marées terrestres".


C'est la région de Dolo et de Rochereuil (photo suivante) que nous avons choisie pour notre treizième sortie le 11 janvier 2003 sur une idée de Xavier LE GAL qui avait remarqué en passant dans le coin des formations curieuses comme celles que l'on voit ici...


... ou encore celles qui forment ce superbe paysage : des grès sur la hauteur, des schistes (avec des fossiles...rares cependant : nous n'avons trouvé que des graptolites !) en bas, au niveau de l'étang. 


C'est encore Michel BALLEVRE qui nous guide le samedi 22 février 2003 pour notre quatorzième sortie consacrée à l'étude du Pentévrien entre Port Morvan (dont on voit ici les gneiss datés à -746 millions d'années) et Jospinet (photo suivante)...


... c'est ici, à l'ouest du port de Jospinet, que Jean COGNé a soupçonné l'existence de formations plus anciennes que le Briovérien auxquelles il a donné le nom de Pentévrien (du nom de la région du Penthièvre où nous nous trouvons). 


Ici nous examinons la formation du Légué, au niveau de la pointe de St-Laurent...


...pour y découvrir de superbes déformations. C'est ce jour là aussi que nous avons cherché en vain les "laves en coussins" de la pointe du Roselier mais ce n'est que partie remise !


Le 14 juin 2003, Colette LERICHE nous a entraînés en différents points de cette région aux alentours de Mur de Bretagne...


... où, en plus de ampélites pyriteuses examinées ici, nous avons pu voir les fameux schistes à andalousite (variété chiastolite) de l'étang des Salles de Rohan, les quartzites à grenats de Plélauff, etc...


Le 30 août 2003, pour notre dix-huitième sortie, nous avons examiné les formations briovériennes de la côte allant de Trédrez ("formation de Plestin les Grèves")...


... vers le port de Locquémeau ("formation de Locquirec" dont on voit à l'arrière du groupe les "tufs acides et schistes verts")


Les plissements dans les roches sédimentaires de la formation de Binic se voient bien ici au niveau de la plage du Moulin entre Etables et St-Quay Portrieux...


...et vous voyez ici les diférents aspects que peut prendre la diorite du massif de St-Quay. 


Nous voici maintenant en baie de la Fresnaye, sur la plage de Chateau-Serein : quand ils ne sont pas recouverts par le sable, on voit bien les "coussins de lave" ci-dessus...


... et plus loin, en allant vers le Fort La Latte, on remarque dans la diorite des masses plus sombres qui correspondent à un magma plus basique.


Nous sommes le 6 mars 2004 et le groupe effectue sa vingt-et-unième sortie. Nous sommes dans le Trégor (photo ci-dessus)...


...et, ensuite, dans la vallée du Trieux (sur les grèves de Keralain), où nous découvrons ces superbes cristaux d'amphibole (hornblende).


Entre la célèbre plage Bonaparte où le groupe arrive (enmené par Xavier LE GAL)...


... et Bréhec où des traces de vagues vieilles de 470 millions d'années nous attendent... nous avons découvert une grande variété de roches et minéraux le 24 avril 2004 à l'occasion de notre vingt-deuxième sortie.


Autour du massif de Bécherel, il y a beaucoup de choses à voir : depuis le filon de quartz de Guenroc (sur lequel le groupe se trouve ici)...


... jusqu'aux faluns de Tréfumel St-Juvat utilisés ici comme "pierres de jauge"... en passant par de nombreuses carrières avec métamorphisme de contact... C'est là qu'a eu lieu notre vingt-troisième sortie le samedi 30 octobre 2004.


Descendre dans l'Anse des Sévignés (entre le cap Fréhel et Le fort La Latte) et à partir de là explorer les différentes formations géologiques jusqu'à la pointe de Chateau Renard, n'est pas de tout repos et ne peut se faire sans consulter l'horaire des marées ! Mais cela laisse des souvenirs inoubliables : ce filon de dolérite (vu juste au bas de la descente)...


... et ces "conglomérats lie de vin" (aperçus un peu plus loin)... ne sont que 2 exemples parmi beaucoup d'autres... de ce que nous avons vu le samedi 30 octobre 2004, lors de notre vingt-quatrième sortie.


Pour notre vingt-cinquième sortie, le samedi 12 février 2005, nous avons remonté la vallée de la Rance entre Langolay et La Richardais et avons fait un dernier arrêt à St-Briac. Cela nous a permis de voir toute la série des roches métamorphiques : du micaschiste que l'on voit ici...


... jusqu'aux migmatites (photo ci-dessus) et granites d'anatexie, qui sont le terme ultime des transformations subies par les roches sédimentaires du briovérien suite à un métamorphisme régional de plus en plus poussé.


Nous voici dans l'énorme carrière de Tressigneaux : une gigantesque excavation ouverte dans les amphibolites de Lanvollon...


