Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Photos de sorties de l'association VIVARMOR NATURE
  • : Découvrir la nature en Bretagne avec l'association Vivarmor Nature (10 boulevard Sévigné - 22000 SAINT-BRIEUC)
  • Contact

Profil

  • GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature)
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite.
 Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite. Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature

Texte Libre

Recherche

11 septembre 2014 4 11 /09 /septembre /2014 20:43

Ce n'est pas la première fois que nous étudions les formations briovériennes en baie de Lannion. Aux participants a été remis en effet un texte datant de 2003 et donnant des indications sur les 4 formations briovériennes à l'Ouest du massif de Trédrez... en 2013 Monique KUBIAK nous a également renseigné sur les formations du fond de la baie entre St-Efflam et St Michel en Gréve...

Mais avec Jacques BERTHOLET, c'est un examen détaillé des formations briovériennes dites "de Loquirec" et "de Lannion" qui nous a été proposé le mercredi 10 septembre 2014 comme vous le montrent les photos ci-dessous.

Je remercie Monique KUBIAK, Michel LALOI et Guillaume LESAGE pour leurs photos

Jacques BERTHOLET présente d'abord la région et son histoire géologique...

Jacques BERTHOLET présente d'abord la région et son histoire géologique...

à un groupe d'une bonne vingtaine de personnes... Nous sommes sur le parking de la pointe de Séhar à Locquémeau.

à un groupe d'une bonne vingtaine de personnes... Nous sommes sur le parking de la pointe de Séhar à Locquémeau.

Jacques nous emmène ensuite à l'extrémité de cette jetée...... où le groupe se trouve maintenant.

Jacques nous emmène ensuite à l'extrémité de cette jetée...... où le groupe se trouve maintenant.

La marée ne nous permettant pas de continuer par les rochers, nous revenons un peu sur nos pas...

La marée ne nous permettant pas de continuer par les rochers, nous revenons un peu sur nos pas...

... comme on le voit encore ici...

... comme on le voit encore ici...

... pour prendre le sentier et contourner ainsi l'extrémité est de la pointe.

... pour prendre le sentier et contourner ainsi l'extrémité est de la pointe.

Nous voici redescendus sur les rochers et Jacques explique de quoi il s'agit...

Nous voici redescendus sur les rochers et Jacques explique de quoi il s'agit...

... des tufs conglomératiques d'abord dont les anciens galets très étirés...

... des tufs conglomératiques d'abord dont les anciens galets très étirés...

... forment maintenant ces bandes plus claires parmi des formations plus basiques... où se voit bien de l'épidote et de la chlorite.

... forment maintenant ces bandes plus claires parmi des formations plus basiques... où se voit bien de l'épidote et de la chlorite.

C'est vers cette zone blanche que l'on voit au loin... et où une ancienne carrière existait autrefois...

C'est vers cette zone blanche que l'on voit au loin... et où une ancienne carrière existait autrefois...

... que nous allons nous diriger.

... que nous allons nous diriger.

Les couches ont été redressées pratiquement à la verticale comme on voit ici.

Les couches ont été redressées pratiquement à la verticale comme on voit ici.

C'est donc sur un espace assez irrégulier...

C'est donc sur un espace assez irrégulier...

... que nous progressons pour atteindre la pointe.

... que nous progressons pour atteindre la pointe.

Il y a beaucoup à voir et les arrêts sont nombreux...

Il y a beaucoup à voir et les arrêts sont nombreux...

... avec parfois des découvertes intéressantes.

... avec parfois des découvertes intéressantes.

Nous voici arrivés à la carrière elle-même.

Nous voici arrivés à la carrière elle-même.

Des filons de quartz et de chlorite se voient par endroits.

Des filons de quartz et de chlorite se voient par endroits.

Ce qui est frappant aussi sur les parois de cette carrière...

Ce qui est frappant aussi sur les parois de cette carrière...

... c'est cette érosion alvéolaire due à l'action de la mer qui creuse dans les endroits les plus propices des cavités...

... c'est cette érosion alvéolaire due à l'action de la mer qui creuse dans les endroits les plus propices des cavités...

... bien caractéristiques... et cela en peu de temps car l'abandon de ces carrières n'est pas très ancien.

... bien caractéristiques... et cela en peu de temps car l'abandon de ces carrières n'est pas très ancien.

Nous revenons maintenant vers l'endroit d'où nous sommes partis...

Nous revenons maintenant vers l'endroit d'où nous sommes partis...

... avec un petit arrêt ici... non pas géologique...

... avec un petit arrêt ici... non pas géologique...

... mais pour examiner cette multitude de petits poissons... de jeunes sardines sans doute...

... mais pour examiner cette multitude de petits poissons... de jeunes sardines sans doute...

... rappelant qu'il y avait ici autrefois (nous explique Brigitte ) des pêcheries et sardineries.

... rappelant qu'il y avait ici autrefois (nous explique Brigitte ) des pêcheries et sardineries.

Ayant fait le tour de la pointe de Séhar, nous retrouvons ici les voitures... et Monique KUBIAK nous offre un petit réconfort !

Ayant fait le tour de la pointe de Séhar, nous retrouvons ici les voitures... et Monique KUBIAK nous offre un petit réconfort !

Le plus dur en effet reste à faire...

Le plus dur en effet reste à faire...

... nous allons en effet en empruntant ce cordon de galets (l'une des branches du tombolo double caractéristique de Locquémeau) vers les falaise de Malabri que l'on devine au loin.

... nous allons en effet en empruntant ce cordon de galets (l'une des branches du tombolo double caractéristique de Locquémeau) vers les falaise de Malabri que l'on devine au loin.

Ayant atteint (par le sentier) cette falaise de Malabri.. (on aperçoit la pointe de Séhar à l'horizon)... il nous faut maintenant descendre...

Ayant atteint (par le sentier) cette falaise de Malabri.. (on aperçoit la pointe de Séhar à l'horizon)... il nous faut maintenant descendre...

... vers les formations géologiques situées en contrebas.

... vers les formations géologiques situées en contrebas.

Nous atteignons ainsi des roches qui font toujours partie de la formation de Locquirec... mais avec ici des déformations et des filons plus importants qu'à la pointe de Séhar.

Nous atteignons ainsi des roches qui font toujours partie de la formation de Locquirec... mais avec ici des déformations et des filons plus importants qu'à la pointe de Séhar.

Nous voici à la limite avec la formation de Lannion.

Nous voici à la limite avec la formation de Lannion.

Les zones déformées et broyées sont de plus en plus nombreuses.

Les zones déformées et broyées sont de plus en plus nombreuses.

Les arrêts et explications y sont donc fréquents.

Les arrêts et explications y sont donc fréquents.

Sur des surfaces importantes on voit comme ici des traces d'une activité tectonique intense.

Sur des surfaces importantes on voit comme ici des traces d'une activité tectonique intense.

Il y a aussi par endroits des plissements comme celui qui est photographié ici.

Il y a aussi par endroits des plissements comme celui qui est photographié ici.

Si les déformations précédentes sont d'âge cadomien... il est probable que ces mini-failles sont à mettre en rapport avec l'orogène hercynien.

Si les déformations précédentes sont d'âge cadomien... il est probable que ces mini-failles sont à mettre en rapport avec l'orogène hercynien.

Elles permettent aussi à notre guide d'expliquer que l'on a ici un "déplacement dextre".

Elles permettent aussi à notre guide d'expliquer que l'on a ici un "déplacement dextre".

Par endroits la couleur claire de l'ensemble...mais surtout de certains bancs...

Par endroits la couleur claire de l'ensemble...mais surtout de certains bancs...

... indique une formation beaucoup plus acide (c'est à dire riche en silice).

... indique une formation beaucoup plus acide (c'est à dire riche en silice).

La progression continue sur des zones de plus en plus déformées...

La progression continue sur des zones de plus en plus déformées...

... comme celles que nous examinons ici.

... comme celles que nous examinons ici.

Comme vous le voyez le groupe continue sa progression...

Comme vous le voyez le groupe continue sa progression...

... sur des espaces fort chaotiques...

... sur des espaces fort chaotiques...

... mais aussi fort instructifs.

... mais aussi fort instructifs.

Voici ce que l'on appelle un "plissement ptygmatique" affectant un filonnet qui à l'origine était tout droit... et a donc été raccourci.

Voici ce que l'on appelle un "plissement ptygmatique" affectant un filonnet qui à l'origine était tout droit... et a donc été raccourci.

A l'inverse il y a eu par endroits des "boudinages" par étirement.

A l'inverse il y a eu par endroits des "boudinages" par étirement.

Nous rencontrons aussi des formations quaternaires fortement malmenées par les récentes tempêtes.

Nous rencontrons aussi des formations quaternaires fortement malmenées par les récentes tempêtes.

Ici une faille (avec faible déplacement) affecte un formation bien repérable par sa couleur jaunâtre.

Ici une faille (avec faible déplacement) affecte un formation bien repérable par sa couleur jaunâtre.

Nous repérons quelques inclusions pyriteuses...mais difficiles à photographier car plus ou moins altérées.

Nous repérons quelques inclusions pyriteuses...mais difficiles à photographier car plus ou moins altérées.

Ce sont sans doute des "linéations d'étirement" que nous étudions ici...il y en avait en plusieurs endroits.

Ce sont sans doute des "linéations d'étirement" que nous étudions ici...il y en avait en plusieurs endroits.

... et un peu plus loin on voit bien la différence entre les couches sédimentaires... et une seconde déformation (ce que les spécialistes appellent S0 et S1).

... et un peu plus loin on voit bien la différence entre les couches sédimentaires... et une seconde déformation (ce que les spécialistes appellent S0 et S1).

Ayant remonté la pente, le groupe ici se restaure...

Ayant remonté la pente, le groupe ici se restaure...

... soit en groupe...

... soit en groupe...

... soit par deux bien assis sur un rocher adéquat...

... soit par deux bien assis sur un rocher adéquat...

... soit isolément et bien abrité !

... soit isolément et bien abrité !

Pour terminer... et Monique nous ayant mis l'eau à la bouche en nous montrant (sur le parking) des échantillons caractéristiques...

Pour terminer... et Monique nous ayant mis l'eau à la bouche en nous montrant (sur le parking) des échantillons caractéristiques...

... c'est vers la plage de Notigou...

... c'est vers la plage de Notigou...

... que nous nous dirigeons pour observer le contact entre le briovérien et le massif granitique du Yaudet.

... que nous nous dirigeons pour observer le contact entre le briovérien et le massif granitique du Yaudet.

Les cornéennes visibles ici sont de plus en plus déformées...

Les cornéennes visibles ici sont de plus en plus déformées...

