Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Photos de sorties de l'association VIVARMOR NATURE
  • : Découvrir la nature en Bretagne avec l'association Vivarmor Nature (10 boulevard Sévigné - 22000 SAINT-BRIEUC)
  • Contact

Profil

  • GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature)
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite.
 Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite. Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature

Texte Libre

Recherche

30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 20:46

Grâce à Monique KUBIAK, nous avons découvert le samedi 29 juin 2013, en baie de Lannion, des formations géologiques remarquables.

 

Merci à Michel LALOI et Guillaume LESAGE dont les photos complètent les miennes 

 

 

01

Premier arrêt à St-Efflam...

 

 

02 ... où Monique KUBIAK informe le groupe...

 

 

03

 ... sur les formations briovériennes visibles ici : des schistes avec de nombreux filons de quartz...

 

 

03A

 ... dont certains sont plissotés (plis ptygmatitiques) par suite d'un raccourcissement dû à une compression de la roche encaissante.

 

 

04A

 Dans d'autres filons on voit des cristaux de quartz bien formés, ce qui veut dire que la cassure était suffisamment large pour permettre à la silice déposée par l'eau sur les 2 parois de cette cassure de former des cristaux sans rencontrer d'obstacle. Cela se passait bien sûr à quelques kilomètres de profondeur... 

 

 

04

 ...nous sommes en effet ici sur la formation briovérienne dite "de Plestin les Grèves" dont l'âge est estimé à 585 millions d'années environ... et qui a donc subi 2 orogénes (formations de chaînes de montagnes) : l'orogène cadomien et l'orogène hercynien.  

 

 

05

 Les schistes ardoisiers de cette formation ont été exploités depuis le 18ème siècle jusque 1918... et ont servi bien sûr pour les constructions locales comme le toit de cette fontaine...  

 

05A

 ...et encore les murs aux alentours.

 

 

04B

 Lady Mond elle (voir dans "sorties 2012" notre sortie à Belle Isle en Terre)... avait les moyens de faire venir des roches de beaucoup plus loin... mais elle appréciait manifestement cet endroit proche des carrières puisque c'est là qu'elle a fait construire sa villa en bord de mer  !

 

 

06

 Second arrêt : nous arrivons au voisinage du "Grand Rocher", dans un endroit où il y a depuis quelque temps un important désablage.

 

 

07

 C'est ainsi que l'on peut voir d'anciens déblais de carrières...dont certains fort intéressants comme celui qui se trouve au centre de la photo... 

 

 

07A

 Parmi ces déblais en effet...

 

.08

... si certains retiennent l'attention...

 

 

09  ... et intéressent les photographes...

 

 

10

 ... c'est parce qu'ils contiennent (et parfois en abondance) un minéral bien reconnaissable...

 

 

11 ... des mâcles de "chiastolite" (une variété d'andalousite)...

 

 

12

 ... tout à fait comparable à ce que nous avons vu dans la région de Mur de Bretagne ou encore à Glomel où on les exploite (sous le nom de "guerphalite") pour la fabrication de produits réfractaires... trouver des "schistes à chiastolite" de cette qualité ici (c'est ce que vient de faire Monique Kubiak il y a quelques mois) fournit donc une indication précieuse sur l'âge (ordovicien) de cette formation.

 

 

13 Comme les "schistes à chiastolites" voisinent avec les grès-quartzites du "Grand Rocher"...

 

 

14 ... nous nous lançons dans l'escalade de celui-ci... avec un premier arrêt au niveau de la grotte à chauve-souris que l'on voit ici.

 

 

15

 Si les schistes sont ordoviciens cela veut dire que le grès du "Grand Rocher" est du "grès armoricain"...

 

 

16 ... or au sommet du grès armoricain (dans le synclinorium médian) il y a des intercalations de schistes à chiastolites par endroits... et effectivement nous découvrons la même chose ici !

 

 

 17

 Arrivés au sommet une bonne partie du groupe contemple assis...

 

 

17B ... le magnifique panorama qui s'étale sous nos yeux (ici en direction de St-Michel en Grève)...

 

 

17A

 ... et ici en direction de la plage où nous étions tout à l'heure à examiner les "schistes à chiastolites".

 

 

18

 Cependant des photographes du groupe prospectent pendant ce temps là...

 

 

19 ... et nous signalent sur cet éperon rocheux... un endroit où, sur une cassure parmi des schistes incorporés dans le grès,...

 

 

20

 ... des niveaux à chiatolites se distinguent...  identiques à ceux que nous avons repérés dans la montée... ce qui confirme bien que nous avons ici (au voisinage de formations briovériennes de 600 millions d'années environ) des formations de 470 à 460 millions d'années ! 

 

 

21

 Aussi c'est très satisfait que le groupe fait en revenant au point de départ ce petit arrêt de réconfort !

 

 

22 Nous reprenons les voitures ensuite, direction St-Michel en Grève...

 

 

23 ... puis Toul Ar Vilin, où nous faisons un dernier arrêt... le groupe examine ici la carte du coin récemment éditée par Ifremer.

  

 

 24

 Monique KUBIAK a tenu à nous montrer ce site...

 

 

25

 ... car les enrochements d'une part et l'ensablement rapide de la plage d'autre part... risquent de faire disparaître les affleurements géologiques qui restent (beaucoup n'étant déjà plus visibles).

 

 

26

 Ce serait bien dommage car dans ces formations (datant comme les "schistes à chiastolites" et les "grès armoricains") de l'ère primaire (ordovicien sans doute)...

 

 

27 ... il y a des figures bien particulières comme celles que l'on voit ici...

 

 

27A

 ... ainsi qu'en plusieurs endroits... parfois recouverts d'algues vertes !

 

 

28

 De telles déformations sont connues sous le nom de "kink bands"...

 

 

29

 ... mais il est rare de les voir aussi bien marquées (et aussi photogéniques) qu'ici !

 

 

30

 Une autre formation visible un peu plus loin risque de disparaître elle aussi ...

 

 

31 ... ce sont ces "grès feldspathiques" fortement déformés... la cassure remplie de quartz elle est plus récente...

 

 

32

 Cette importante déformation donne des figures remarquables...

 

 

33

 ... que pour ma part je n'ai encore vues nulle part ailleurs... et qui risquent de devenir rapidement invisibles !

 

 

34

Le groupe fait maintenant un petit "arrêt-goûter"... merci à celles qui ont amené des gateaux !...

 

 

35

 ... avant d'aller examiner la formation qui commence de l'autre côté de Toul ar Vilin.

 

 

36

 Nous retrouvons ici la formation briovérienne de Plestin les Grèves... celle que nous avons examinée de l'autre côté de la baie à St-Efflam... Jacques BERTHOLET nous en explique en détail les déformations par plissements...

 

 

38

 ... qui sont bien visibles en plusieurs endroits.

 

 

37

 Monique aussi nous fournit maintes explications sur ce qui est visible ici... tout en ménageant ses forces !

 

 

39

Revenant vers les voitures (il est près de 19h.30 !), nous remarquons cette charmante construction...protégée maintenant de la mer par un enrochement conséquent...avec un intérêt particulier...

 

 

40

 ... car elle est construite à l'emplacement de cette ancienne masure des années 1900-1920... où habitait une vieille femme (Jân Gloadez) que l'on voit sur la photo, vivant avec ses enfants de quelques patates, du lait de ses chèvres... et des récoltes de crevettes que ses filles allaient pêcher... Quel contraste avec la demeure de Lady Mond de l'autre côté... toutes les deux cependant sur la même formation géologique : le "briovérien de Plestin les Grèves") !...

 

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 20:32

Pour la 55ème sortie du groupe "P.G.22" nous avons eu un temps superbement ensoleillé. Le temps (chrono) par contre nous a manqué pour tout voir. Comme nous étions tributaires de la marée nous avons dû, après la baie de La Fresnaye, aller au Guildo puis à St-Jacut ; nous sommes revenus vers St-Cast à marée montante et avons dû abréger la visite des mylonites au niveau de la pointe de la Garde et du port de St-Cast car l'heure était déjà bien avancée.

Voici ce que nous avons vu (dans l'ordre où logiquement nous aurions dû le voir) :

 - des schistes avec bancs de phtanite et niveaux graphiteux

 - des filons de dolérite plus ou moins altérés

 - des gneiss et micaschistes

 - des métatexites

 - des diatexites et granites d'anatexie

 - des mylonites dans une zone de cisaillement.

