Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Photos de sorties de l'association VIVARMOR NATURE
  • : Découvrir la nature en Bretagne avec l'association Vivarmor Nature (10 boulevard Sévigné - 22000 SAINT-BRIEUC)
  • Contact

Profil

  • GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature)
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite.
 Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite. Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature

Texte Libre

Recherche

14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 00:31
Le vendredi 13 mars 2009, près de soixante personnes (58 exactement) ont participé à la "Nuit de la chouette" organisée par Vivarmor Nature en partenariat avec la "Maison Pêche et Nature" de Jugon les Lacs et le G.E.O.C.A (Groupement d'Etude Ornithologique des Côtes d'Armor). C'est la deuxième fois que nous organisons à Jugon une telle soirée (la première fois, c'était en 2007- voir sur le blog "La nuit de la chouette à Jugon les lacs" ). C'est en effet à Langourla que s'est déroulée la "Nuit de la chouette 2008" (voir sur le blog "Soirée chouette et hiboux à Langourla").


Cette première photo pour indiquer que c'est la huitième année que cette opération est officiellement lancée, au niveau national.


Voici la salle en train de se remplir... Elle s'est avérée presque trop petite un peu plus tard quand tout le monde est arrivé. Ce n'était pas en effet la même salle qu'en 2007 et beaucoup ont cherché un certain temps le lieu de la réunion 2009 !


Les deux animateurs (Yann FEVRIER au premier plan et Yannick BELLANGER) sont maintenant présents et la première partie de la soirée va commencer.


La salle est maintenant bien remplie (des chaises ont dû être rajoutées) comme vous le pouvez le voir sur cette photo...


C'est bien sûr principalement des rapaces nocturnes des Côtes d'Armor (voir la dernière ligne en bas de la photo) dont il a été  question. Mais les autres ont quand même été présentés rapidement.


La présentation se termine... c'est maintenant la réponse aux questions posées par de nombreux participants qui veulent en savoir plus.



Après cette première partie en salle, nous sommes allés sur le terrain, au bord de l'étang de Jugon, pour tenter une prise de contact avec les vedettes de la soirée, notamment la chouette hulotte... Peine perdue : aucun hululement n'a répondu à nos appels ! Tant pis : le lac, la nuit, valait (à lui seul) le déplacement.

Repost 0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 23:10

Le mercredi 11 février 2009, le groupe "Patrimoine géologique 22" (qui s'est formé il y a une dizaine d'années au sein de Vivarmor Nature) a invité Jean-Laurent MONNIER, un éminent spécialiste (originaire de St-Brieuc et membre depuis longtemps de notre association), à venir nous parler du quaternaire visible à l'est de la baie qu'il connaît particulièrement bien pour y avoir consacré l'essentiel de ses recherches depuis les années 1970.


La sortie commence à l'Hôtellerie (Hillion). La falaise visible ici est "parlante" et permet à notre guide de nous donner un premier aperçu des principaux évènements qui y ont laissé une trace : ancienne plage avec sable et galets - formation des limons et loess - sols polygonaux formés sous l'action d'un gel intense et prolongé... Il y a cependant une importante lacune entre les formations anciennes (de -350.000 à -130.000 ans) qui forment la moitié inférieure de la coupe et les formations récentes qui commencent avec le dépôt de loess de couleur claire (et qui elles débutent à -18.000 ans)...ce qui s'est passé pendant tout ce temps (entre 18.000 et 130.000 ans donc), il faut donc aller le voir ailleurs...


...et ailleurs, c'est d'abord à l'ouest de la Pointe du Becleu (un endroit qui se trouve non loin de l'entrée du port de Dahouet) où Jean-Laurent à défini le "stratotype" nommé "Formation de la Hauteville". Sur le terrain, cela devient de plus en plus précis : la falaise est examinée du haut en bas et des notions comme celles de "solifluxion", de "limons feuilletés", de "stade isotopique"... sont ici expliquées.


Les amateurs que nous sommes (à l'exception de Jean-Laurent et de ses deux aides), venus avec l'idée d'en savoir un peu plus sur ce qui s'est passé dans la région à l'époque où nos lointains ancêtres commencaient à explorer les lieux, n'en perdent pas une miette... d'autant qu'une petite brochure leur a été distribuée... mais elle est tellement fournie que chacun pour l'instant préfère regarder les choses visibles en falaise... poser des questions... prendre quelques notes pour ne rien oublier...


La coupe suivante se trouve de l'autre côté de la pointe... mais pour l'atteindre, ce n'est pas simple car toute cette pointe a été "privatisée"... et nous devons comme on voit ici prendre des risques (2 participants d'ailleurs ont dû renoncer à mi-parcours...) pour examiner la falaise située à l'est (au fond de ce que l'on nomme l'anse du Becleu) et qui est donc la partie la plus proche de Dahouet.


Sur cette falaise (à l'est de la pointe du Becleu) nous voyons deux "stratotypes" superposés : en effet, en bas, (et les personnes de droite l'examinent) c'est la "formation de la Hauteville" déjà vue... mais au-dessus (là où Jean-Laurent est monté), c'est un second "stratotype" (la "formation de Port Morvan") qui est visible... et dans cette formation il y a des fossiles !