... à l'approche du granite... que l'on voit ici (bien altéré) avec ses macles de feldspaths.

... à l'approche du granite... que l'on voit ici (bien altéré) avec ses macles de feldspaths.

Mais le plus curieux ce sont ces filons de quartz...

Mais le plus curieux ce sont ces filons de quartz...

... avec par endroits des cristallisations...

... avec par endroits des cristallisations...

... bien marquées.

... bien marquées.

Il y a aussi des minéraux fantômes...

Il y a aussi des minéraux fantômes...

... de fluorine, magnétite... C'est ce que Monique KUBIAK nous expliquait en détail (voir plus haut) avec ses propres échantillons sur le parking.

... de fluorine, magnétite... C'est ce que Monique KUBIAK nous expliquait en détail (voir plus haut) avec ses propres échantillons sur le parking.

Ainsi se termine notre 63ème sortie (la quatrième pour 2014). Deux autres projets sont à l'étude (mais les dates ne sont pas fixées) :

-une sortie dans la région de Gourin avec Joseph LE GUERNIC

- une sortie pour examiner différents aspects du massif de Plouaret

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
19 août 2014 2 19 /08 /août /2014 12:11

Le jeudi 14 août 2014, Michel GRIMAUD et Michel GUILLAUME avaient donné rendez-vous aux membres du groupe "P.G.22" sur le parking de la plage des Vallées. Le temps était pluvieux mais heureusement à partir de 14 heures il a cessé de pleuvoir... et nous avons fait l'essentiel de le sortie sans être mouillés. Ce n'est qu'en allant vers le cairn de la Ville Pichard que la pluie nous a rejoints et obligés à abréger un peu le programme prévu en fin de sortie.

Je remercie Guillaume LESAGE et Jean Louis PENOT qui m'ont confié leurs photos

C'est dans cette direction que nous sommes partis...

C'est dans cette direction que nous sommes partis...

... en longeant cette falaise de limons quaternaires (qui nous permet de faire le point sur les 4 formations de cette époque que l'on rencontre ici : les formations des Sables d'Or, de Hauteville, de Port Morvan et de Nantois).

... en longeant cette falaise de limons quaternaires (qui nous permet de faire le point sur les 4 formations de cette époque que l'on rencontre ici : les formations des Sables d'Or, de Hauteville, de Port Morvan et de Nantois).

Préalablement, Michel GRIMAUD nous avait renseignés sur "Les Vallées d'autrefois" lorsque (comme on voit ici) un camping (le premier de la région !) occupait l'emplacement du parking actuel... On voit bien aussi le blockhaus allemand en dessous de la villa.

Préalablement, Michel GRIMAUD nous avait renseignés sur "Les Vallées d'autrefois" lorsque (comme on voit ici) un camping (le premier de la région !) occupait l'emplacement du parking actuel... On voit bien aussi le blockhaus allemand en dessous de la villa.

... et ici au niveau de la falaise de limon, on aperçoit ce qui reste d'un "nid de mitrailleuse".

... et ici au niveau de la falaise de limon, on aperçoit ce qui reste d'un "nid de mitrailleuse".

Mais ce sont les trois formations qui figurent sur cette carte géologique du coin que nous allons observer : la microdiorite de Piégu (en vert), les amphibolites de la formation d'Erquy et surtout (en rouge sur la carte) les conglomérats de base des grès d'Erquy-Fréhel.

Mais ce sont les trois formations qui figurent sur cette carte géologique du coin que nous allons observer : la microdiorite de Piégu (en vert), les amphibolites de la formation d'Erquy et surtout (en rouge sur la carte) les conglomérats de base des grès d'Erquy-Fréhel.

La microdiorite est la première roche sur laquelle nous mettons les pieds en atteignant le bas de la cale...

La microdiorite est la première roche sur laquelle nous mettons les pieds en atteignant le bas de la cale...

... une roche formée en deux temps à partir d'un magma qui est monté dans le briovérien d'Erquy vers la fin de l'orogène Cadomien (la première chaîne de montagne qui a affecté la région il y a environ 600 millions d'années).

... une roche formée en deux temps à partir d'un magma qui est monté dans le briovérien d'Erquy vers la fin de l'orogène Cadomien (la première chaîne de montagne qui a affecté la région il y a environ 600 millions d'années).

Quand la microdiorite s'altère, elle prend cette teinte.

Quand la microdiorite s'altère, elle prend cette teinte.

Les cristaux de feldspaths (plagioclases) se transformant progressivement en kaolin apparaissent en blanc... cependant qu'un filon de quartz se voit sur la gauche (j'explique plus loin comment ce quartz a été exploité par les hommes de la préhistoire).

Les cristaux de feldspaths (plagioclases) se transformant progressivement en kaolin apparaissent en blanc... cependant qu'un filon de quartz se voit sur la gauche (j'explique plus loin comment ce quartz a été exploité par les hommes de la préhistoire).

Des blocs de grande taille (comme celui que l'on voit ici) sont abondants dans tout le secteur.

Des blocs de grande taille (comme celui que l'on voit ici) sont abondants dans tout le secteur.

C'est à l'état de galets aussi (parmi la microdiorite), que nous avons vu la série des amphibolites d'Erquy...

C'est à l'état de galets aussi (parmi la microdiorite), que nous avons vu la série des amphibolites d'Erquy...

... qui affleure quant on va vers Nantois... mais qui sur notre parcours ne se voyait qu'à l'état de galets.

... qui affleure quant on va vers Nantois... mais qui sur notre parcours ne se voyait qu'à l'état de galets.

Nous nous dirigeons en effet vers la pointe de Piégu... avec le Verdelet à son extrémité...

Nous nous dirigeons en effet vers la pointe de Piégu... avec le Verdelet à son extrémité...

... en remarquant toutefois dans le sable sous nos pieds ces minéraux noirs (Ilménite et magnétite).

... en remarquant toutefois dans le sable sous nos pieds ces minéraux noirs (Ilménite et magnétite).

Mais pas le temps de trop s'attarder...

Mais pas le temps de trop s'attarder...

... le prochain objectif à atteindre est encore loin...

... le prochain objectif à atteindre est encore loin...

... ce sont les conglomérats formant cette masse sombre...

... ce sont les conglomérats formant cette masse sombre...

... dont l'aspect et le pendage vers l'est se voient de mieux en mieux quant on s'en approche.

... dont l'aspect et le pendage vers l'est se voient de mieux en mieux quant on s'en approche.

Voici les conglomérats vus de près.

Voici les conglomérats vus de près.

Ils sont formés par des blocs de taille très variable mais parfois très gros... et on voit ici en noir des blocs de phtanite.

Ils sont formés par des blocs de taille très variable mais parfois très gros... et on voit ici en noir des blocs de phtanite.

Tout est descendu en vrac sans aucun tri des hauteurs environnantes...

Tout est descendu en vrac sans aucun tri des hauteurs environnantes...

... sur cette zone de pénéplaine que l'on voit ici au premier plan.

... sur cette zone de pénéplaine que l'on voit ici au premier plan.

On voit ici le contact entre la microdiorite (altérée et rougie) et les conglomérats (qui ont la même couleur) due à de l'hématite (un oxyde de fer qui se forme sous climat chaud).

On voit ici le contact entre la microdiorite (altérée et rougie) et les conglomérats (qui ont la même couleur) due à de l'hématite (un oxyde de fer qui se forme sous climat chaud).

Voici le même contact vu d'un peu plus loin.

Voici le même contact vu d'un peu plus loin.

Et voici l'aspect des conglomérats vus du dessus. L'âge de la série d'Erquy-Fréhel se situant aux alentours de 470 millions d'années, il est probable que les nombreuses cassures qui affectent les conglomérats sont à mettre en rapport avec la seconde chaîne de montagnes (orogène Hercynien) qui a affecté la région

Et voici l'aspect des conglomérats vus du dessus. L'âge de la série d'Erquy-Fréhel se situant aux alentours de 470 millions d'années, il est probable que les nombreuses cassures qui affectent les conglomérats sont à mettre en rapport avec la seconde chaîne de montagnes (orogène Hercynien) qui a affecté la région

Nous prenons maintenant un peu de recul par rapport aux conglomérats (que l'on voit au loin) pour observer l'aspect de cette pénéplaine sur laquelle les conglomérats sont venus se déposer...

Nous prenons maintenant un peu de recul par rapport aux conglomérats (que l'on voit au loin) pour observer l'aspect de cette pénéplaine sur laquelle les conglomérats sont venus se déposer...

La roche fortement altérée laisse voir par endroits des zones d'altération en  boules...

La roche fortement altérée laisse voir par endroits des zones d'altération en boules...

... ces boules ayant été parfois bien dégagées comme celle que l'on voit ici.

... ces boules ayant été parfois bien dégagées comme celle que l'on voit ici.

Tout cela est observé en détail par des participants à la fois attentifs (il y en a qui prennent des notes !) et curieux de bien tout observer.

Tout cela est observé en détail par des participants à la fois attentifs (il y en a qui prennent des notes !) et curieux de bien tout observer.

Ici c'est l'historien qui reprend la main : nous sommes nous dit Michel GRIMAUD sur l'emplacement d'une ancienne pêcherie (mais nous la verrons mieux d'en haut... voir plus loin)

Ici c'est l'historien qui reprend la main : nous sommes nous dit Michel GRIMAUD sur l'emplacement d'une ancienne pêcherie (mais nous la verrons mieux d'en haut... voir plus loin)

Après quelques dernières observations...

Après quelques dernières observations...

.... et les dernières annotations...

.... et les dernières annotations...

... voici le groupe revenant vers le point de départ...

... voici le groupe revenant vers le point de départ...

... avec quelques arrêts cependant comme ici où Michel GRIMAUD nous parle de ses parties de pêche d'autrefois.

... avec quelques arrêts cependant comme ici où Michel GRIMAUD nous parle de ses parties de pêche d'autrefois.

Quand nous arrivons près de la cale... je rappelle aussi que c'est ici que en 2010 (comme le montre la photo) une fouille a permis...

Quand nous arrivons près de la cale... je rappelle aussi que c'est ici que en 2010 (comme le montre la photo) une fouille a permis...

... de découvrir des éclats de quartz et des restes de mâchoires et dents de chevaux. Cela en rapport avec le site paléolithique situé de l'autre côté de la pointe et fouillé en 1987 (à l'emplacement du centre nautique actuel)

... de découvrir des éclats de quartz et des restes de mâchoires et dents de chevaux. Cela en rapport avec le site paléolithique situé de l'autre côté de la pointe et fouillé en 1987 (à l'emplacement du centre nautique actuel)

Nous reprenons les voitures pour aller vers un point haut de la pointe voir le cairn de la Ville Pichard... et faisons un petit arrêt devant 2 sites classés : la villa "Les Pommiers" ici...