Voici des photos prises au cours des différents arrêts et je remercie tous les auteurs de ces différents clichés (ajoutés aux miens) : Colette LERICHE, Monique KUBIAK, Michel LALOI, Louis LE NORMAND.

 

 

Premier arrêt : la baie de La Fresnaye

 

01Les voitures sont garées près de l'ancienne gare du petit train (tout à fait à gauche sur la photo)... et le groupe traverse la route pour passer côté mer... Quand je vous disais qu'il faisait un temps superbement ensoleillé... cela ne veut pas dire (comme l'indiquent les tenues) un temps très chaud cependant !

 

 

02

 A l'arrière du groupe , le village de Port à la Duc (côté Fréhel)... le relief que l'on voit (voir aussi la photo suivante)... marque la limite sur le plan géologique entre l'unité de St-Brieuc et l'unite de St-Malo...

 

 

03

 Nous voici arrivés aux premières formations... à l'arrière (sur la gauche) la pointe du Fort La Latte marque la limite entre les deux unités géologiques dont je viens de parler.

 

 

04 Utilisant différents documents (ici un extrait de la carte géologique au 1/320.000 du massif armoricain), je fais un premier point pour que chacun s'y retrouve.

 

 

05 Sous nos pieds on voit bien les deux types de roches que nous allons voir en place un peu plus loin : des schistes (altérés) et en noir de la phtanite.

 

 

06

Les schistes se voient ici en fines couches aussi bien dans la falaise que sur l'estran.

 

 

10 Les dépôts originels étant de composition légèrement différente on a une alternance de couches plus ou moins claires.

 

 

08 Parfois s'y intercalent des niveaux plus massifs...

 

 

07

 ... que l'on devine également ici... ce sont des dépôts initiaux de sables très fins... parmi les dépôts de vases.

 

 

11 D'âge briovérien moyen (aux environs de 600 millions d'années)... ces dépôts ont été affectés par une première chaîne de montagnes (orogène cadomien)... ils se sont retrouvés à une grande profondeur (environ 4 kilomètres)...

 

 

12

 ... d'où les nombreux plissements...

 

 

14 ... et déformations de ces sédiments qui sont maintenant devenus des schistes. 

 

15 La partie noire que l'on devine ici en se tournant vers la falaise...

 

 

16

 ... se repère également ici... et l'on voit que ces roches sombres s'intercalent parmi les bancs de schistes...

 

 

17

 Plus résistants cependant que les schistes, ces bancs de phtanite forment des reliefs sur l'estran...ils indiquent que des dépôts siliceux riches en carbone se sont intercalés parmi les vases et sables fins qui sont à l'origine des schistes.

 

 

18  Les zones sombres que l'on voit ici...

 

 

19

 ... contiennent du carbone transformé en profondeur en graphite...

 

 

20

Il faut imaginer que des restes d'êtres vivants (seul des êtres planctoniques existaient à l'époque mais ceux-ci devaient proliférer en cas de conditions favorables) ont été localement piégés parmi les sédiments marins. Les zones plus claires sont riches en soufre (par altération probablement de sulfures de fer).

 

 

Second et troisième arrêts : des filons de dolérite

 

 

21

 Ce premier filon de dolérite très épais se voit parmi les schistes de la baie de La Fresnaye...

 

 

22

 La fracture qui a permis au magma basaltique de monter au travers des schistes est orientée presque perpendiculairement à ces derniers... C'est la mise en place d'une seconde chaîne de montagne vers 300 millions d'années (l'orogène hercynien) qui en est à l'origine.

 

 

23

 Nous avons ici une roche très altérée... la dolérite contient en effet beaucoup de minéraux ferro-magnésiens...

 

 

24

 ... et ceux-ci au contact de l'eau libèrent des oxydes de fer qui se déposent parfois comme ici dans les fissures de la roche. 

 

25 Je montre sur cette carte la grande abondance des filons de dolérite dans la région.

 

 

26

 Nous arrivons maintenant au port du Guildo... dans un endroit célèbre par ses "pierres sonnantes"...

 

 

Boule

 Nous sommes sur un filon de dolérite...avec altération en boules comme on voit ici...

 

 

28

 ... je parle de cette altération en boules dans de précédents compte-rendus (sortie 42 à la Heussaye par ex. ou sortie en baie de St-Brieuc avec la SGMB en 2009)... Lorsque ces boules (comme ici) sont bien isolées du sol...

 

 

29

 ... elles "sonnent" clair quand on les frappe... soit avec un marteau (comme tout bon géologue)... soit avec un bloc de dolérite (comme le faisaient les anciens du coin) !

 

 

30 J'explique ici l'orientation et les caractéristiques du filon... qui longe la rive de l'Arguenon...

 

 

27

 ... perpendiculairement ici aussi aux terrains briovériens... mais les schistes sont devenus des roches migmatitiques (les constituants d'origine ayant fondus en grande partie)... sur cette photo on est même proche d'un granite d'anatexie : tout a fondu sauf quelques minéraux ferro-magnésiens qui forment d'étroites bandes sombres entre les zones claires.

 

 

 Sable noir   On trouve entre les différentes formations visibles ici... des sables noirs (comme à St-Quay par exemple)... ce sont des grains d'ilménite et de magnétite...

 

 

33

 ... leur densité élevée explique leur présence en haut de plage. Sur la photo je montre comment à l'aide d'un aimant distinguer les deux minéraux.

 

 

31

 Sur la rive opposée, on aperçoit le chateau du Guildo (cf Gilles de Bretagne)...

 

 

32

 ... dont les fondations reposent sur les mêmes formations géologiques que celles sur lesquelles nous nous trouvons... avec là aussi un filon de dolérite (qui se situe dans la partie ombrée) : nous avons visité l'endroit en 2005...

 

 

Quatrième arrêt : la pointe de Saint-Jacut

 

 

34

... mais aujourd'hui pas question de s'attarder au chateau... la basse mer est à 16 heures...alors nous filons vers la pointe du Chevet à Saint-Jacut... où nous voici arrivés.

 

 

35  J'explique que nous sommes ici sur des formations assez variées : des roches métamorphiques de type métatexites pour l'essentiel : les parties fondues (le néosome) alternant avec des zones formées de gneiss (le paléosome)...

 

 

 38

 Le tout est souvent très déformé...

 

 

40

 ... comme on voit sur ces photos.

 

 Petite Roche

 L'îlot que l'on voit ici au loin est "la petite roche"...

 

 

41

 ... c'est un pointement granitique... sur lequel maintenant se trouve le groupe...

 

 

42

 ... pour observer (inclus dans le granite) des grenats...

 

 

43

 ... certes plus ou moins altérés...

 

 

43A

 ... mais parfois de belle taille...

 

 

44

 ... comme on voit ici.

 

 

45

 Revenant de "la petite roche' c'est le nom du massif de granite à grenats... et nous dirigeant vers le parking... nous apercevons dans la falaise cet lame claire de pegmatite...

 

 

46

 N'ayant pas eu le temps d'examiner la célèbre pegmatite des Hébihens...nous jetons au passage...

 

 

46A ... un coup d'oeil à celle-ci... reconnaissable à sa couleur claire (avec les métatexites au dessus).

 

 

47

 On n'y trouve pas les énormes mâcles de microcline et les quelques restes de tourmaline des Hébihens... mais les gros cristaux se voient bien cependant...et ici aussi il ya un peu de tourmaline. 

  

 

 Cinquième arrêt : Pen Guen à Saint-Cast

 

 

47A

 Ici (entre la plage de Pen Guen et la pointe de la Garde) la roche est fracturée... et par endroit déformée.

 

 

48 Ce sont des micashistes pour l'essentiel...

 

 

49A  ... passant parfois à des gneiss...

 

 

49

 J'explique ici la différence entre les deux types de roches... différence qui n'est pas dûe à une augmentation du métamorphisme... mais à la compositon initiale des sédiments.

 

 

Sixiéme et dernier arrêt : les mylonites du port de Saint-Cast

 

 

50 Nous sommes ici sur une zone de cisaillement : les roches sont intensément déformées...

 

 

51

 ... elles ont été étirées parfois sur de grandes distances...

 

 

52

 ... comme on voit ici.

 

 

53

 On voit sur cette photo qu'il existe ici deux types de roches dont le comportement est différent : au centre des roches très déformables (de type micaschistes) et de chaque côté des roches grenues (filons de diorite quartzique dit la carte au 1/50.000 de St-Cast).