... une roche très sombre (dont on voit ci-dessus un gros plan) et que l'on retrouve en enrochements un peu partout. Xavier LE GAL (notre guide pour cette vingt-sixième sortie) nous a aussi montré les leptynites (qui accompagnent ces amphibolites) ainsi que les "métagabbros de Squiffiec". 


Pour notre vingt-septième sortie, Gilles MARJOLET nous a proposé (le samedi 16 avril 2005) une étude de l'hydrogéologie des Monts d'Arrée. Nous voici donc encore (exceptionnellement !) sortis du 22 pour arriver cette fois dans le 29... Ce fut une superbe balade où il fut question bien sûr des nappes aquifères mais avec des vues grandioses sur de magnifiques paysages et monuments divers comme ici l'allée couverte du Mougau dans les environs de Commana...


... en fin de parcours, on voit ci-dessus notre dernier arrêt : nous sommes (vous l'avez sans doute reconnu) en train d'escalader les granites du Huelgoat (chaos du Moulin, rocher du Diable, roche tremblante...)  Entre temps des ardoisières, des captages, le sommet de St-Michel de Braspart, les tourbières du Yeun Ellez...furent visités...et commentés. 


Pour notre vingt-huitième sortie, le 25 juin 2005, nous sommes dans la région de Locquirec, à la découverte de l'Icartien (une fois de plus) et du Briovérien...


...cet orthogneiss, par exemple (traversé par un filon d'aplite) rappelle tout à fait celui que l'on observe à Port Béni, où il a été daté à 2 milliards d'années.


Nous débutons notre vingt-neuvième sortie en observant les gneiss de St-Cast (comme ceux qui ont servi à ériger ce monument à N.Dame de la Garde) et les nombreuses zones de cisaillement qui les affectent...


Nous pique-niquons au soleil, dans un site superbe aux alentours de chateau du Guildo... dont nous examinons les sous-bassements en micashistes et gneiss avec filon de dolérite (mais la dolérite la plus célèbre de la région, nous la verrons en fin de sortie de l'autre côté de l'Arguenon)...


Nous voici maintenant à l'extrémité de la presqu'île de St-Jacut (au voisinage de l'île des Ebihens). Des gros cristaux de tourmaline y ont fait longtemps la joie des collectionneurs de minéraux (qui ont complètement pillé le site). Il reste cependant ces grosses macles de feldspahs...


...s
ur un autre îlot, ce sont des grenats (comme ceux que l'on voit ici) qui sont abondants dans le granite local... et bien sûr il y a autour de cette pointe de St-Jacut toute une variété de roches métamorphiques (des migmatites principalement).


Les dolérites célèbres dans la région sont celles que nous montre ici Ange RENOUARD : ce sont les "pierres sonnantes (PS !) du Guildo.


Sur le Sillon du Talbert (que nous explorons ici le 24 juin 2006)...


... c'est fou tout ce que l'on peut rencontrer comme galets provenant des formations géologiques voisines du Sillon (voir schéma) ou parfois de formations plus lointaines encore.


Les "laves en coussins" de la pointe du Roselier (témoins d'un volcanisme sous-marin à grande profondeur) que nous n'avions pas trouvé lors d'une précédente sortie, les voici ! C'est le 9 septembre 2006 que nous les localisons présisément, au cours d'une sortie entre cette pointe du Roselier et les Rosaires.


La sortie du lundi 6 novembre 2006 vit un petit groupe profiter d'une grande marée pour faire le tour complet de la presqu'île d'Hillion...


...avec la découverte ici aussi (non loin de la plage de Lermot) de "laves en coussins"

On voit sur cette photo le "linéament quartzeux" qui s'étend sur près de 40 kilomètres entre la région de Plédran et les environs de Moustéru et que Jean-Paul BARDOUL nous a fait découvrir en détail, le 7 avril 2007 au cours de notre trente-quatrième sortie.


La sortie suivante (la trente-cinquième donc) nous fit découvrir les principales formations géologiques du Mené...


... avec (en finale), cette petite pause dans un bistrot de Moncontour.


Trente-septième sortie : étude des formations volcaniques de la région de Plouézec...


...avec, en finale, un arrêt chez Michel LE PEUCH qui habite le secteur et nous montre des échantillons de roches et minéraux récoltés par lui dans la région.


Nous voici lors de notre trente-huitième sortie le jeudi 5 juillet 2008 : nous sommes aux Vallées pour observer la microdiorite de la pointe de Piégu et les deux formations qui l'encadrent (dans le temps) : le briovérien d'Erquy-Lanvollon et les conglomérats qui sont à la base de la série rouge d'Erquy-Fréhel. C'est ce jour là que nous avons aussi observé les formations quaternaires du lieu... et que nous avons décidé de faire appel à Jean-Laurent MONNIER pour en savoir davantage... d'où notre 39ème sortie qui figure en détail sur le blog... et qui m'a incité à parler de ces 38 premières sorties.