Nous reprenons les voitures pour aller vers un point haut de la pointe voir le cairn de la Ville Pichard... et faisons un petit arrêt devant 2 sites classés : la villa "Les Pommiers" ici...

... et la "Villa Jean RICHEPIN" que l'on voit sur cette photo.... Voyez que le ciel est menaçant...

... et la "Villa Jean RICHEPIN" que l'on voit sur cette photo.... Voyez que le ciel est menaçant...

... et effectivement c'est sous la pluie que cette photo (montrant au centre la trace de l'ancien mur de la pêcherie dont il a été question précédement) a été prise.

... et effectivement c'est sous la pluie que cette photo (montrant au centre la trace de l'ancien mur de la pêcherie dont il a été question précédement) a été prise.

Quant au cairn (dont voici le plan), Michel GRIMAUD en a montré l'emplacement... mais sans y accéder vu l'état des lieux et le temps pluvieux. Un dossier y est consacré dans le Râle d'Eau n°117 de mars 2004.

Quant au cairn (dont voici le plan), Michel GRIMAUD en a montré l'emplacement... mais sans y accéder vu l'état des lieux et le temps pluvieux. Un dossier y est consacré dans le Râle d'Eau n°117 de mars 2004.

Sur le blog figurent toujours deux "articles" que vous pouvez aller voir :

- dans la catégorie "Sorties 2007" l'article "sortie à la pointe de Piégu..." (date exacte : 24 février 2007)... c'est l'article le plus ancien du blog !

- dans la catégorie 'Géologie" l'article "Géologie du quaternaire en baie de St-Brieuc avec Jean Laurent MONNIER" (date exacte : 11 février 2009)

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 13:46

Le vendredi 30 mai 2014, Jacques BERTHOLET nous a fait découvrir d'Ouest en Est les principaux affleurements (le long du littoral) de l'ensemble gabbro-dioritique de Saint-Jean du Doigt. Le temps était idéal pour un parcours très "physique" et des observations sortant de l'ordinaire.

Notre premier arrêt dans la région de Primel-Trégastel est ici à Roc Louet.

Notre premier arrêt dans la région de Primel-Trégastel est ici à Roc Louet.

Arrivés sur le cordon de galets, nous commençons par échanger nos infos sur la région...

Arrivés sur le cordon de galets, nous commençons par échanger nos infos sur la région...

… avant d'examiner ces superbes galets qui abondent sous nos pieds.

… avant d'examiner ces superbes galets qui abondent sous nos pieds.

Nous parcourons ensuite quelques centaines de mètres...

Nous parcourons ensuite quelques centaines de mètres...

… pour ne rien rater de tout ce qu'il y a à voir ici.

… pour ne rien rater de tout ce qu'il y a à voir ici.

Après cela nous remontons vers les voitures… en jetant cependant un dernier coup d'oeil sur ces premier site examiné.

Après cela nous remontons vers les voitures… en jetant cependant un dernier coup d'oeil sur ces premier site examiné.

Nous arrivons maintenant à la plage de Trégastel...

Nous arrivons maintenant à la plage de Trégastel...

… où notre guide nous fait voir...

… où notre guide nous fait voir...

… d'autres variétés de "pegmatitoïdes" locales.

… d'autres variétés de "pegmatitoïdes" locales.

Nous restons même longtemps hésitant sur la détermination de certains minéraux comme celui-ci !...

Nous restons même longtemps hésitant sur la détermination de certains minéraux comme celui-ci !...

… avant de remonter vers le parking...

… avant de remonter vers le parking...

… où sont garées les voitures… et où Jacques indique aux chauffeurs la route pour le prochain arrêt

… où sont garées les voitures… et où Jacques indique aux chauffeurs la route pour le prochain arrêt

Ce prochain arrêt est à la limite entre Plougasnou et St-Jean du Doigt… où tout est prévu pour le pique-nique.

Ce prochain arrêt est à la limite entre Plougasnou et St-Jean du Doigt… où tout est prévu pour le pique-nique.

De là nous repartons vers l'ouest dans un endroit...

De là nous repartons vers l'ouest dans un endroit...

… où l'on voit de remarquables contacts entre diorite et gabbros...

… où l'on voit de remarquables contacts entre diorite et gabbros...

… deux roches issues de magmas non miscibles...

… deux roches issues de magmas non miscibles...

… mais qui s'interpénètrent de multiples façons.

… mais qui s'interpénètrent de multiples façons.

C'est ici aussi que l'on peut voir ces figures qui font penser à de l'altération en boules...

C'est ici aussi que l'on peut voir ces figures qui font penser à de l'altération en boules...

… mais qui n'en sont pas ! C'est la mise en place en deux temps de magmas différents l'un de l'autre...

… mais qui n'en sont pas ! C'est la mise en place en deux temps de magmas différents l'un de l'autre...

… qui expliquerait ces curieuses figures sous nos pieds.

… qui expliquerait ces curieuses figures sous nos pieds.

On les retrouve aussi nombreuses que variées...

On les retrouve aussi nombreuses que variées...

… aussi bien sur l'estran qu'en bordure de falaise comme ici...

… aussi bien sur l'estran qu'en bordure de falaise comme ici...

… où les récentes tempêtes ont fait pas mal de dégâts !

… où les récentes tempêtes ont fait pas mal de dégâts !

C'est la partie Est de St-Jean du Doigt que nous allons voir maintenant.

C'est la partie Est de St-Jean du Doigt que nous allons voir maintenant.

Là ce sont de véritables brèches tectoniques...

Là ce sont de véritables brèches tectoniques...

… dont la variété est surprenante...

… dont la variété est surprenante...

… que nous allons examiner en détail… et même en prenant des notes pour certain(e)s.

… que nous allons examiner en détail… et même en prenant des notes pour certain(e)s.

Là où le profane pourrait voir un "oiseau en vol" par exemple… le géologue voit toute uns histoire à reconstituer.

Là où le profane pourrait voir un "oiseau en vol" par exemple… le géologue voit toute uns histoire à reconstituer.

… parfois relativement simple...

… parfois relativement simple...

… parfois un peu plus complexe...

… parfois un peu plus complexe...

… mais toujours très photogénique.

… mais toujours très photogénique.

Nous voici à Poul Rodou...

Nous voici à Poul Rodou...

… à la recherche d'abord de ces conglomérats dans le briovérien de Locquirec…

… à la recherche d'abord de ces conglomérats dans le briovérien de Locquirec…

… nous sommes en effet dans une zone où il y a de l'Icartien (des terrains de 2 milliards d'années)… du Briovérien (avec à leur base ces conglomérats)...

… nous sommes en effet dans une zone où il y a de l'Icartien (des terrains de 2 milliards d'années)… du Briovérien (avec à leur base ces conglomérats)...

… et enfin des formations diapiriques sur lesquelles nous arrivons maintenant.

… et enfin des formations diapiriques sur lesquelles nous arrivons maintenant.

La diorite (claire) est remontée par endroits dans la masse des gabbros (de couleur foncée) située au-dessus dans une "chambre magmatique" en pleine évolution.

La diorite (claire) est remontée par endroits dans la masse des gabbros (de couleur foncée) située au-dessus dans une "chambre magmatique" en pleine évolution.

C'est tout cela qui nous est expliqué ici...

C'est tout cela qui nous est expliqué ici...

… avant examen en détail...

… avant examen en détail...

… des ces curieuses formations… parfois multiples comme ici…

… des ces curieuses formations… parfois multiples comme ici…

… et que je vous montre en détail pour terminer.

… et que je vous montre en détail pour terminer.

C'est volontairement que je n'ai fourni qu'un minimum d'explications d'ordre géologique. Vous pouvez en effet trouver ces explications en consultant le site et les publications de la S.G.M.B. (Société Géologique et Minéralogique de Bretagne). Mon but est plutôt de donner envie d'aller voir (ou revoir) cette région du Petit Trégor attrayante et variée au possible… et qui laissera sûrement (comme me l'ont dit certains) des souvenirs grandioses à tous les participants à cette 61ème sortie du groupe "P.G.22"

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 22:43

Le mardi 29 avril 2014, un rendez-vous était fixé à 13 h. devant l'église de Langrolay aux membres du groupe "P.G.22". Il y avait une quinzaine de participants.

Premier arrêt : la grève de Morlet (Langrolay)

Observation de micaschistes (et gneiss fins) . Nous sommes au sommet d'une série de sédiments briovériens (plus proche de la série de Binic que de la série de Lamballe) : des dépôts de vases (silts) transformés en micaschistes (avec par endroits des grès fins ou greywackes transformés en gneiss fins). Le métamorphisme est faible : faciès "schistes verts" avec présence de chlorite.

Voici le groupe se dirigeant vers les affleurements (qui ne sont pas tout près du parking). Heureusement la marée est descendante et le temps fort agréable.

Voici le groupe se dirigeant vers les affleurements (qui ne sont pas tout près du parking). Heureusement la marée est descendante et le temps fort agréable.

Par contre en arrivant sur le site nous avons la surprise de constater qu'une partie de la falaise vient de s'ébouler. Par précaution nous n'examinons pas la partie atteinte (pourtant intéressante)...

Par contre en arrivant sur le site nous avons la surprise de constater qu'une partie de la falaise vient de s'ébouler. Par précaution nous n'examinons pas la partie atteinte (pourtant intéressante)...

… il reste cependant au niveau de la pointe et un peu au-delà suffisamment d'observations à faire !

… il reste cependant au niveau de la pointe et un peu au-delà suffisamment d'observations à faire !

Ce sont d'abord les plissements complexes qui sautent aux yeux...

Ce sont d'abord les plissements complexes qui sautent aux yeux...

… aussi bien en vue d'ensemble que dans le détail…

… aussi bien en vue d'ensemble que dans le détail…

… comme on voit ici… avec par endroits de la crénulation...

… comme on voit ici… avec par endroits de la crénulation...

… que l'on voit ici en gros plan… sur un fragment de micaschiste trouvé sur la plage.

… que l'on voit ici en gros plan… sur un fragment de micaschiste trouvé sur la plage.

Pendant le retour en effet , nous faisons aussi de multiples arrêts… à l'aplomb d'une falaise de limons quaternaires.

Pendant le retour en effet , nous faisons aussi de multiples arrêts… à l'aplomb d'une falaise de limons quaternaires.

Les découvertes des uns et des autres sont examinées (ici une brèche tectonique par exemple)...

Les découvertes des uns et des autres sont examinées (ici une brèche tectonique par exemple)...

… pour comparer (et éventuellement photographier…) les trouvailles.