 

 

54

 Les roches d'origine sédimentaire sont intensément étirées et plissées... et cela se voit bien...

 

 

55

 ... à toutes les échelles.

 

 

56

 Parfois les parties les plus dures (phtanites par exemple) sont réduits à l'état de débris...

 

 

57

 ... come on peut le voir en plusieurs endroits.

 

 58

 Les roches grenues elles sont déformées...

 

 

59

 ... comme on voit ici... où l'érosion souligne bien l'étirement de la roche.

 

 

60

 Une curiosité pour terminer : des sortes de hiéroglyphes (résultat d'un érosion différentielle) apparaissent ici sur la roche grenue au centre ! Grâce au nouveau port cet endroit est maintenant bien accessible... et il y a beaucoup à y voir !

 

 Vu l'heure nous n'avons pu explorer la pointe de la Garde où il y a aussi beaucoup à voir question cisaillement... ce sera pour une autre fois !

   

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 19:23

Nous étions une bonne vingtaine de participants (23 exactement) à cette 54ème sortie du groupe "P.G.22" consacrée à une observation de quelques sites en rapport avec l'exploitation ancienne du fer dans la région de Mur de Bretagne (minières, scories, carrière...). C'est Gilles Marjolet... (il nous avait proposé cette sortie lors de notre 51ème sortie consacrée à l'étude du métamorphisme autour du massif de Rostrenen)... qui était notre guide.

 

Merci à tous ceux (et celle) qui m'ont envoyé leurs photos pour compléter les miennes : Michel Le Peuch, Michel  Laloi, Guillaume Lesage, Yannick Le Duigou, Monique Kubiak  

 

 

Premier arrêt à Saint-Gelven  

 

 

01

Il est environ 14 heures. La jonction vient de s'opérer entre ceux qui sont venus en passant par St-Brieuc et ceux qui sont venus directement...

 

 

02

 Après une brève présentation...

 

 

03

 ... Gilles Marjolet fournit quelques explications générales... et répond aux premières questions posées.

 

 

03AA

 Puis le groupe se dirige vers le premier site étudié.

 

 

03B

 Cette zone boisée...

 

 

06  ... où le groupe se retrouve maintenant...

 

 

04

 ... est une ancienne minière, c'est à dire un endroit où autrefois du minerai de fer a été extrait.  

 

 07

 Aujourd'hui le site est "sécurisé"...

 

 

05

 ... mais grâce à la bonne connaissance des lieux de Gilles Marjolet, nous pouvons cependant en voir l'essentiel...

 

 

08

 ... et même (grâce à ces terriers de blaireau)... avoir une petite idée...

 

 DSC0026

 ... du minerai autrefois exploité.  

 



09...sur lequel notre guide...   

 

 

10

 ... nous fournit toutes les explications souhaitées.

 

11 A la demande de l'un des participants; le groupe visite ensuite cette chapelle locale de "Notre Dame des Champs"...

 

 

12

 ... dont l'un des côtés a une couleur rouge bien marquée.

 

 

Algues rouges

 Vue de près cette coloration apparaît due à une "algue rouge" dont le nom (Trentepohlia iolithus) m'a été communiqué (après recherche) par Monique Kubiak.

 

 

13

 Cependant ce n'est pas si simple car certaines des pierres utilisées...

 

 

14  ... sont des grès ferrugineux contenant de l'hématite (un oxyde de fer de couleur rouge lui aussi) !

 

 

Second arrêt à l'étang de La Martyre

 

 

Etang La Martyre

 C'est en contrebas de cet étang qu'autrefois fonctionnait le haut fourneau de la "fonderie de Poulancre".

 

 

15

 C'est donc là que le groupe effectue son second arrêt.

 

 

16

 S'il ne reste rien du haut fourneau, qui a fonctionné de 1640 à 1760 (d'après J.F. Andrieux), nous découvrons ici un énorme tas de scories...

 

 

17

 ... que nous allons examiner en détail pour découvrir...

 

 

18

 ... des blocs de grande taille...

 

 

19

 ... aux formes très évocatrices...

 

 

20

... du fonctionnement du haut fourneau (dont les derniers vestiges ont disparus lors de la réfection de la digue nous a expliqué Michel Robert).

 

 

22Cette photo montre comment le fer qui reste dans les scories contamine...

 

 

23  ... le cours d'eau en contrebas.

 

 

23A

 Le groupe redescend maintenant de l'énorme amas de scories...

 

 

23B

 ... pour rejoindre les voitures.

 

 

Poulancre (groupe)

 ... où Gilles Marjolet montre (pour comparaison) des échantillons de scories qu'il a amené dans sa voiture

 

 

Troisième arrêt : la minière de "La Vidance"

 

 

24

 Le groupe arrive ici sur le troisième site visité... la minière de La Vidance. 

 

 

24A

 Nous y descendons maintenant...

 

 

25

 ... en faisant quelques arrêts le long de cette longue descente...

 

 

26

 ... qui permet d'arriver aux points les plus bas (envahis par l'eau) de cette énorme excavation...

 

 

27

 ... sur les bords de laquelle... en beaucoup d'endroits...

 

 

28

 ... les anciennes formations sidérolithiques...

 

 

Sidéro (zone durcie)

 ... vues ici de près...

 

 

29

 ... et que nous avons pu examiner en détail... sont accessibles.

 

 

30

 Dans les champs des environs... et sur le bord de la route comme on voit ici...

 

 

31

 ... des roches riches en oxydes de fer comme ce curieux échantillon...sont visibles en de nombreux points... ce qui indique que la carapace sidérolitique s'étendait à l'origine sur toute la région.

 

 

Quatrième (et dernier) arrêt près de La Harmoye

 

 

32

 Après avoir suivi une superbe "route des crêtes", nous arrivons à cette ancienne carrière...

 

 

33

 ... récemment ré-activée... sans doute à cause de l'implantation d'éoliennes à proximité.

 

 

35

 La roche est un grès ferrugineux... ce qui donne à la roche (au niveau des fissures) de superbes colorations.

 

 

 Hématite G.Marjolet

 Giles Marjolet vient de m'envoyer cette photo d'hématite... des échantillons qu'il a récolté il y a déjà quelque temps et qui figurent maintenant dans sa collection personnelle.

 

 

Sidérolitique

 On y trouve aussi ces restes d'une carapace sidérolitique...

 

 

36

... avec parfois (comme on voit ici) de curieuses structures.

 

 

34

 La surface de la carrière est loin d'être plate !

 

 

DSC0030

 C'est en allant voir ce front de taille ancien...avec un "fauchage" bien visible à son sommet...

 

 

37que nous avons découvert ce curieux lichen...

 

 

- DSC02687

... aux couleurs éclatantes...

 

 

Cladonia coccifera

 ... vu ici en gros plan... et qui d'après Monique s'appelle Cladonia coccifera.

 

 

38

 Pour terminer du thé chaud nous est offert par Monique Kubiak... et après quelques derniers échanges... notre 54ème sortie se termine avec le soir tombant.

 

Cette sortie fait suite à plusieurs autres effectuées dans la région de Mur de Bretagne: 

- en 2003 : première sortie du groupe "PG22" dans la région de Mur (avec une dizaine d'arrêts au total) 

- en 2010 : sortie "géologie et paysages" à Mur de Bretagne et dans la vallée de Poulancre  (dans le cadre des sorties générales annuelles de Vivarmor Nature)

- le samedi 2 avril 2011 : examen des différentes formations géologiques depuis le Cambro-Ordivicien jusqu'au Carbonifère (sortie 45 du groupe) 

- le samedi 12 juin 2012 : le métamorphisme de contact autour du massif de Rostrenen (sortie 51 évoquée plus haut) 

Toutes ces sorties (à l'exception de la première) sont toujours visibles sur le blog.

   

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 11:43

Le mercredi 3 octobre 2012, FR3 m'invitait à une sortie sur la Sainte-Jeanne pour parler des falaises de grès d'Erquy. Le reportage est paru lundi dernier. Beaucoup d'entre vous m'ayant demandé des précisions sur la question, je mets ici quelques photos prises au cours de la sortie en mer. Pour voir (ou revoir) le reportage faites : http://bretagne.france3.fr/2012/10/22/itineraires-bretagne-le-cap-d-erquy-carriere-ciel-ouvert-124155.html

 

C'est la vidéo "Rencontre" qui vous permettra ensuite d'entendre quelques explications sur les grès du cap d'Erquy (que l'on voit à l'horizon)...