Pour les sorties suivantes : voir le blog (catégorie géologie)

Repost 0
15 décembre 2007 6 15 /12 /décembre /2007 21:21

Le samedi 15 décembre Vivarmor organisait 2 sorties (l'une en car à Silfiac et l'autre à Port-Martin, comme indiqué dans le programme 2007).
C'est cette seconde sortie qui est commentée ici. Elle a permis à 26 personnes de découvrir les  roches anciennes entre Port-Martin et les Rosaires.
Eric MELOU vient de m'envoyer des photos prises par lui (voir plus loin)
Lundi, c'est Monique KUBIAK qui me fait, elle aussi, parvenir une trentaine de photos. Faute de place, je dois y faire un tri : j'ai choisi quelques gros plans (voir à la fin)

Voici les participants au départ...

... et quelque temps après, faisant un petit tour en direction d'abord de la pointe du Roselier.

Ici nous sommes face à la faille de Port Martin
(en réalité c'est une zone faillée de plusieurs mètres de large).

Puis nous observons les déformations dans les méta-sédiments. On voit Monique KUBIAK (en rouge) prenant une photo qui vous est présentée plus loin.

Voici la seconde faille (zone faillée ici aussi) : celle des Rosaires

A la base de la série de Binic, voici un conglomérat qui ressemble beaucoup à ceux de Cesson ou d'Hillion.

Dans la falaise, comme ici...

... les déformations de galets sont bien visibles.

Pas de doute : les huitres adorent, elles aussi, les formations de Binic !...

... même si ce n'est pas l'aspect de ces "pélites" et leur "linéation d'étirement" qui les motivent pour s'y accrocher ... elles laissent cela aux géologues.

Voici les photos d'Eric MELOU que je remercie car, étant animateur de la sortie, je n'ai pu en faire beaucoup moi-même.

J'ai un pied (droit) sur les amphibolites (roches sombres) et un pied (gauche) sur les leptynites (roches claires). Ce sont les deux formations que nous avons rencontrées au départ.

La roche située au premier plan fait partie de l'enrochement qui protège les propriétés privées juste à gauche de Port Martin en allant vers les Rosaires. Une chance : c'est de l'amphibolite elle aussi !

Il y a beaucoup à voir et à photographier...

... au fur et à mesure que nous  allons vers l'Ouest.

Voici le groupe étudiant la première faille (celle de Port Martin)

Maintenant nous sommes  sur la formation où se voient les "méta-sédiments" ...

...dont j'explique ici les caractéristiques.

Voici la seconde faille : celle dite "des Rosaires"

Le groupe examine ici les déformations des conglomérats (poudingues) dont j'ai déjà parlé...

... et que l'on voit à nouveau sur cette photo.

La sortie se termine à cet endroit (le Rocher des Tablettes) d'où l'on voit l'ensemble de la station des Rosaires. Je me trouve près d'un filon (sans doute de la rhyolite) dont la teinte rosée contraste avec les formations sombres de la série de Binic.

Voici le retour vers le parking d'où nous sommes partis. La photo permet en plus de repérer les zones faillées : elles correspondent sur l'estran aux bandes ensablées.

Voici quelques gros plans d'après les photos envoyées par Monique KUBIAK

Dans les amphibolites, une petite faille : l'eau en s'y infiltrant a altéré la roche. Les amphibolites sont riches en minéraux ferro-magnésiens (c'est ce qui leur donne leur aspect sombre). Le fer se combinant avec l'oxygène (apportée par l'eau) donne la couleur jaunâtre (caractéristique des oxydes ferriques formés sous climat tempéré).

Au niveau de la faille de Port Martin, dans les zones charbonneuses noires, il y a de minuscules cristaux de pyrite (sulfure de fer). Par altération se forme du soufre...

... que Monique a photographié ici en gros plan.

Nous sommes un peu plus loin dans les méta-sédiments. Voici une photo qui montre bien les plissements (soulignés par le filon de quartz) dans ces roches. Sur une de mes photos (la quatrième) on voit Monique prenant cette photo.

Voici un autre plissement (à plus grande échelle) : il est pris sur l'estran au niveau de la seconde zone faillée (faille des Rosaires).

Au niveau de la seconde faille encore, ce gros plan montre bien les différentes formations et leur aspect laminé.

Voilà. Cette sortie était la dernière du programme 2007. Le programme 2008 est sous presse (les adhérents le recevront avec le prochain Râle d'eau, début Janvier). Dans cet envoi de janvier, il sera question aussi du festival Natur'Armor (troisième édition !) qui aura lieu à Lannion.


Repost 0
Michel guillaume - dans géologie
commenter cet article