… pour comparer (et éventuellement photographier…) les trouvailles.

Second arrêt : la plage et la pointe de Garel (Minihic)

Ici les sédiments d'origine étaient des sables (plus ou moins vaseux) et les roches observées sont des gneiss pour l'essentiel. Le métamorphisme est un peu plus poussé que précédemment et la cordiérite fait son apparition. De la sillimanite est signalée aussi sur les documents de la SGMB que nous consultons.

Le groupe atteint les premiers points d'observation.

Le groupe atteint les premiers points d'observation.

Voici l'aspect de la roche sous nos pieds...

Voici l'aspect de la roche sous nos pieds...

… cependant que nous observons de près la falaise...

… cependant que nous observons de près la falaise...

… à la recherche notamment de la sillimanite… que Monique KUBIAK croit avoir détectée ici.

… à la recherche notamment de la sillimanite… que Monique KUBIAK croit avoir détectée ici.

Plus loin, ce sont les plissements qui sont remarquables… la réglette (fournie par Gilles MARJOLET) donne l'échelle !

Plus loin, ce sont les plissements qui sont remarquables… la réglette (fournie par Gilles MARJOLET) donne l'échelle !

Troisième arrêt : la pointe de Cancaval

Ici toujours des gneiss (avec cordièrite et sillimanite) mais avec par endroits un début de fusion. Les filons de granites (parfois pegmatitiques) déjà rencontrés dans les deux sites précédents deviennent ici encore plus abondants.

Un sentier fait le tour de la pointe.

Un sentier fait le tour de la pointe.

Voilà la vue que l'on a en quittant le parking.

Voilà la vue que l'on a en quittant le parking.

Un peu plus loin, la vue sur La Richardais (qui sera l'étape suivante...) est superbe.

Un peu plus loin, la vue sur La Richardais (qui sera l'étape suivante...) est superbe.

Il faut marcher un certain temps… avant d'atteindre les premiers pointements rocheux.

Il faut marcher un certain temps… avant d'atteindre les premiers pointements rocheux.

Certains s'y installent… l'endroit est fort agréable avec vue sur le domaine de Montmarin.

Certains s'y installent… l'endroit est fort agréable avec vue sur le domaine de Montmarin.

A ceux qui m'ont suivi en contrebas… je montre un endroit...

A ceux qui m'ont suivi en contrebas… je montre un endroit...

… où l'on voit un début de fusion… avec déformations par déplacement des parties fondues.

… où l'on voit un début de fusion… avec déformations par déplacement des parties fondues.

Arrêt numéro 4 : le port de La Richardais

Ici la fusion est partout présente. Nous sommes dans le domaine des métatexites. Les zones où la roche contenait 1/3 de quartz, 1/3 de feldspaths potassiques et 1/3 de plagioclases (mélange eutectique) ont fondu facilement formant le néosome. Les autres parties restant à l'état de gneiss forment le paléosome.

Nous sommes maintenant dans la petite anse au sud de la jetée du port.

Nous sommes maintenant dans la petite anse au sud de la jetée du port.

C'est là que les métatexites se voient le mieux (les bandes claires de néosome alternant avec les bandes de gneiss)...

C'est là que les métatexites se voient le mieux (les bandes claires de néosome alternant avec les bandes de gneiss)...

Les parties ayant fondues (néosome) se voient ici dans la partie supérieure de la photo… et les gneiss sont en bas.

Les parties ayant fondues (néosome) se voient ici dans la partie supérieure de la photo… et les gneiss sont en bas.

… les parties fondues se reconnaissent à leur couleur claire (le leucosome correspondant au mélange eutectique) et leurs bordures noires (le mélanosome, formé par les minéraux ferro-magnésiens non fondus mais repoussés en bordure).

… les parties fondues se reconnaissent à leur couleur claire (le leucosome correspondant au mélange eutectique) et leurs bordures noires (le mélanosome, formé par les minéraux ferro-magnésiens non fondus mais repoussés en bordure).

Arrêt numéro 5 : la pointe nord de La Richardais

ici on passe progressivement des métatexites à des diatexites : tout a fondu. Il ne reste plus de gneiss. On reconnait encore au début des bandes de leucosome et de mélanosome (diatexites rubanées). Puis tout se mélange : diatexites nébulitiques

Le groupe se dirige vers la pointe.

Le groupe se dirige vers la pointe.

On voit ici le passage des métatexites (à gauche) aux diatexites (dans la partie supérieure droite)

On voit ici le passage des métatexites (à gauche) aux diatexites (dans la partie supérieure droite)

Les plissements et déformations sont remarquables...

Les plissements et déformations sont remarquables...

… et se voient à toutes les échelles.

… et se voient à toutes les échelles.

Ici c'est un filon de dolérite (une roche très dure quand elle est fraîche mais qui s'altère facilement près de la surface et devient alors fragile) qui donne le creux visible dans la falaise

Ici c'est un filon de dolérite (une roche très dure quand elle est fraîche mais qui s'altère facilement près de la surface et devient alors fragile) qui donne le creux visible dans la falaise

Voici l'aspect des diatexites nébulitiques un peu plus loin.

Voici l'aspect des diatexites nébulitiques un peu plus loin.

Arrêt numéro 6 : la pointe du Moulinet (Dinard)

Ici on passe par endroits à du granite d'anatexie par fusion totale et mélange complet de toutes les parties de la roche. Il y reste cependant des zones épargnées et qui forment des enclaves plus ou moins vastes dans le granite.

C'est ce que l'on voit ici en descendant le sentier où il y a le panneau d'orientation (au loin...en haut à gauche de la photo)...

C'est ce que l'on voit ici en descendant le sentier où il y a le panneau d'orientation (au loin...en haut à gauche de la photo)...

Voici une enclave de métatexite (avec du quartz injecté...) dans le granite.

Voici une enclave de métatexite (avec du quartz injecté...) dans le granite.

Dans le granite lui-même, il y a aussi des injections… sans compter les nombreux filons (de dolérite entre autres).

Dans le granite lui-même, il y a aussi des injections… sans compter les nombreux filons (de dolérite entre autres).

Seuls (par endroits) de petits filets noirs (mélanosome non fondu) différencie le granite d'anatexie du granite véritable (montée d'un magma).

Seuls (par endroits) de petits filets noirs (mélanosome non fondu) différencie le granite d'anatexie du granite véritable (montée d'un magma).

Je termine par cette photo qui résume bien ce que nous avons vu : les micaschistes (ou gneiss) avec des minéraux de néoformation mais sans fusion (en toile de fond)… un galet d'anatexite (niveau diatexite pour ceux qui ont bien suivi !…)  à gauche avec fusion des zones eutectiques (claires)… un galet de granite d'anatexie (en haut à droite) avec fusion complète.

Je termine par cette photo qui résume bien ce que nous avons vu : les micaschistes (ou gneiss) avec des minéraux de néoformation mais sans fusion (en toile de fond)… un galet d'anatexite (niveau diatexite pour ceux qui ont bien suivi !…) à gauche avec fusion des zones eutectiques (claires)… un galet de granite d'anatexie (en haut à droite) avec fusion complète.

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 22:51

Le mercredi 13 novembre 2013, pour sa 59ème sortie, le groupe "P.G.22" a visité des sites de l'époque gallo-romaine : la carrière de granite de Locuon d'abord et ensuite deux endroits où sont visibles les aqueducs qui dirigeaient l'eau vers Carhaix (Vorgium à l'époque, la prestigieuse capitale de Osismes).

 

Je remercie Michel LALOI, Guillaume LESAGE et Maryvonne GLOUX qui m'ont fourni des photos en complément des miennes.

 

J'ajoute à la fin de l'article des photos recues de Monique KUBIAK d'abord et finalement (au cours de la sortie du samedi 16 sur le cap d'Erquy) de Jacques BESTORY. 

 

 

01

Le rendez-vous était fixé ici, devant l'église de Locuon...

 

 

02

 ... où (à 13 heures) une vingtaine de personnes se sont retrouvées.

 

 

03

 Nous sommes sur le plus important des massifs leucogranitiques qui bordent au nord le "Cisaillement Sud Armoricain" : le massif de Rostrenen-Pontivy.

 

 

03A

 C'est dans l'église de Locuon où nous entrons maintenant...

 

 

03B ... que l'on voit bien le granite local : un leucogranite à un seul mica (de la muscovite ou mica blanc).

 

 

04

 On voit ici deux blocs de ce granite clair datant de l'époque romaine...

 

 

04A

 ... puis christianisés pour servir, l'un de support, l'autre de bénitier.

 

 

09

 Ce calvaire très ancien est sculpté lui dans un granite un peu différent mais local cependant.

 

 

11A

 Ensuite c'est vers la carrière et la chapelle de La Fosse (visible ici en bas d'un majestueux escalier)...

 

 

12 ... que le groupe se dirige emmené par Monique KUBIAK...

 

 

13

 ... qui nous fournit tous les renseignements souhaités...

 

 

10

 ... sur la carrière d'abord...

 

 

14

 ... et sur les récentes fouilles effectuées. Celles-ci ont montré par exemple qu'en bas de cet escalier (que le groupe descend maintenant... se trouvait un escalier plus ancien et maintenant recouvert de terre.

 

 

15

 Une statue (découverte sur le site) a été placée (comme voit ici au centre de la photo) sur l'une des rembardes de l'escalier. Elle représenterait une déesse mère (avec deux mains et deux seins bien visibles) mais a perdu sa tête !

 

 

15A Le groupe se dirige maintenant vers la chapelle...

 

 

16

 ... puis nous en faisons le tour...

 

 

18

 ... car c'est là que l'on voit bien les traces laissées sur la roche...

 

 

19

 ... par cet outil appelé "Escoude" dont les carriers de l'époque gallo-romaine se servaient pour débiter des blocs de ce granite de teinte claire, fin et bien homogène.

 

 

20 Cette tête d'une part et des trous bien alignés dans la roche laissent à penser qu'un lieu de culte romain a été établi dans cet endroit bien abrité...

 

 

21

 ... et qui a été christianisé par la suite... avant même l'édification de la chapelle... car cette croix (de l'époque carolingienne) figure sur le front de taille (non loin de la tête de la photo précédente).

 

 22A

 La chapelle est aussi admirablement décorée... on voit ici Saint Roch se faisant lécher par son fidèle chien un bubon au niveau du genou gauche... tout cela sous le regard d'un ange qui va guérir finalement le saint... institué (à l'époque où cette maladie sévissait) guérisseur de la peste.

 

 

23

 Plus tard c'est la Vierge de Lourdes qui a été honorée sur cet autre front de taille...