 

 

01

C'est sur ce voilier...

 

 

02

 ... vu ici dans le port d'Erquy (son port d'attache)...

 

 

03

 ... piloté par Roland BLOUIN...

 

 

04

 ... et quelques autres "hardis marins" de la région...

 

 

06

 ... que j'embarque en dépit d'un temps "un peu limite" au départ (mais finalement très "supportable") ...

 

 

05

 ... pour une sortie avec l'équipe de FR3 qui m'avait demandé la veille de venir parler de la géologie locale.

 

 

07

 La pêche à la coquille St-Jacques étant également au programme...

 

 

08

 ... noud avons suivi pendant quelque temps...

 

 

09

 ... un chalutier en pleine action de pêche...

 

 

10

... au large du Cap.

 

Pour voir le reportage de FR3 cliquez maintenant sur :

http://bretagne.france3.fr 

(comme indiqué en tête de l'article... et si vous ne l'avez pas encore fait !...)

 

 

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 14:50

Le massif de Ploumanac'h, nous commençons à bien le connaître : c'est en effet la cinquiéme fois que le groupe "P.G.22" y organise une sortie  (voir la liste à la fin de l'article) !

Le samedi 6 octobre 2012, c'est sous la direction de Bernard DALONNEAU qu'une dizaine de participants a exploré en détail la région de Trégastel comme vous le montrent les photos suivantes :

 

 

01

Tout a commencé par une présentation très détaillée de la formation du massif de Ploumanac'h... Vous en voyez ici la dernière image qui parle des formations quaternaires.

 

 

02

 Ensuite, comme il pleuvait toujours, c'est chez Bernard et Jacqueline DALONNEAU que la dizaine de personnes présentes a été invitée à se mettre à table... et voyez que (en plus des pique-niques individuels), rien ne manque pour que chacun se régale !

 

 

03

 Aussi, c'est bien rassassiés que nous arrivons à ce "Panorama"...

 

 

04 ... d'où l'on découvre tout Trégastel... et notamment toutes ces étendues de Grèves (Grève Blanche visible ici puis Gréve Rose, Plage des Curés)... que nous allons parcourir. 

 

05 Sous nos pieds, c'est le granite des Traouièro...

 

 

06

 ... bien différent de celui de La Clarté que vous voyez ici à droite et en dessous...

 

 

07

 ... avec sa teinte plus sombre et ses cristaux (légèrement verdâtres) d'oligoclase accompagnant les cristaux roses de microcline.

 

 

08 Infatigable, Bernard nous montre tout ce qu'il y a à voir ...

 

 

09

 ... d'abord ces masses noires en relief sur les blocs arrondis du granite...

 

 

10

 ... ce sont des enclaves de gabbro...avec une contamination par le magma granitique... qui se traduit par la présence de minéraux entourés d'une sorte d'auréole appelée "couronne réactionnelle" (c'est le phénomène de coronitisation).

 

 

11

 ... les enclaves sont parfois de belle taille... avec un certain mélange par endroits des deux magmas.

 

 

12

 Ici c'est autre chose que nous montre notre guide...

 

 

13

 ... des filons, tantôt de petite taille... et quelque peu déformés entre les masses granitiques environnantes...

 

 

14

 ... tantôt de grande taille... et- avec des bordures plus complexes comme celle que l'on voit ici.

 

 

16

 Les enclaves sont aussi parfois formées d'anciennes roches sédimentaires (devenues des cornéennes)... on voit bien ici les couches dont elles étaient initialement formées... et on devine aussi (surtout à gauche) des cristaux formés par métamorphisme de contact (voir plus loin).

 

 

 17

 Ici, c'est une enclave de grande taille formée par de telles roches sédimentaires que le groupe examine...

 

 

19

 ... avec ces curieuses figures (à gauche du filonnet granitique)...

 

 

20

 ... que l'on interprète comme des "bioturbations" : d'anciens tubes de vers creusés (perpendiculairement aux dépôts) dans le sable de l'époque... puis comblés par les sédiments après la mort de l'animal.

 

 

21

 Dans le même secteur, c'est un filon d'aplite (granite à grains très fins car refroidissement rapide...) que Jean-Pierre PIRIOU nous montre ici...

 

 

22

 ... et au voisinage duquel des petits alignements de tourmaline se repèrent dans le granite.

 

 

 15

 Les échantillons intéressants ne manquent pas...

 

 

 23

 ... surtout en approchant de la Plage des Curés...

 

 

 24

 ... où les enclaves sédimentaires, devenues cornéennes...

 

 

26

 ... de même que...

 

 

27 ... les filons d'aplite (avec parfois inclusions de granite)...

 

 

25

 ... abondent parmi ces amas de blocs... avec une falaise quaternaire à l'arrière plan... celle-ci est formée de head (coulées de solifluxion) et de limon (loess remanié).

 

 

 28

 On voit aussi de superbes amas de cordiérite...

 

 

29

 ... un silicate tantôt riche en fer et devenant rougeâtre par altération (échantillon de gauche)... tantôt riche en magnésium et restant bien noir (galet de droite).

 

 

30

 Comme à Millau, des plissements affectent parfois les cornéennes.

 

 

31

La pluie tombe toujours mais de moins en moins tout de même... et à la fin de ce premier périple, la satisfaction se lit sur les visages.

 

 

32

Voici le groupe arrivant à l'Anse Sainte Anne...

 

 

33

 ... et il suffit de regarder les murs (et la couleur du sable) pour voir qu'ici il y a du gabbro.

 

 

34

 Quand ce gabbro s'altère...

 

 

 35

 ... on voit se former des "altérations en boules"... ce qui n'est pas sans rappeler l'altération des filons de dolérite... gabbro, dolérite, basalte ont en effet le même magma originel.

 

 

36 Le magma basique (sombre) à l'origine du gabbro s'étant mis en place au sein d'un magma acide (clair)... les deux sont restés séparés (magmas non miscibles)...

 

 

37

 ... avec cependant des échanges possibles (coronitisation) au niveau des minéraux comme on voit ici.

 

 

38

 Le sable local, riche en paillettes de biotite (mica noir) altérées... présente souvent des aspects brillants, légèrement dorés... comme on voit ici.

 

 

39

 Nous arrivons maintenant à notre dernier site : l'anse de Tourony.

 

 

40

 C'est d'abord cet affleurement de syénite que nous observons...

 

 

41

 ... et ici encore toutes les explications sont fournies par notre guide...

 

 

42

 ... sur cette roche très rouge, pauvre en silice (et donc en quartz)...

 

 

43

 ... que voici, vue en gros plan.

 

 

44

 A proximité, des filons de quartz existent cependant... mais formés tardivement par des eaux circulant sous hautes températures et fortes pressions (hydrothermalisme) dans des fissures formées une fois le magma entièrement cristallisé...

 

 

45

 ... et les patelles (berniques - chapeaux chinois) semblent apprécier ce quartz beaucoup plus lisse que le granite environnant !

 

 

46

 On voit ici, au contact entre le granite et une enclave basique, une formation noire se mettre en place (essentiellement du mica noir)...

 

 

47

 ... ces bandes de mica noir, nous allons les retrouver en de nombreux endroits...

 

 

48

 ... avec des déformations comme celles que l'on voit ici...

 

 

50

 ... le nom de "schlierens" a été donné à de telles figures...

 

 

51

 ... qui semblent liées à des mouvements dans la masse du magma... avant sa solidification définitive...

 

 

52

 ... comme le montre ici notre guide.

 

 

49 Des filons d'aplite épousent ici la forme des schlierens... comme si ceux constituaient des zones de moindre résistance où du magma aurait réussi à s'infiltrer.

 

 

53

 Les blocs granitiques sont d'une taille impressionnante (les plus gros de tout le massif nous dit Monique KUBIAK)... la taille de ces blocs est liée à la taille des cristaux de la roche... ce qui explique que c'est dans les granites externes (La Clarté et Traouiéro) qu'ils sont les plus impressionnants.

 

 

54

Le groupe examine ici des dépôts argileux formés à l'emplacement d'un ancien marécage...

 

 

56

 ... cette argile bleutée... avec des traces de racines encore visibles... est la fameuse "trébeurdenite" un minéral récemment découvert dans la région par Odile GUERIN. 

 

 

58

 Un peu plus loin voici des sables noirs (ilménite et magnétite essentiellement)... qui se trouvent toujours en haut de plage à cause de leur densité élevée.

 

60

 Il est déjà plus de 18 heures... la mer va remonter... notre périple se termine... J'ai pris cette dernière photo car on y voit (au premier plan) les trois personnes qui sont à l'origine de toutes ces découvertes que nous venons de faire : de gauche à droite : Monique KUBIAK, Bernard DALONNEAU, Jean-Pierre PIRIOU... Merci à eux !  

 

 Voici les différentes sorties effectuées par le groupe "Patrimoine Géolgique 22" sur le massif de Ploumanac'h :

1 - le samedi 23 mars 2002 : découverte de l'ensemble du massif avec Xavier LE GAL

2 - le mercredi 20 octobre 2010 : le Ranolien et les carrières de La Clarté

3 - le samedi 22 janvier 2011 : au contact du granite type La Clarté, les cornéennes de Millau et les gneiss de Bihit

4 - le samedi 30 juin 2012 : les granites intermédiaires avec Odile GUERIN

5 - le samedi 6 octobre 2012 : la région de Trégastel et le granite des Traouiéro 

 

Les 4 dernières de ces sorties sont toujours visibles sur le blog (voir catégorie "Géologie")

 

 

Je complète ce compte-rendu avec ces quelques photos que vient de m'envoyer Bernard DALONNEAU :

 

20090316-180011-01-Ni

Gros plan d'abord sur des couronnes réactionnelles...

 

 

20090316-180141-01-Ni

 ... vues en gros plan.

 

 

20110218-145156-01-Ni

 Gros plan aussi sur des amas de cordièrite dans les cornéennes.

 

 

20110218-144138-01-Ni

 Ici on voit bien les minéraux de la syénite : du feldspath bien rouge et des minéraux  ferro-magnésiens noirs (qui sont le plus souvent du mica noir avec aussi un peu de hornblende). 

 

 20120816-123249-01-Ni

 Gros plan aussi sur les schlierens...

 

 

20120905-184842-01-Ni

 ... de l'anse du Tourony

 

 

20110218-154201-01-Ni

 Parmi ces schlierens, on voit ici une "cuvette d'altération" avec rigole d'évacuation.

 

 

20110218-163506-01-Ni

 Et pour terminer une accumulation de minéraux noirs (ilménite et magnétite) en haut de plage autour d'un bloc de granite.

 

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 22:10

Pour la 52ème sortie du groupe "P.G.22", c'est Odile GUERIN qui nous a accueillis le samedi 30 juin 2012. Avec elle, nous avons découvert successivement :

- la presqu'île de Toénot (ou Toenno)

- une allée couverte et un camp viking en allant vers l'île Grande

- le menhir de St-Uzec

- le "GéoSolMar" à Trébeurden

 

Je remercie Michel LALOI dont les photos complètent les miennes. Louis LE NORMAND vient aussi de m'envoyer les siennes... ainsi que Monique KUBIAK. 

 

Nous démarrons  (autour de la presqu'île de Toénot)  un parcours qui va nous permettre de voir les principaux granites formant le massif de Ploumanac'h et beaucoup d'autres choses encore :

 

A

Voici le groupe au départ à la base de la presqu'île côté ouest (c'est à dire le côté tourné vers Trébeurden). La formation visible à l'arrière plan (et qui vous sera expliquée plus loin) est d'ailleurs un bon point de repère ! Odile nous montre ici...

 

 

B

 ... un mélange entre deux granites... la taille de leurs grains (entre autres) permet de les distinguer. Le premier formé est celui qui est en enclave... c'est à dire le granite à gros grains... ou granite des Traouiero (proche du granite de La Clarté). Le granite à grains plus fins est appelé "granite intermédiaire" et ici c'est la variété dite "de Canton".  

 

C C'est ce "granite intermédiaire" que nous trouvons un peu plus loin... autrefois exploité en carrières... ces exploitations anciennes ont démarré en 1852 pour se terminer vers 1920... le transport se faisait par bateaux... rien à voir donc avec les exploitations actuelles plus terrestres comme celles de La Clarté . 

 

 

DMichel LALOI s'est intéressé aux traces laissées sur certains blocs... sur celui-ci, les trous arrondis et bien calibrés indiquent qu'ils sont relativement récents...

 

 F

 ... plus récents en tous cas que ceux-ci (qui sont un peu carrés et moins réguliers).

 

 

E

 Voilà à quoi ressemblent les plus anciens ! Mal alignés ici (d'où le ratage de l'opération), ils recevaient des coins en bois... lesquels à marée haute gonflaient... de façon à casser la roche... du moins quand ça marchait !

 

 

01

 Le groupe observe ici (toujours au niveau des carrières) ... sur l'un de ces blocs de granite intermédiaire (granite de Canton)... que l'on devine sur la photo en bas et à gauche...

 

 

02 ...les curieuses gravures photographiées ici ! Travail probablement (nous dit Odile) des carriers de l'époque... qui apprenaient peut-être ainsi aux jeunes apprentis à graver la pierre... par endroits en effet on voit que celle-ci a été bouchardée.

 

 

01Inscriptions

 Sur cette photo que vient de m'envoyer Monique KUBIAK, on voit bien l'enclave de granite à gros grain qui indique qu'il s'agit du granite intermédiaire.

  

  

02gabbros en relief

   Non loin de là, des masses noires de gabbro se voient bien en relief sur la roche...

 

 

G...ce qui indique qu'ici (comme dans l'anse Ste-Anne à Trégastel)... des magmas basaltiques se trouvaient au voisinage des granites...

 

 

03

 ... avec parfois (pour compliquer encore un peu plus la chose) des filons de granite inclus dans la masse du gabbro !

 

 

04

 Des filons de quartz se repèrent aussi par endroits... et dans ce bloc quartzeux que tient Monique KUBIAK...

 

 

05

 ...les parties sombres seraient un minéral riche en cuivre nommé "chalcocite"  (sulfure de cuivre : Cu2S) 

 

 03sur la plage convexe-1

Nous sommes ici (nous dit Odile) sur une "plage convexe"... comme à Groix donc... sauf qu'ici elle ne se déplace pas !

 

 

04blocs fendus par gel

 Dans la falaise on voit bien ces blocs... fendus par le gel à une époque (dernière glaciation ou Wurm) où la température était sibérienne sur toute la région.

 

 

05bloc restant

 Au large (mais pas très loin) on aperçoit sur un îlot ce curieux rocher... explication : toutes les roches de l'île ont été exploitées... les carriers de l'époque ont tenu à conserver ce mamelon qui leur servait d'amer... pour éviter cet écueil (invisible à marée haute)

 

 06  Le groupe progresse... devant on voit bien l'Ile Grande et son port... nous sommes donc à la pointe de la presqu'île... 

 

 

07

 Ici les choses se compliquent : premier temps, un filon de lamprophyre (couleur sombre) se met en place dans le granite à gros grains (bien visible en bas à droite et en haut à gauche)... puis une apophyse de granite à grains fins vient s'intercaler (là où est la tête du marteau)... cependant qu'au centre du filon, du magma s'est injecté pour former une bande claire !

 

 

08Rassurez-vous tous les filons de lamprophyre (appelés par Barrière filons de kersantite) ne sont pas aussi complexes... en voici un second vu plus loin... qui est plus simple (un tantinet déformé par endroit tout de même)...

 

 

09

 La roche photographiée ici forme une enclave de pegmatite (un granite à gros grains...à l'inverse des aplites vues précédemment en filons). Cette enclave, nous l'avons rencontrée dans le granite intermédiaire...

 

 

I

 ... les minéraux de grande taille qui la forment (cette enclave) et que l'on voit bien ici... sont  caractéristiques du granite de La Clarté... bref, nous avons ici un mélange de différents magmas pas simple à expliquer !

 

 

H

 Pas courant non plus de voir des coccinelles apprécier comme ici les bains de mer !

 

 

10

 Par contre ici Odile GUERIN n'hésite pas : cette curieuse "enclume", ce "relief en champignon" est une "encoche de pédogenèse"... explication : c'est la présence à l'endroit en creux d'un niveau de loess riche en acide humique qui en attaquant le granite l'a altéré... Ici nous sommes sur le granite externe... mais pas très loin du granite de l'Ile Grande...nous l'avons examiné un peu plus loin avec ses amas de cordiérite... 