 

 

24

 ... où l'on repère encore des trous alignés... qui sont les traces des coins en bois utilisés pour soulever les blocs de granite une fois ceux-ci dégagés sur tous les autres côtés à coups d'Escoude.

 

 

25 L'intérieur de la chapelle (qui, comme l'église, nous a été ouverte à la demande de Monique)... valait aussi le coup d'oeil...

 

 

 DSC0067

... ne serait-ce que pour son pavage très ancien. 

 

 

26 Nous descendons maintenant vers la carrière elle-même...

 

 

27

 ... où il y a aussi beaucoup à voir...

 

 

27A

 ... d'abord cette fontaine...

 

 

28

 ... située près de la personne que l'on voit au centre de la photo, elle alimente grâce à une conduite empierrée, le lavoir visible en contrebas.

 

 

30

 Les fronts de taille aussi sont impressionnants.

 

 

30A

 Ici on voit encore deux restes de piliers... et plus loin un bloc de pierre tout débité mais resté sur place !

 

 

31

 Sortis de la carrière... et ayant examiné le site occupé par les maisons des carriers... le groupe traverse un village plus ou moins abandonné...

 

 

31A ... et où nous avons fait arrêt pour examiner le granite de Locuon dans les murs des maisons... avec ici des inclusions exceptionnelement riches en minéraux ferro-magnésiens...

 

 

31B ... qui ici semblent bien être de la tourmaline... un minéral qui n'est pas rare dans les leucogranites dont j'ai parlé au début.

 

 

32

 Nous voici arrivés aux abords d'une ancienne voie romaine...

 

 

33

 ... par chance préservée lors du remembrement... puis fouillée ensuite comme l'explique ce panneau...

 

 

34

 ... et sur lequel Monique nous fournit toutes sortes d'infos... notamment sur les charrois tirés par des boeufs qui emprutaient cette voie pour livrer à Carhaix (avec un relais à Paule) les blocs extraits de la carrière.

 

 

35 Nous faisons ensuite une rapide visite des lieux... dont nous revenons maintenant.

 

 

36

 De retour vers le bourg de Locuon, nous échangeons avec les habitants du coin...

 

 

36B

 ... pour bien connaître l'histoire locale...

 

 

37

 ... avant de nous retrouver à nouveau près de l'église...

 

 

37A

... et de rejoindre les voitures où gateaux, café, thé... nous sont offerts par quelques uns des participants (dont Monique bien sûr!).

 

 

38 Ensuite, cartes à l'appui... toutes les indications nous sont fournies pour les prochaines étapes... en direction de Maël-Carhaix.

 

 

40  Nous voici arrivés à un endroit où de chaque côté de la route...

 

 

41B

... se voient en coupe deux aqueducs... on les voit bien de l'autre côté de la route là où sont garées les voitures... le plus ancien étant devenu insuffisant, un second conduit plus grand a été construit... plus long (car allant chercher des sources plus lointaines) et plus volumineux (pour un plus fort débit)...mais  paralléle à l'ancien cependant : on n'avait pas le choix il fallait bien suivre les courbes de niveau ! 

 

 

41A

... on voit sur cette photo le plus récent des deux... avec son revêtement en "tuileau" rose destiné à l'étanchéifier... et son toit en ardoise locale.

 

 

41

 Ici aussi les commentaires vont bon train !

 

 

43

 ... notamment autour de ce panneau qui fournit des détails sur les 27 kilomètres de l'aqueduc le plus long... sur les sources utilisées...sur les débits de l'aqueduc le plus ancien comparé au plus récent... des débits que Gilles MARJOLET (notre hydrogéologue de service) recadre un peu cependant !

 

 

42

 Nous voici arrivés à un endroit...

 

 

 

42A ... nommé (comme on voit sur ce panneau) le "tunnel de Kervoaguel".

 

 

46

 Nous sommes en effet à la sortie d'une conduite de 800 mètres de long... traversant une butte pour conserver une pente suffisante. 

 

 

46A

 La galerie n'est pas très haute et assez étroite... elle a été creusée dans le schiste local... et est bien maçonnée comme vous le montre cette photo prise au travers de la grille que l'on voit sur la photo précédente. Remarquez cependant que le mur de gauche est déformé !

 

 

45 L'endroit comme vous voyez est même équipé d'une table de pique-nique... ce sont surtout les châtaignes que les participants ont appréciées !

 

 

44

 Autour des deux panneaux explicatifs...

 

 

48

 ... et des nombreuses explications fournies par Monique...

 

 

47

 ... voyez que la discussion est animée... si bien que le soir commençait à tomber... et le froid s'accentuait aussi... lorsque nous sommes remontés vers les voitures pour prendre le chemin du retour !

 

 

Des photos de Monique KUBIAK

 

 

01

 Aspect du granite de Locuon sur l'un des piliers de l'église. Les tâches noires peuvent être de la cordiérite ou plus probablement de la tourmaline.

 

 

02 Toujours dans l'église de Locuon : une niche sculptée sans doute fort ancienne.

 

 

03

 L'escalier qui descend vers la chapelle de la Fosse... avec (sur la gauche de la photo)...

 

 

04

 ... la statue sans tête de la déesse mère dont j'ai déjà parlé.

 

 

05

 Des traces d'Escoude admirablement conservées depuis l'époque romaine...

 

 

06

 ... et dans la même zone une niche de l'ancien temple (gallo-romain sans doute) dont la construction a précédé celle de la chapelle.

 

 

07

 Les piliers abandonnés dans la carrière...

 

 

08

 ... et le bloc de granite qui les accompagne.

 

 

09

 Gros plan sur l'aqueduc le plus ancien lors de l'arrêt au bord de la route.

 

 

10

 Une vue du tunnel (dont la sortie a été aménagée) et que nous avons vu lors du dernier arrêt. 

 

 

Des photos de Jacques BESTORY pour terminer

 

 

01Poutres

 Les trous où devaient s'insérer les poutres de l'ancien temple derrière la chapelle de La Fosse.

 

 

02Niche Fosse

 Une niche à l'intérieur de la chapelle en question.

 

 

03Voie Romaine 1 Au départ de la voie romaine...

 

 

04Romaine 2

 ... voici le groupe arrêté...

 

 

05Monique

 ... pour écouter les explications de Monique KUBIAK.

 

 

06Aqueduc

 Voici le tunnel vu lors de dernier arrêt... près du groupe et sur la droite de la photo...

 

 

07Déviation aqueduc

 ... l'eau qui sort du tunnel est maintenant détournée pour alimenter cette installation (sans doute assez récente).

 

 

Je vais mettre prochainement sur le blog des photos de la sortie "Géologie et paysage du cap d'Erquy" qui vient de se terminer. 

 

  

 

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
18 octobre 2013 5 18 /10 /octobre /2013 23:03

Le vendredi 18 octobre 2013, le groupe "P.G.22" a visité plusieurs sites de la baie de Saint-Brieuc à la découverte des différents poudingues (et plus généralement des formations briovériennes qui les contiennent) :

 1 - les Rosaires et les poudingues de la pointe des Tablettes,

 2 - les poudingues de la vallée du Gouet en enrochements,

 3 - les 3 sites où l'on voit les poudingues de Cesson

 4 - les poudingues d'Hillion.

 

Je remercie Michel LALOI qui m'a tout de suite envoyé ses photos... que j'ai donc pu joindre aux miennes... Je viens aussi d'ajouter à la fin de l'article des photos que m'ont envoyées 3 autres personnes... 

 

 

 01

Les participants se sont retrouvés à l'extrémité est des Rosaires.

 

 

02

 Le groupe arpente ensuite le cordon de galets...

 

 

03

 ... puis s'éloigne de plus en plus des formations quaternaires rencontrées jusqu'ici...

 

 

04

 ... pour rejoindre les premiers rochers... et aussi les premiers dépôts en masse de coquilles de Crépidules ! 

 

 

05

 Nous sommes maintenant sur le briovérien (des méta-sédiments) de la série de Binic.

 

 

06

 ... et les discussions vont bon train !

 

 

07

 C'est un peu plus loin, de l'autre côté de la pointe des Tablettes que l'on voit ici...

 

 

08

 ... que nous allons découvrir...

 

 

09

 ... ces poudingues dont les galets peu abondants sont de taille variables.

 

 

10

 Les galets en question sont formés principalement de granites avec aussi quelques quartzites)...

 

 

11... et comme on voit ici, ils sont déformés par étirement... avec même des petits plissements par endroits (en dessous des huitres). Voir aussi une photo que j'ai ajoutée à la fin et qui montre ces plissements en plus gros plan. 

 

 

12 Revenus aux Rosaires, nous examinons (avec ces blocs en enrochement) le briovérien de la série "Erquy-Lanvollon"...

 

 

13

 ... ce sont des amphibolites avec par endroits des laves en coussins comme on voit ici.

 

DSC05211Maintenant nous arrivons à l'enrochement de la Grève des Courses... les blocs visibles au premier plan sont des boules de granodiorite de St-Brieuc... nous nous dirigeons vers ceux qui sont plus loin et qui proviennent des carrières du Gouet...

 

  

14

 ... voici l'aspect des poudingues que l'on peut y voir...

 

 

16

  ... ils sont très déformés...

 

 

Poudingue tecto ... avec même de curieuses figures parfois !

 

 

17 Pour accéder aux poudingues de Cesson... il faut maintenant franchir une zone de vase avec d'abondants dépôts de sulfure de fer qui donne cette couleur noire aux sédiments.

 

 

18

 Nous examinons d'abord les poudingues situés les plus au sud (et donc les plus anciens)... leurs gros galets sont (presque ) tous formés de Trondhjémite (une variété de diorite) présente de l'autre côté de la baie (entre Jospinet et St-Maurice) c'est à dire dans le Pentévrien. A la fin je mets une photos de Monique KUBIAK qui montre les poudingues intermédiaires. 

 

 

19

 En revenant sur nos pas nous voici face aux poudingues de Cesson les plus au nord (et aussi les plus connus) : ils sont formés de galets de plusieurs sortes (poudingues polygéniques) et très déformés (avec cependant des différences selon la taille et surtout selon la nature des galets).

 

 

23

 Nous passons ensuite de l'autre côté de l'Anse d'Yffiniac pour arriver sur le site de l'Hôtellerie à Hillion.

 

 

24

 Les poudingues observés ici ont des galets encore plus petits...

 

 

25 ... mais assez comparables aux poudingues polygéniques de Cesson...

 

 

26

 ... et comme eux très déformés !

 

 

27

 Un peu plus loin nous retrouvons le filon de dolérite bien connu pour son altération en boules...

 

 

28

 ... avec de fines écailles en pelure d'oignon.

 

 

29  Voici l'aspect de ce même filon, récemment dégagé par la mer...

 

 

30

 ... et vu un peu plus loin... là où nous avons jugé utile de remonter vers le sentier côtier vu la montée rapide de la marée !

   

Ainsi se termine par un temps fort agréable la 58ème sortie de notre groupe "Patrimoine Géolgique 22" rattaché au "Réseau des Naturalistes costarmoricains" le tout géré par Vivarmor Nature.

 

La prochaine sortie géol sera sur la Cap d'Erquy le samedi 16 novembre 2013, cette fois dans le cadre de notre programme général de sortie... ce sera donc une "sortie grand public" (et non plus réservée à ceux qui font partie du groupe "P.G.22").

 

Entre temps (et c'est demain samedi 19 et dimanche 20 octobre 2013) ce sont les champignons que Vivarmor vous invite (comme tous les ans) à découvrir dans la région du Gouray. 

 

 

Je viens de recevoir des photos de 3 autres participant(e)s. Je vous montre donc celles de leurs photos qui complètent les précédentes

 

Des photos de Guillaume LESAGE d'abord

 

DSC05176

 On voit ici le groupe qui vient de se rassembler ...

 

 

DSC05177

 ... et examine des échantillons de tourbe et de roches...trouvés dans le voisinage des Rosaires par Gilles MARJOLET.

 

 

DSC05182

 Je parle ici du cordon de galets des Rosaires.

 

 

DSC05186

 Ici nous examinons les falaises quaternaires formées par solifluxion des altérites qui ont descendu la pente située au-dessus. 

 

 

 Des photos d'Eliane BERTHELOT ensuite

 

groupe P.G. aux Rosaires

 On voit ici le groupe à proximité des Rosaires.

 

 

poudingues de la pointe des Tablettes

 Voici une photo des poudingues de la pointe des Tablettes où l'on voit bien les déformations par plissement.

 

 

Pillow lavas en enrochement aux Rosaires et issus de la sé

 Ici dans les enrochements des Rosaires un second endroit où des laves en coussins sont visibles.

 

 

Poudingues de Cesson polygéniques et déformés

 On voit ici de près l'aspect des poudingues polygéniques de Cesson.

 

 

 Des photos de Monique KUBIAK pour terminer

 

blog-Kubiak 3652

 Les métasédiments de la série de Binic visibles à la pointe des Tablettes ont été déformés... ce qui se voit bien ici avec le boudinage du banc de grès.

 

blog-Kubiak 3642

 J'indique plus haut que les galets sont rares dans les poudingues des Tablettes... cette photo montre que ce n'est pas toujours le cas !

 

 

blog-Kubiak 3691

 Voici une vue de près des galets de Trondhjémite dans les poudingues de Cesson les plus au sud.

 

blog-Kubiak 3698

 Ici je montre les énormes galets des poudingues intermédiaires de Cesson (qui sont cependant de moins en moins visibles car l'endroit s'éboule et se végétalise).

  

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 21:21

C'est le lundi 9 septembre 2013 que nous avions rendez-vous avec Jacques BERTHOLET pour découvrir l'extrémité de la pointe de Bihit. Peu après 14 heures, les douze participants finissent par se retrouver et partent à la découverte des différentes formations géologiques décrites ci-dessous : 

 

01

Nous voici dans la descente qui va du parking où nous avons garé les voitures vers l'extrémité de la pointe...

 

 

 02

 ... arrivés en bas de la pente, le groupe se dirige vers le rivage de droite...

 

 

03

 ... pour examiner cette première formation...

 

 

04

 ... sur laquelle votre serviteur essaie de soulager son genou droit... qui venait de le "lâcher" quelque temps avant !

 

 

05

 Cette roche est le "granite cataclastique de Bihit".

 

 

06

 Vous le voyez ici en gros plan avec des minéraux plus ou moins alignés.

 

 

07

 Ici ce sont deux échantillons prélevés au voisinage qui montrent la couleur réelle de la roche.

 

 

08 L'aspect étiré et aligné des minéraux apparaît bien ici...

 

 

09

 ... cela donne parfois à la roche cet aspect.

 

 

10

 Des filonnets de quartz s'y rencontrent aussi...

 

 

11

 ... qui, lorsqu'ils sont abondants, donnent cet aspect à la roche.

 

 

 

12 Il y a parfois des enclaves plus sombres fortement étirées...

 

 

13

 ... et qui peuvent donner des figures curieuses comme celle-ci !

 

 

14

 La seconde formation géologique rencontrée est la série volcano-sédimentaire de Locquirec...

 

 

15

 ... que voici vue de près.

 

 

16

   Les différentes couches de cette formation briovérienne sont le plus souvent redressées à la verticale...

 

 

17 ... elles forment tout cet estran relativement plat... que nous voyons en prenant de la hauteur... avec au fond la plage de Tresmeur (à droite) et l'île Milliau (à gauche).

 

 

19 C'est toujours cette formation que nous rencontrons en atteignant ici le sommet de "l'île de Bihit"...

 

 

20

 ... et que cette photo nous montre en gros plan.

 

 

22

 C'est encore elle que l'on va rencontrer en descendant sur la côte ouest...

 

 

23

 ... avec parfois intercalés, des sédiments de couleur claire...

 

 

24

 ... d'épaisseur variable...

 

 

25

 ... et formant contraste avec les sédiments plus sombres... ces couches claires sont sans doute des volcano-sédiments provenant de volcans plus acides...

 

 

27

 ... que ceux-ci qui forment l'essentiel de la série... nous sommes ici dans la partie supérieure de la formation de Locquirec, le "membre de Locquémeau" dit la carte au 1/50.000 de Lannion.

 

 

27A

 S'y intercalent parfois des laves comme celles que l'on voit ici.

 

 

28A

 ... des pointements de granite (un peu plus sombre que celui vu précédemment) se voient aussi par endroits dans cette série de Locquirec ...

 

 

30 ... ainsi que des filons de dolérite fortement étirés et déformés...

 

 

31

   ... comme on le voit ici en examinant de près la bordure de ce filon...

 

 

 32

 ... ou encore un plus loin dans la falaise cet ensemble où l'on distingue de gauche à droite la dolérite (avec une inclusion granitique plus claire) et (sur la droite) les volcano-sédiments (étirés et déformés au contact).     

 

 

 

33

 Nous voici arrivés sur la dernière pointe...

 

 

34... de là nous apercevons la "Roche Mignonne" et "Porz Raden", ce qui va m'amener à parler de deux autres formations géologiques.

 

 

35

 Commençons par la plus célèbre :  vous voyez ici les orthogneiss icartiens (plus de 2 milliards d'années !). Nous les avons rencontrés d'abord en descendant sur la côte est de l'île de Bihit...

 

 

36 ... où cette photo a été prise et qui montre... 

 

 

37 ... des gneiss déformés. Sur l'île de Bihit ils apparaissent intercalés parmi la série de Locquirec "à la faveur d'anticlinaux" dit l'Atlas géologique de la baie de Lannion (une publication récente d'IFREMER).

 

 

38  Quant à la "Roche Mignonne" que l'on voit ici...

 

 

39

 ... elle est formée d'un microgranite (autrefois exploité du côté mer où on le chargeait directement dans des bateaux). Nous ne l'avons pas été observé sur place au cours de la sortie... 

 

 

42 ... mais on en parle sur ce "Géosolmar" déjà rencontré lors de la sortie avec odile GUERIN... (sur cette photo on voit les formations icartiennes du numéro 0 au numéro 4)...

 

 

 Geosolmar  ... et que sommes retournés voir avec Monique KUBIAK. (le microgranite de la Roche Mignonne porte ici le numéro 8).

 

Je remercie Michel LALOI et Monique KUBIAK qui m'ont envoyé quelques unes des photos ci-dessus. 

 

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 20:46

Grâce à Monique KUBIAK, nous avons découvert le samedi 29 juin 2013, en baie de Lannion, des formations géologiques remarquables.

 

Merci à Michel LALOI et Guillaume LESAGE dont les photos complètent les miennes 

 

 

01

Premier arrêt à St-Efflam...

 

 

02 ... où Monique KUBIAK informe le groupe...

 

 

03

 ... sur les formations briovériennes visibles ici : des schistes avec de nombreux filons de quartz...

 

 

03A

 ... dont certains sont plissotés (plis ptygmatitiques) par suite d'un raccourcissement dû à une compression de la roche encaissante.

 

 

04A

 Dans d'autres filons on voit des cristaux de quartz bien formés, ce qui veut dire que la cassure était suffisamment large pour permettre à la silice déposée par l'eau sur les 2 parois de cette cassure de former des cristaux sans rencontrer d'obstacle. Cela se passait bien sûr à quelques kilomètres de profondeur... 

 

 

04

 ...nous sommes en effet ici sur la formation briovérienne dite "de Plestin les Grèves" dont l'âge est estimé à 585 millions d'années environ... et qui a donc subi 2 orogénes (formations de chaînes de montagnes) : l'orogène cadomien et l'orogène hercynien.  

 

 

05

 Les schistes ardoisiers de cette formation ont été exploités depuis le 18ème siècle jusque 1918... et ont servi bien sûr pour les constructions locales comme le toit de cette fontaine...  

 

05A

 ...et encore les murs aux alentours.

 

 

04B

 Lady Mond elle (voir dans "sorties 2012" notre sortie à Belle Isle en Terre)... avait les moyens de faire venir des roches de beaucoup plus loin... mais elle appréciait manifestement cet endroit proche des carrières puisque c'est là qu'elle a fait construire sa villa en bord de mer  !

 

 

06

 Second arrêt : nous arrivons au voisinage du "Grand Rocher", dans un endroit où il y a depuis quelque temps un important désablage.

 

 

07

 C'est ainsi que l'on peut voir d'anciens déblais de carrières...dont certains fort intéressants comme celui qui se trouve au centre de la photo... 

 

 

07A

 Parmi ces déblais en effet...

 

.08

... si certains retiennent l'attention...

 

 

09  ... et intéressent les photographes...

 

 

10

 ... c'est parce qu'ils contiennent (et parfois en abondance) un minéral bien reconnaissable...

 

 

11 ... des mâcles de "chiastolite" (une variété d'andalousite)...

 

 

12

 ... tout à fait comparable à ce que nous avons vu dans la région de Mur de Bretagne ou encore à Glomel où on les exploite (sous le nom de "guerphalite") pour la fabrication de produits réfractaires... trouver des "schistes à chiastolite" de cette qualité ici (c'est ce que vient de faire Monique Kubiak il y a quelques mois) fournit donc une indication précieuse sur l'âge (ordovicien) de cette formation.