 

 

J  ... et pour revenir au point de départ... la même chose s'est produite ici... mais on ne voit que la base de "l'encoche"... bien sûr entre ces deux extrêmes, nous avons observé quantité "d'encoches" de tailles et de formes très diverses... en faisant pour certaines le rapprochement avec les falaises de limon voisines.

 

 

05encoche

 Voici justement une de ces "encoches" intermédiaire que Monique vient de m'envoyer !

 

 

11

 De même Odile a examiné pour nous quantité d'échantillons trouvés par les uns ou les autres : ici dans un filon de lamprophyre (en noir au centre), deux filons de quartz (assez différents l'un de l'autre...) se sont mis en place... il est près de 13 heures...

 

 

12

 ... lorsque nous entamons une rapide restauration... rapide car quelques averses se préparent (alors que le temps a été super jusque là)...

 

 

13

 ... pluie et vent obligent le groupe a chercher refuge sous ces arbustes... ce qui ne nous empêche nullement de savourer gâteaux, café... et autres gâteries offertes par les uns et les autres... mais accélère un peu les choses... ce qui n'est pas plus mal car il nous reste encore pas de choses à voir, nous dit Odile !

 

A

 Dans la foulée elle nous donne quantité d'explications sur le marais en bordure duquel nous nous trouvons... avec son menhir que l'on voit ici au premier plan... puis nous reprenons les voitures.

 

 

Second temps : l'allée couverte et le camp viking que l'on voit en allant vers l'Ile Grande

 

 

B

L'allée couverte (et le menhir qui l'accompagne) était autrefois incluse dans un talus... que l'on voit bien ici au premier plan. Ce camouflage (explique Odile) l'a protégée contre les fureurs du clergé à l'époque du Père Maunoir qui voyait dans ces vestiges (encore vénérés par les bretons) des oeuvres du diable !

 

 

14 Ensuite, c'est un instituteur du coin qui a empêché le père de l'un de ses élèves de se servir des pierres pour construire une étable... en faisant le chantage suivant "la présentation du fils au certificat d'étude... seulement si arrêt de la destruction"  Les lieux ont été finalement fouillés en 1961 par l'équipe de Pierre Roland GIOT... et restaurés alors tels qu'on les voit maintenant...

 

 

15

 ... avec au moins deux dalles de couverture rajoutées... dont celle sur laquelle Odile et Brigitte posent la main... car toutes deux montrent des traces de débitage (trous ou forages) relativement récentes !

 

 17

Faisons maintenant un petit tour à l'intérieur : il y a deux parties bien séparées l'une de l'autre : ce "vestibule" et tout à fait au fond une petite cavité fermée (la "cellule terminale"). C'est dans celle-ci que se trouvent...

 

 

18

 ... ces gravures qui elles sont d'époque... c'est à dire qui ont été façonnées il y a environ 5000 ans...

 

 

19

  ... par les hommes du néolithique qui probablement enterraient ici leurs morts... mais l'acidité du sol n'a laissé aucune chance à leurs ossements de parvenir jusqu'à nous ! Heureusement les gravures sur les parois elles subsistent toujours ! 

 

 

C

 Ici (comme près de St-Sulliac) on devine dans ce marais les restes d'un camp viking... mais ce n'est pas évident car il n'y a pas de point haut aux alentours d'où on aurait une vue plongeante... sur ce quadilatère avec une double enceinte (voir partie supérieure de la photo et plutôt sur la gauche)...

 

 

07camp (google)

 ... Monique KUBIAK vient de m'envoyer cette photo internet... qui montre le marais vu du ciel... en cherchant bien on arrive à y repérer 3 des côtés de la double enceinte !

  

 

   Troisième temps : le menhir de Saint-Uzec

 

20 Le menhir de Saint-Uzec (pas très loin de l'Ile Grande mais sur la commune de Pleumeur Bodou)... lui aussi est toujours là car il a été "christianisé"...

 

 

21

 La croix installée au sommet en est le symbole le plus visible...

 

 

D ... mais juste en dessous, il y a toutes ces gravures... dont la conservation pose problème car la roche (altérée surtout en surface) se délite... d'autant plus vite que récemment on l'a nettoyée au karcher... ce qui a certes éliminé les lichens qui l'envahissait mais aussi raboté et fragilisé un peu plus les reliefs.

 

 

22

 Cependant c'est l'arrière du monument qu'Odile tenait à nous montrer... car son intérêt sur le plan géologique est remarquable : une cuvette d'altération d'abord se voit bien vers le bas à droite (indiquant que cette surface de la roche était horizontale à l'origine)... et ensuite ces lignes d'écoulement partant du sommet (et qui se sont donc formées en quelques milliers d'années seulement !).    

 

 

 Pour finir : une oeuvre unique (signée Odile GUERIN) et qu'elle a nommée GéoSolMar  

 

23

Il faut arriver au port de trébeurden... et continuer vers la plage de Tresmeur... pour atteindre ce cadran que Odile nous montre ici dans tous ses détails...

 

 

25

 ... mais le ciel (encore une fois) nous arrose... obligeant tous ceux qui n'ont pas de parapluie à s'abriter comme on voit ici...

 

 

 26 ...avec cependant un avantage : celui de rendre plus colorées les différentes roches (toutes des roches locales de la commune de Trébeurden !) qui ont été assemblées. 

et notamment les 24 pierres qui (à la périphérie) représentent les heures...

 

 

 

08géosolmar GP  ... pour celles qui sont visibles ici : le numéro 4 est une lave de la pointe de Bihit - le 5 un granite cadomien de Bihit également - le 6 du microgranite en filon à Pen Lan - le 7 du microgranite de Pors Mabo - le 8 du microgranite de la Roche Mignonne - le 9 de la dolérite en filon à Bihit (tout cela figure sur un document édité par Odile).   

 

 

 

27

 Une fois le soleil revenu... une démonstration de la lecture de l'heure (solaire évidemment) devient possible... Odile nous explique comment... d'abord avec son ombre...

 

 

F

 ... ensuite (pour être plus précis) en se servant d'un long bâton (voire d'un balai !)

 

 29

 Voici la scène vue en prenant un peu de recul. On aperçoit à l'arrière plan la pointe qui se trouve en face de l'île Milliau...

 

E

... que Louis LE NORMAND a photographiée ici en gros plan.

 

 

G

 Pour terminer un petit regroupement à la terrasse d'un bar local s'imposait pour terminer amicalement une si riche journée... et remercier Odile de nous en avoir tant appris !

 

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 23:21

Lors de notre sortie du samedi 2 avril 2011, en observant les roches de l'abbaye de Bon Repos, nous avions décidé d'une sortie consacrée à l'examen du métamorphisme de contact entre les formations de l'ére primaire du secteur et le granite de Rostrenen. Cette sortie s'est réalisée ce samedi 16 juin 2012 par un temps idéal et a été suivie avec le plus grand intérêt par une bonne douzaine de participants.

 

Merci à Colette LERICHE et à Michel LALOI qui m'ont immédiatement envoyé des photos pour compléter les miennes ! 

 

 

 

01

Le premier arrêt à Coatudel...

 

 

02

 ... nous a tout de suite mis en contact avec les schistes à andalousite (variété chiastolite) que nous avions repérés dans les murs de l'abbaye.

 

 

06

 Ici nous les voyons en place...

 

 

03

 ... ce qui nous permet de bien comprendre...

 

 

04

 ... documents à l'appui...

 

 

05

 ... la mise en place de cette roche et la formation des cristaux d'andalousite (variété chiastolite) qui font sa renommée.

 

 

07

 La découverte (un peu plus tard) d'un reste de trilobite dans ces mêmes schistes à chiastolites...

 

 

08

 ... a relancé notre intérêt pour l'examen de différents blocs épars au voisinage de l'étang...

 

 

09 ... que nous examinons ici avec la plus grande attention... mais en les laissant sur place bien entendu car notre but est la connaissance mais aussi la protection de ce riche patrimoine géologique. 

 

 10

 La formation que je montre ici...

 

 11

 ... est plus ancienne que la précédente car nous l'avons rencontrée en allant vers l'étang du Fourneau...

 

 

12

 Elle correspond au "schistes et quartzites du cambro-trémadoc" (déjà examinés lors de notre précédente sortie mais ici avec une schistosité remarquable... et en limite de  l'auréole de métamorphisme du massif granitique...

 

13

 Le groupe examine donc cette formation avec le plus grand intérêt...

 

 

14

 ... mais en nous contentant (ici aussi) d'observer et de photographier !

 

 

20

 C'est en fait en allant voir ce "chateau de l'étang des Salles"... et les roches qui le constituent...

 

 

21

 ... que nous avons découvert notre trilobite ! Ce chateau pourraît bien être le berceau des Rohan... dont le blason est orné de neuf losanges inspirés par les "mâcles" locales de chiastolite... il méritait donc une visite lui aussi ! 

 

 

30

 Nous voici maintenant dans la région de Rosquerriec...

 

 

33

 C'est une toute autre formation : des quartzites à grenats...

Christophe NOBLET vient de me faire remarquer que "les cristaux de grenats sont entourés d'un minéral blanchâtre (de la sillimanite) ce qui implique une température plus forte qu'avec l'andalousite". C'est vrai : nous sommes ici au niveau d'une enclave dans le granite ; c'est pourquoi d'ailleurs l'âge de cette formation (dévonien probablement...) est mal connu...   

 

 

32   ... que nous examinons maintenant.

 

 

31

 Ici nous avons dû sortir le marteau car c'est au niveau des cassures que l'on voit bien la nature et le degré d'altération de la roche.

 

 

39  Mais le granite de Rostrenen dans tout cela ? Il méritait bien une visite lui aussi !

 

 40

 Ce sont ses mâcles...

 

 41

 ... que l'on voit ici en gros plan...

 

 

42

 ... et qui parfois sont en relief sur certains blocs... qui ont fait sa renommée.

 

 

43

 Quand la roche est très altérée comme on voit ici... les mâcles (plus résistantes à l'altération) que le reste de la roche...

 

 

44

 ... se récoltent facilement....

 

 

45

 ... mais quand même pour en trouver 5 comme on voit ici (2 mâcles de Baveno et 3 mâcles de Carlsbad)... il faut de l'expérience et du flair !

 

 

50

 Sur le chemin du retour nous jetons un coup d'oeil sur cette ancienne carrière...

 

 

51

 ... dont les schistes auraient enregistré un métamorphisme de faible intensité... ce que nous avons tenu à vérifier (en dépit de l'heure tardive !).

 

Au cours de ces différentes sorties (dont 3 sont maintenant sur le blog... si vous cherchez bien...) les roches de cette région nous ont-elles livré tous leurs secrets ?

Non sans doute car des minerais de fer y ont été prélevés pour alimenter les anciennes forges... et nous nous sommes proposés (après notre expérience dans le Mené... voir le blog là aussi...) de faire une sortie "route du fer" dans le secteur ! Il y a comme cela des régions fort attrayantes !

 

Prochaine sortie du groupe "Patrimoine Géologique 22" le samedi 30 juin dans la région de Trébeurden (voir Agenda des sorties)

 

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 18:21

Pour notre 50ème sortie, nous avons eu un temps correct et avons pu explorer l'ensemble des formations pentévriennes de l'est de la baie de Saint-Brieuc (entre Port Morvan et l'estuaire du Gouessant). Nous avons ainsi vu les 3 principales  d'entre elles : les gneiss de Port-Morvan, la trondhjémite de Jospinet et St-Maurice et pour finir une partie de la formation de Morieux.

Je remercie Michel LALOI, Monique KUBIAK et Louis LE NORMAND dont les photos complètent les miennes. 

 

01  Voici le groupe arrivant sur le site de Port-Morvan...

 

 

02

 ... devant un paysage géologique assez parlant : des gneiss verticaux bien lités, recoupés par un filon horizontal de roches basaltiques formant une bande plus sombre au centre de la photo.

 

 

03

 Espérons que l'enrochement s'arrêtera là !...

 

 

04

 ... et que les superbes rubannements de ce gneiss, vieux de 756 millions d'années, demeureront bien visibles pour les futures générations de géologues !

 

 

05

 Leur litage est en effet remarquable et leur examen fort instructif...

  

 06

 ... les couches alternativement claires et sombres résultent de dépôts volcano-sédimentaires tantôt émis par des volcans basiques... tantôt par des volcans acides... puis entraînés à grande profondeur et métamorphisés en gneiss 

 

 

07

 Des déformations sont également intervenues... avec cassures dans les niveaux clairs (moins déformables c'est à dire "compétents" en langage de géologue)... et étirements, réorientation de la matière dans les niveaux sombres (dit "incompétents").

 

 

08

 Dans les niveaux clairs la foliation caractéristique des gneiss se voit bien.

 

 

09

 Par endroits (notamment dans les zones fracturées) des minéraux secondaires se forment : on voit ici de la chlorite (vert-sombre) et du quartz (blanc).

 

 10

 Nous arrivons maintenant à Jospinet... et descendons la cale qui permet (notamment) aux engins mytilicoles d'atteindre leurs zones d'élevage.

 

 

11

 Nous examinons d'abord cette zone où Cogné en 1959 a défini le Pentévrien comme formation nettement plus ancienne que le Briovérien. On voit en effet des masses claires (c'est de la trondhjémite) incluse dans une formation plus sombre (c'est la série briovérienne d'Erquy)...

 

 

12Ces blocs de trondhjémite de toutes tailles (on montre ici le plus gros)... non usés (donc proches de leur lieu de formation)... ont fait penser à Cogné qu'il s'agissait d'une zone arénisée (en surface du massif en cours d'érosion)... c'est à dire nettement plus ancienne que les dépôts briovériens qui l'ont recouverte et incluse.

 

 

13  Revenant vers la jetée, le groupe va examiner...

  

 

14

 ... cette zone faillée de l'autre côté de la pointe formée par la série d'Erquy de couleur sombre (à droite donc maintenant sur la photo)... et qui montre bien les deux formations en présence (la trondhjémite à gauche étant beaucoup plus claire)

 

15

Nos observations à Jospinet se terminent avec l'examen de cette zone faillée qui se prolonge jusque La Cotentin... et nous revenons donc à nos voitures...

 

 

20  ... pour prendre le direction de St-Maurice... où (au niveau de la pointe en-dessous de la chapelle) la trondhjémite se voit bien...

 

 

20A ... un peu fissurée certes... mais pas trop altérée...

 

 

21

 ... c'est une roche grenue d'origine magmatique... formée essentiellement de quartz et plagioclases (oligoclase et andésine)... avec cependant quelques minéraux ferro-magnésiens (d'où la couleur jaune ou un peu rougeâtre par endroits due à la formation d'oxydes de fer par altération).

 

 

22

 Quittant le massif de trondhjémite (qui au loin forme le pointe sous la chapelle) nous longeons une falaise quaternaire de head et de limon... pour gagner une première zone rocheuse...

 

 

24

 ... où se voit bien une diorite...

 

 

25

 ... qui avec ses masses sombres, parfois déformées comme ici... rappelle la diorite du Fort La Latte.

 

 

25C Voici son aspect quand elle est altérée...

 

 

25A

 ... et quand elle est déformée par étirement...

 

 

25B

 ... comme on voit sur certains blocs ici ou là.

 

 

26

 Les plus audacieux se dirigent ensuite vers une zone où une roche bien noire et très finement grenue...

 

 

26A

  ... forme des filons de plus en plus abondants... au fur et à mesure que l'on remonte l'estuaire du Gouessant... où les échantillons ne manquent pas ! 

 

 

28

Les pointements de diorite intercalés... sont de plus en plus déformés...

Il faut cependant rester prudent (semblent dire certains membres du groupe) ... car la mer remonte...

 

 

27 ... et plus l'on est allé loin, plus il faut revenir vite... car le flot n'attend pas !

 

 

30

 La sortie se termine par un petit réconfort (merci Monique KUBIAK, merci Dominique RAULT !)... sur le parking où sont garées les voitures 

   

Prochaine sortie du groupe : le samedi 16 juin pour observer le métamorphisme dans la région de Mur de Bretagne (comme nous l'avions envisagé lors de notre sortie numéro 45 du samedi 1 avril 2011... qui est toujours sur le blog bien sûr !)

 

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
24 mars 2012 6 24 /03 /mars /2012 20:29

Le samedi 24 mars 2012, par un temps superbe, une quinzaine de personnes a participé à la quarante neuvième sortie du groupe "Patrimoine Géologique 22" sous la conduite de Jacques BERTHOLET. Nous partons de la plage du Palus (sur la commune de Plouha) pour aller vers l'est, c'est à dire vers St-Quay. 