 

 

13 Comme les "schistes à chiastolites" voisinent avec les grès-quartzites du "Grand Rocher"...

 

 

14 ... nous nous lançons dans l'escalade de celui-ci... avec un premier arrêt au niveau de la grotte à chauve-souris que l'on voit ici.

 

 

15

 Si les schistes sont ordoviciens cela veut dire que le grès du "Grand Rocher" est du "grès armoricain"...

 

 

16 ... or au sommet du grès armoricain (dans le synclinorium médian) il y a des intercalations de schistes à chiastolites par endroits... et effectivement nous découvrons la même chose ici !

 

 

 17

 Arrivés au sommet une bonne partie du groupe contemple assis...

 

 

17B ... le magnifique panorama qui s'étale sous nos yeux (ici en direction de St-Michel en Grève)...

 

 

17A

 ... et ici en direction de la plage où nous étions tout à l'heure à examiner les "schistes à chiastolites".

 

 

18

 Cependant des photographes du groupe prospectent pendant ce temps là...

 

 

19 ... et nous signalent sur cet éperon rocheux... un endroit où, sur une cassure parmi des schistes incorporés dans le grès,...

 

 

20

 ... des niveaux à chiatolites se distinguent...  identiques à ceux que nous avons repérés dans la montée... ce qui confirme bien que nous avons ici (au voisinage de formations briovériennes de 600 millions d'années environ) des formations de 470 à 460 millions d'années ! 

 

 

21

 Aussi c'est très satisfait que le groupe fait en revenant au point de départ ce petit arrêt de réconfort !

 

 

22 Nous reprenons les voitures ensuite, direction St-Michel en Grève...

 

 

23 ... puis Toul Ar Vilin, où nous faisons un dernier arrêt... le groupe examine ici la carte du coin récemment éditée par Ifremer.

  

 

 24

 Monique KUBIAK a tenu à nous montrer ce site...

 

 

25

 ... car les enrochements d'une part et l'ensablement rapide de la plage d'autre part... risquent de faire disparaître les affleurements géologiques qui restent (beaucoup n'étant déjà plus visibles).

 

 

26

 Ce serait bien dommage car dans ces formations (datant comme les "schistes à chiastolites" et les "grès armoricains") de l'ère primaire (ordovicien sans doute)...

 

 

27 ... il y a des figures bien particulières comme celles que l'on voit ici...

 

 

27A

 ... ainsi qu'en plusieurs endroits... parfois recouverts d'algues vertes !

 

 

28

 De telles déformations sont connues sous le nom de "kink bands"...

 

 

29

 ... mais il est rare de les voir aussi bien marquées (et aussi photogéniques) qu'ici !

 

 

30

 Une autre formation visible un peu plus loin risque de disparaître elle aussi ...

 

 

31 ... ce sont ces "grès feldspathiques" fortement déformés... la cassure remplie de quartz elle est plus récente...

 

 

32

 Cette importante déformation donne des figures remarquables...

 

 

33

 ... que pour ma part je n'ai encore vues nulle part ailleurs... et qui risquent de devenir rapidement invisibles !

 

 

34

Le groupe fait maintenant un petit "arrêt-goûter"... merci à celles qui ont amené des gateaux !...

 

 

35

 ... avant d'aller examiner la formation qui commence de l'autre côté de Toul ar Vilin.

 

 

36

 Nous retrouvons ici la formation briovérienne de Plestin les Grèves... celle que nous avons examinée de l'autre côté de la baie à St-Efflam... Jacques BERTHOLET nous en explique en détail les déformations par plissements...

 

 

38

 ... qui sont bien visibles en plusieurs endroits.

 

 

37

 Monique aussi nous fournit maintes explications sur ce qui est visible ici... tout en ménageant ses forces !

 

 

39

Revenant vers les voitures (il est près de 19h.30 !), nous remarquons cette charmante construction...protégée maintenant de la mer par un enrochement conséquent...avec un intérêt particulier...

 

 

40

 ... car elle est construite à l'emplacement de cette ancienne masure des années 1900-1920... où habitait une vieille femme (Jân Gloadez) que l'on voit sur la photo, vivant avec ses enfants de quelques patates, du lait de ses chèvres... et des récoltes de crevettes que ses filles allaient pêcher... Quel contraste avec la demeure de Lady Mond de l'autre côté... toutes les deux cependant sur la même formation géologique : le "briovérien de Plestin les Grèves") !...

 

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
28 avril 2013 7 28 /04 /avril /2013 20:32

Pour la 55ème sortie du groupe "P.G.22" nous avons eu un temps superbement ensoleillé. Le temps (chrono) par contre nous a manqué pour tout voir. Comme nous étions tributaires de la marée nous avons dû, après la baie de La Fresnaye, aller au Guildo puis à St-Jacut ; nous sommes revenus vers St-Cast à marée montante et avons dû abréger la visite des mylonites au niveau de la pointe de la Garde et du port de St-Cast car l'heure était déjà bien avancée.

Voici ce que nous avons vu (dans l'ordre où logiquement nous aurions dû le voir) :

 - des schistes avec bancs de phtanite et niveaux graphiteux

 - des filons de dolérite plus ou moins altérés

 - des gneiss et micaschistes

 - des métatexites

 - des diatexites et granites d'anatexie

 - des mylonites dans une zone de cisaillement.

Voici des photos prises au cours des différents arrêts et je remercie tous les auteurs de ces différents clichés (ajoutés aux miens) : Colette LERICHE, Monique KUBIAK, Michel LALOI, Louis LE NORMAND.

 

 

Premier arrêt : la baie de La Fresnaye

 

01Les voitures sont garées près de l'ancienne gare du petit train (tout à fait à gauche sur la photo)... et le groupe traverse la route pour passer côté mer... Quand je vous disais qu'il faisait un temps superbement ensoleillé... cela ne veut pas dire (comme l'indiquent les tenues) un temps très chaud cependant !

 

 

02

 A l'arrière du groupe , le village de Port à la Duc (côté Fréhel)... le relief que l'on voit (voir aussi la photo suivante)... marque la limite sur le plan géologique entre l'unité de St-Brieuc et l'unite de St-Malo...

 

 

03

 Nous voici arrivés aux premières formations... à l'arrière (sur la gauche) la pointe du Fort La Latte marque la limite entre les deux unités géologiques dont je viens de parler.

 

 

04 Utilisant différents documents (ici un extrait de la carte géologique au 1/320.000 du massif armoricain), je fais un premier point pour que chacun s'y retrouve.

 

 

05 Sous nos pieds on voit bien les deux types de roches que nous allons voir en place un peu plus loin : des schistes (altérés) et en noir de la phtanite.

 

 

06

Les schistes se voient ici en fines couches aussi bien dans la falaise que sur l'estran.

 

 

10 Les dépôts originels étant de composition légèrement différente on a une alternance de couches plus ou moins claires.

 

 

08 Parfois s'y intercalent des niveaux plus massifs...

 

 

07

 ... que l'on devine également ici... ce sont des dépôts initiaux de sables très fins... parmi les dépôts de vases.

 

 

11 D'âge briovérien moyen (aux environs de 600 millions d'années)... ces dépôts ont été affectés par une première chaîne de montagnes (orogène cadomien)... ils se sont retrouvés à une grande profondeur (environ 4 kilomètres)...

 

 

12

 ... d'où les nombreux plissements...

 

 

14 ... et déformations de ces sédiments qui sont maintenant devenus des schistes. 

 

15 La partie noire que l'on devine ici en se tournant vers la falaise...

 

 

16

 ... se repère également ici... et l'on voit que ces roches sombres s'intercalent parmi les bancs de schistes...

 

 

17

 Plus résistants cependant que les schistes, ces bancs de phtanite forment des reliefs sur l'estran...ils indiquent que des dépôts siliceux riches en carbone se sont intercalés parmi les vases et sables fins qui sont à l'origine des schistes.

 

 

18  Les zones sombres que l'on voit ici...

 

 

19

 ... contiennent du carbone transformé en profondeur en graphite...

 

 

20

Il faut imaginer que des restes d'êtres vivants (seul des êtres planctoniques existaient à l'époque mais ceux-ci devaient proliférer en cas de conditions favorables) ont été localement piégés parmi les sédiments marins. Les zones plus claires sont riches en soufre (par altération probablement de sulfures de fer).

 

 

Second et troisième arrêts : des filons de dolérite

 

 

21

 Ce premier filon de dolérite très épais se voit parmi les schistes de la baie de La Fresnaye...

 

 

22

 La fracture qui a permis au magma basaltique de monter au travers des schistes est orientée presque perpendiculairement à ces derniers... C'est la mise en place d'une seconde chaîne de montagne vers 300 millions d'années (l'orogène hercynien) qui en est à l'origine.

 

 

23

 Nous avons ici une roche très altérée... la dolérite contient en effet beaucoup de minéraux ferro-magnésiens...

 

 

24

 ... et ceux-ci au contact de l'eau libèrent des oxydes de fer qui se déposent parfois comme ici dans les fissures de la roche. 

 

25 Je montre sur cette carte la grande abondance des filons de dolérite dans la région.

 

 

26

 Nous arrivons maintenant au port du Guildo... dans un endroit célèbre par ses "pierres sonnantes"...

 

 

Boule

 Nous sommes sur un filon de dolérite...avec altération en boules comme on voit ici...

 

 

28

 ... je parle de cette altération en boules dans de précédents compte-rendus (sortie 42 à la Heussaye par ex. ou sortie en baie de St-Brieuc avec la SGMB en 2009)... Lorsque ces boules (comme ici) sont bien isolées du sol...

 

 

29

 ... elles "sonnent" clair quand on les frappe... soit avec un marteau (comme tout bon géologue)... soit avec un bloc de dolérite (comme le faisaient les anciens du coin) !

 

 

30 J'explique ici l'orientation et les caractéristiques du filon... qui longe la rive de l'Arguenon...

 

 

27

 ... perpendiculairement ici aussi aux terrains briovériens... mais les schistes sont devenus des roches migmatitiques (les constituants d'origine ayant fondus en grande partie)... sur cette photo on est même proche d'un granite d'anatexie : tout a fondu sauf quelques minéraux ferro-magnésiens qui forment d'étroites bandes sombres entre les zones claires.

 

 

 Sable noir   On trouve entre les différentes formations visibles ici... des sables noirs (comme à St-Quay par exemple)... ce sont des grains d'ilménite et de magnétite...

 

 

33

 ... leur densité élevée explique leur présence en haut de plage. Sur la photo je montre comment à l'aide d'un aimant distinguer les deux minéraux.

 

 

31

 Sur la rive opposée, on aperçoit le chateau du Guildo (cf Gilles de Bretagne)...