 

 

01

Nous sommes (nous explique Jacques BERTHOLET) sur des formations volcano-sédimentaires qui se sont mises en place dans un contexte d'arc volcanique au briovérien et qui ont été ensuite métamorphisées lors de la mise en place du massif de St-Quay

 

02

Voici le groupe parti : nous quittons la plage du Palus... en suivant le super cordon de galet qui sépare la plage et le parking (où sont restées les voitures)... et  en allant vers l'est, c'est à dire vers St-Quay.

 

 

03

 Nous rencontrons d'abord des leptynites : ce sont des gneiss plus ou moins lités... de couleur claire... résultant à l'origine d'un volcanisme acide (et donc très explosif)...

 

 

05

 ... il s'y intercale souvent des masses plus sombres indiquant que du volcanisme plus basique pouvait donner des intercalations de cendres volcaniques riches en éléments ferro-magnésiens (et donc plus sombres).

 

 

06

 Plus nous allons vers l'est et plus le volcanisme basique devient prédominant donnant des roches sombres : les amphibolites que l'on voit bien au second plan sur la photo.

 

 

07

 Nous arrivons maintenant sur la formation dite de Binic : des sédiments argilo-gréseux au départ... 

 

 08  ... plissés et déformés ensuite... ces sédiments de la formation de Binic...

 

 

09

 ... ont comme particularité de contenir par endroits des "nodules carbonatés" plus ou moins déformés eux aussi...

 

10... et même parfois très déformés car situés dans des zones schisteuses dites "incompétentes" (c'est à dire se déformant facilement) entre les zones plus gréseuses dites "compétentes".

 

 

11Par endroits cette série de Binic a été (comme on voit ici) injectée par des apophyses magmatiques que l'on pense être en relation avec la tonalite de Plouha...

 

 12

... et que l'on voit bien ici dans la falaise... au-dessus de la tête de Jean-Yves GUILLOUET.  

 

 

13Plus nous allons approcher du massif de St-Quay et plus les anciens sédiments formant la série de Binic sont à la fois déformés et métamorphisés...

 

 

14

... on voit ici un stade très avancé de ce métamorphisme de contact... différent cependant selon que au départ il y avait des sédiments plus ou moins gréseux (à gauche) ou argileux (à droite).

 

 

15

Des cristaux de grenats, de tourmaline...sont signalés dans ces roches métamorphiques... mais leur petite taille les rend difficiles à observer.

 

 

16

 Voyez que (en plus du métamorphisme) les déformations, les cassures et microplissements... sont aussi de plus en plus abondants.

 

 

17

 ... en approchant du massif de diorite-gabbro de St-Quay... comme on voit ici à plus grande échelle encore.

 

 

18

 ... voyez aussi que les nodules carbonatés (de plus en plus métamorphisés eux aussi) sont cependant toujours bien reconnaissables.

 

 

19

 La marée remontant, nous prenons de la hauteur...

 

 

20

 ... pour revenir à notre point de départ...

 

 

21

  ... au terme d'une sortie bien ensoleillée et fort instructive !

 

Je viens de recevoir des photos de Michel LALOI et Bernard COMBELLES... je vais donc pouvoir ajouter (prochainement) celles que sont complémentaires des miennes... Voilà : c'est fait ! 

 

01 leptynites

Le groupe (peu après le départ) examine les leptynites.

 

 

02 filon

 Dans ces leptynites, un filon de quartz...

 

 03 filon leptynites

 ... dont on voit bien l'aspect "boudiné".

 

 

03 lept-amphib

 Ici on voit le mélange leptynite-amphibolite.

 

 

02 Binic

 Le groupe arrive maintenant sur la formation de Binic.

 

 

04 nodule

   On voit ici des "nodules carbonatés" métamorphisés (avec une bordure bien différenciée). 

 

05 nodules

 Ici ces nodules sont déformés.

 

 

06 intrusion

 On voit ici une intrusion magmatique déformant l'encaissant.

 

 

07 déformation Les déformations sont de plus en plus importantes dans le briovérien de Binic à l'approche du massif de St-Quay.

 

 08 paysage

 Une vue d'ensemble du secteur étudié prise sur le chemin du retour. 

 

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 10:35

Le groupe "Patrimoine Géologique 22" vient d'effectuer une troisième visite (le samedi 10 mars 2012) du musée géologique de la fac des Sciences, alias "musée Jean PLAINE", à Rennes. J'en profite pour revenir 12 ans puis 6 ans en arrière puisque notre première visite date du 1 juillet 2000 et la seconde du 18 mars 2006.

 

Première visite en 2000

 

2000 B Cette photo montre bien 2 choses : la température estivale d'une part (nous sommes en juillet) et l'intérêt du groupe (dont certains prennent des notes) d'autre part.

 

 

2000 C

Ce sont bien sûr les toiles de Mathurin MEHEUST et Yvonne JAN-HAFFEN qui sont examinées... mais aussi les vitrines qui sont en rapport avec chacune de ces toiles.

 

 

2000 D

 C'est bien sûr Jean PLAINE qui nous accueille...

 

 2000 E

 ... et nous renseigne sur les collections d'un musée dont il est le conservateur depuis déjà presque une vingtaine d'années.

 

 

Seconde visite en 2006

 

2006 A Voyez que la température a changé : nous sommes en mars 2006...

 

 

2006 D

 ... mais l'intérêt est toujours le même...

 

 

2006 B

 ... et les objets examinés aussi...

 

 

2006 C

 ... à savoir les toiles exposées dans les différentes salles de cours avec les vitrines qui les accompagnent...

 

 

2006 E ... et pour finir...

 

2006 F ... les collections de la salle Meheut...

 

2006 H

 ... devant lesquelles Jean est intarrissable...

 

 

2006 G

 ... pour explique en détail toute l'histoire du massif armoricain !

 

 

Troisième visite en 2012

 

2012 A

 Le samedi 10 mars 2012, dès le départ Jean (que l'on voit ici devant les premières toiles examinées : celles qui représentent la Vilaine) ne nous épargne aucun détail.

 

2012 B

 Toutes les salles seront passées en revue : ici nous sommes dans la salle Kerforne avec ses deux tableaux visibles à l'arrière plan sur Ploumanach et Fréhel... cependant que celui qui est examiné (mais invisible sur la photo) représente Crozon.

 

 2012 C

 Bien entendu après Crozon (que l'on voit maintenant au fond), les toiles et les vitrines "Ploumanac'h" et "Fréhel" sont celles qui nous parlent le plus.

 

 

2012 D

 Même ceux qui viennent pour la seconde fois (n'est-ce pas Anick !) prennent toujours des notes... cependant que d'autres prennent appui où ils peuvent vu que le temps passe... et que cela fait environ deux heures que la visite a débuté ! 

 

 

2012 E

 Et c'est loin d'être terminé : ici dans le couloir des cartes géologiques c'est la carte de France au millionième qui est passée en revue...d'ouest en est dans le détail !

 

2012 F

 Ceux qui croient en avoir fini quand arrive la dernière salle de cours...

 

 2012 G

 ... se trompent évidemment... car nous passons ensuite dans la "galerie minéralogique"...

 

2012 H

 ... où Jean prend la peine d'ouvrir chaque vitrine... pour nous faire voir en détail les échantillons les plus intéressants...

 

 

2012 K

 Quand nous abordons la salle Meheut cela fait près de quatre heures que dure la visite... Certains se sont déjà excusés de devoir quitter... mais voyez que ceux qui restent sont toujours très intéressés ! 

 

 

2012 L

 ... et c'est dans tous ses détails... de l'Icartien et du Pentévrien qui nous concernent bien sûr au premier plan... jusqu'au Quaternaire (comme vous voyez sur la photo)... que l'histoire géologique du Massif Armoricain nous sera expliquée ! Il n'est pas loin de 20 heures quand les irréductibles costarmoricains (ceux qui ont tenu jusqu'au bout ...) quittent la bonne ville de Rennes !

 

Merci Jean PLAINE : ce sera une visite inoubliable !

 

Pour plus d'infos sur le "musée Jean PLAINE" vous pouvez rechercher : "Géosciences Rennes Musée" puis "musée" ou "collections". 

   

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article