 

 

32

 ... dont les fondations reposent sur les mêmes formations géologiques que celles sur lesquelles nous nous trouvons... avec là aussi un filon de dolérite (qui se situe dans la partie ombrée) : nous avons visité l'endroit en 2005...

 

 

Quatrième arrêt : la pointe de Saint-Jacut

 

 

34

... mais aujourd'hui pas question de s'attarder au chateau... la basse mer est à 16 heures...alors nous filons vers la pointe du Chevet à Saint-Jacut... où nous voici arrivés.

 

 

35  J'explique que nous sommes ici sur des formations assez variées : des roches métamorphiques de type métatexites pour l'essentiel : les parties fondues (le néosome) alternant avec des zones formées de gneiss (le paléosome)...

 

 

 38

 Le tout est souvent très déformé...

 

 

40

 ... comme on voit sur ces photos.

 

 Petite Roche

 L'îlot que l'on voit ici au loin est "la petite roche"...

 

 

41

 ... c'est un pointement granitique... sur lequel maintenant se trouve le groupe...

 

 

42

 ... pour observer (inclus dans le granite) des grenats...

 

 

43

 ... certes plus ou moins altérés...

 

 

43A

 ... mais parfois de belle taille...

 

 

44

 ... comme on voit ici.

 

 

45

 Revenant de "la petite roche' c'est le nom du massif de granite à grenats... et nous dirigeant vers le parking... nous apercevons dans la falaise cet lame claire de pegmatite...

 

 

46

 N'ayant pas eu le temps d'examiner la célèbre pegmatite des Hébihens...nous jetons au passage...

 

 

46A ... un coup d'oeil à celle-ci... reconnaissable à sa couleur claire (avec les métatexites au dessus).

 

 

47

 On n'y trouve pas les énormes mâcles de microcline et les quelques restes de tourmaline des Hébihens... mais les gros cristaux se voient bien cependant...et ici aussi il ya un peu de tourmaline. 

  

 

 Cinquième arrêt : Pen Guen à Saint-Cast

 

 

47A

 Ici (entre la plage de Pen Guen et la pointe de la Garde) la roche est fracturée... et par endroit déformée.

 

 

48 Ce sont des micashistes pour l'essentiel...

 

 

49A  ... passant parfois à des gneiss...

 

 

49

 J'explique ici la différence entre les deux types de roches... différence qui n'est pas dûe à une augmentation du métamorphisme... mais à la compositon initiale des sédiments.

 

 

Sixiéme et dernier arrêt : les mylonites du port de Saint-Cast

 

 

50 Nous sommes ici sur une zone de cisaillement : les roches sont intensément déformées...

 

 

51

 ... elles ont été étirées parfois sur de grandes distances...

 

 

52

 ... comme on voit ici.

 

 

53

 On voit sur cette photo qu'il existe ici deux types de roches dont le comportement est différent : au centre des roches très déformables (de type micaschistes) et de chaque côté des roches grenues (filons de diorite quartzique dit la carte au 1/50.000 de St-Cast).

 

 

54

 Les roches d'origine sédimentaire sont intensément étirées et plissées... et cela se voit bien...

 

 

55

 ... à toutes les échelles.

 

 

56

 Parfois les parties les plus dures (phtanites par exemple) sont réduits à l'état de débris...

 

 

57

 ... come on peut le voir en plusieurs endroits.

 

 58

 Les roches grenues elles sont déformées...

 

 

59

 ... comme on voit ici... où l'érosion souligne bien l'étirement de la roche.

 

 

60

 Une curiosité pour terminer : des sortes de hiéroglyphes (résultat d'un érosion différentielle) apparaissent ici sur la roche grenue au centre ! Grâce au nouveau port cet endroit est maintenant bien accessible... et il y a beaucoup à y voir !

 

 Vu l'heure nous n'avons pu explorer la pointe de la Garde où il y a aussi beaucoup à voir question cisaillement... ce sera pour une autre fois !

   

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 19:23

Nous étions une bonne vingtaine de participants (23 exactement) à cette 54ème sortie du groupe "P.G.22" consacrée à une observation de quelques sites en rapport avec l'exploitation ancienne du fer dans la région de Mur de Bretagne (minières, scories, carrière...). C'est Gilles Marjolet... (il nous avait proposé cette sortie lors de notre 51ème sortie consacrée à l'étude du métamorphisme autour du massif de Rostrenen)... qui était notre guide.

 

Merci à tous ceux (et celle) qui m'ont envoyé leurs photos pour compléter les miennes : Michel Le Peuch, Michel  Laloi, Guillaume Lesage, Yannick Le Duigou, Monique Kubiak  

 

 

Premier arrêt à Saint-Gelven  

 

 

01

Il est environ 14 heures. La jonction vient de s'opérer entre ceux qui sont venus en passant par St-Brieuc et ceux qui sont venus directement...

 

 

02

 Après une brève présentation...

 

 

03

 ... Gilles Marjolet fournit quelques explications générales... et répond aux premières questions posées.

 

 

03AA

 Puis le groupe se dirige vers le premier site étudié.

 

 

03B

 Cette zone boisée...

 

 

06  ... où le groupe se retrouve maintenant...

 

 

04

 ... est une ancienne minière, c'est à dire un endroit où autrefois du minerai de fer a été extrait.  

 

 07

 Aujourd'hui le site est "sécurisé"...

 

 

05

 ... mais grâce à la bonne connaissance des lieux de Gilles Marjolet, nous pouvons cependant en voir l'essentiel...

 

 

08

 ... et même (grâce à ces terriers de blaireau)... avoir une petite idée...

 

 DSC0026

 ... du minerai autrefois exploité.  

 



09...sur lequel notre guide...   

 

 

10

 ... nous fournit toutes les explications souhaitées.

 

11 A la demande de l'un des participants; le groupe visite ensuite cette chapelle locale de "Notre Dame des Champs"...

 

 

12

 ... dont l'un des côtés a une couleur rouge bien marquée.

 

 

Algues rouges

 Vue de près cette coloration apparaît due à une "algue rouge" dont le nom (Trentepohlia iolithus) m'a été communiqué (après recherche) par Monique Kubiak.

 

 

13

 Cependant ce n'est pas si simple car certaines des pierres utilisées...

 

 

14  ... sont des grès ferrugineux contenant de l'hématite (un oxyde de fer de couleur rouge lui aussi) !

 

 

Second arrêt à l'étang de La Martyre

 

 

Etang La Martyre

 C'est en contrebas de cet étang qu'autrefois fonctionnait le haut fourneau de la "fonderie de Poulancre".

 

 

15

 C'est donc là que le groupe effectue son second arrêt.

 

 

16

 S'il ne reste rien du haut fourneau, qui a fonctionné de 1640 à 1760 (d'après J.F. Andrieux), nous découvrons ici un énorme tas de scories...

 

 

17

 ... que nous allons examiner en détail pour découvrir...

 

 

18

 ... des blocs de grande taille...

 

 

19

 ... aux formes très évocatrices...

 

 

20

... du fonctionnement du haut fourneau (dont les derniers vestiges ont disparus lors de la réfection de la digue nous a expliqué Michel Robert).

 

 

22Cette photo montre comment le fer qui reste dans les scories contamine...

 

 

23  ... le cours d'eau en contrebas.

 

 

23A

 Le groupe redescend maintenant de l'énorme amas de scories...

 

 

23B

 ... pour rejoindre les voitures.

 

 

Poulancre (groupe)

 ... où Gilles Marjolet montre (pour comparaison) des échantillons de scories qu'il a amené dans sa voiture

 

 

Troisième arrêt : la minière de "La Vidance"

 

 

24

 Le groupe arrive ici sur le troisième site visité... la minière de La Vidance. 

 

 

24A

 Nous y descendons maintenant...

 

 

25

 ... en faisant quelques arrêts le long de cette longue descente...

 

 

26

 ... qui permet d'arriver aux points les plus bas (envahis par l'eau) de cette énorme excavation...

 

 

27

 ... sur les bords de laquelle... en beaucoup d'endroits...

 

 

28

 ... les anciennes formations sidérolithiques...

 

 

Sidéro (zone durcie)

 ... vues ici de près...

 

 

29

 ... et que nous avons pu examiner en détail... sont accessibles.

 

 

30

 Dans les champs des environs... et sur le bord de la route comme on voit ici...

 

 

31

 ... des roches riches en oxydes de fer comme ce curieux échantillon...sont visibles en de nombreux points... ce qui indique que la carapace sidérolitique s'étendait à l'origine sur toute la région.

 

 

Quatrième (et dernier) arrêt près de La Harmoye

 

 

32

 Après avoir suivi une superbe "route des crêtes", nous arrivons à cette ancienne carrière...

 

 

33

 ... récemment ré-activée... sans doute à cause de l'implantation d'éoliennes à proximité.

 

 

35

 La roche est un grès ferrugineux... ce qui donne à la roche (au niveau des fissures) de superbes colorations.

 

 

 Hématite G.Marjolet

 Giles Marjolet vient de m'envoyer cette photo d'hématite... des échantillons qu'il a récolté il y a déjà quelque temps et qui figurent maintenant dans sa collection personnelle.

 

 

Sidérolitique

 On y trouve aussi ces restes d'une carapace sidérolitique...

 

 

36

... avec parfois (comme on voit ici) de curieuses structures.

 

 

34

 La surface de la carrière est loin d'être plate !

 

 

DSC0030

 C'est en allant voir ce front de taille ancien...avec un "fauchage" bien visible à son sommet...

 

 

37que nous avons découvert ce curieux lichen...

 

 

- DSC02687

... aux couleurs éclatantes...

 

 

Cladonia coccifera

 ... vu ici en gros plan... et qui d'après Monique s'appelle Cladonia coccifera.

 

 

38

 Pour terminer du thé chaud nous est offert par Monique Kubiak... et après quelques derniers échanges... notre 54ème sortie se termine avec le soir tombant.

 

Cette sortie fait suite à plusieurs autres effectuées dans la région de Mur de Bretagne: 

- en 2003 : première sortie du groupe "PG22" dans la région de Mur (avec une dizaine d'arrêts au total) 

- en 2010 : sortie "géologie et paysages" à Mur de Bretagne et dans la vallée de Poulancre  (dans le cadre des sorties générales annuelles de Vivarmor Nature)

- le samedi 2 avril 2011 : examen des différentes formations géologiques depuis le Cambro-Ordivicien jusqu'au Carbonifère (sortie 45 du groupe) 

- le samedi 12 juin 2012 : le métamorphisme de contact autour du massif de Rostrenen (sortie 51 évoquée plus haut) 

Toutes ces sorties (à l'exception de la première) sont toujours visibles sur le blog.

   

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article