Ces fossiles sont des petits coquillages (terrestres pour la plupart). A Port Morvan même, ils sont maintenant invisibles depuis que les falaises quaternaires de ce secteur ont été enrochées. Ici on les voit encore et voyez que, pour les observer, de près...pour les photographier... certain(e)s n'ont pas hésité à  escalader la falaise à l'exemple de Jean-Laurent qui est monté le premier pour "préparer" les lieux.


Après tous ces efforts, une petite pause permettant à chacun de profiter de son pique-nique, n'avait rien d'immérité ! Par chance le temps était très correct (et même ensoleillé par moment). Nous avions prévu (en cas de pluie) un arrêt à l'abri (au port de Dahouet) mais finalement, nous sommes venus ici, sur le parking de la plage des Vallées, à l'est de la pointe de Piégu (appelée aussi la pointe de Pléneuf). Nous sommes sur l'un des hauts lieux de l'histoire du quaternaire et donc à pied d'oeuvre pour démarrer la seconde moitié de notre sortie.


Nous observons d'abord la falaise située tout près de l'endroit du pique-nique (et des toilettes) : nous sommes ici à l'ouest du petit ruisseau appelé "le Vauclair". Nous examinons des formations récentes, appartenant à la "formation des Sables d'Or" et en descendant nous allons rencontrer des formations plus anciennes. C'est là qu'en 1925 furent découverts : une défense d'éléphant d'abord (ce qui donna l'alerte), puis des dents de chevaux (dont certaines en place sur une machoire) et enfin des restes d'animaux divers. Récemment encore (nous dit Jean-Laurent) des dents de chevaux y ont été trouvées... Malheureusement, il y a quelques mois, des bulls sont venus saccager l'endroit sous prétexte d'enrochements et de protection !


Ici, nous sommes sur les falaises situées à l'est du ruisseau du Vauclair et nous sommes même arrivés assez loin du ruisseau... c'est à dire que nous sommes sur un niveau assez ancien. On voit sur la photo une masse de sable avec des blocs de tailles diverses. Nous sommes au même niveau (explique Jean-Laurent) que celui (à l'ouest du ruisseau) où ont été trouvés les restes de chevaux et d'éléphants. C'est alors que l'une d'entre nous remarque quelque chose de blanc et on creuse prudemment autour de l'objet pour le dégager sans l'abimer...


Voici la trouvaille sortie du sable (qui l'a protégée depuis quelque chose comme 250.000 ans)... On s'apprête à l'emballer consciencieusement dans le sac en plastique avec des indications précises... bien sûr l'objet sera préparé...étudié...au labo... Il est donc trop tôt pour y mettre un nom... mais il est fort possible que Marine tienne en main un os véritable qui, vu sa grosseur, pourrait avoir appartenu à un animal de belle taille ! 


Voici Jean-Laurent devant la falaise de Nantois (de l'autre côté de la petite pointe rocheuse qu limite vers l'est la plage des Vallées). Remarquez au passage l'outil esssentiel du "quaternariste" : avec lequel il "rafraîchit" et prépare pour l'observation la coupe à examiner. Ici, nous explique t-il, il est probable que nous sommes au même niveau que celui dans lequel on a trouvé à Piégu (de l'autre côté de la pointe donc), au cours de la fouille de sauvetage de 1987, des ossements brisés intentionnellement  (voir l'article "Sortie à la pointe de Piégu (Pléneuf Val-André)"). Il s'agit de la "formation de Nantois"


Cette falaise de Nantois est l'une des plus complètes de la région. On y voit en effet (au-dessus de la "formation de Nantois" qui est la plus ancienne) toutes les autres formations précédemment rencontrées. Jean-Laurent une fois de plus paye de sa personne pour nous présenter, à différents niveaux, des coupes caractéristiques.


Le groupe bien entraîné maintenant, ne laisse rien passer. C'est ainsi que nous retrouvons à nouveau des chercheurs en pleine action encouragés... photographiés même... dans leur recherche. Mais de quoi s'agit-il ?


Vu la disposition de la pièce dégagée, ce pourrait être un artefact, cette fois-ci... Nous apprenons cependant que sur l'estran, tout près d'ici, des ossements de bison ont été dégagés. Alors, attendons les conclusions du labo (car bien sûr cet échantillon-ci a été emballé comme le premier pour être examiné de plus près).


Voilà : la journée se termine. Jean-Laurent me confie qu'il adore les journées comme cela sur le terrain. Cette falaise de Nantois (que l'on voit bien ici à l'arrière du groupe) il la connaît dans ses moindres détails. Il l'a vue reculer d'années en années (à sa base, une très ancienne plage fossile par ex. a disparu) mais de nouvelles découvertes peuvent aussi apparaître... Il faut donc connaître et surveiller les lieux... Il faudrait aussi expliquer aux "enrocheurs" et "interventionnistes" de tout poil de ne pas y faire n'importe quoi sans l'avis des scientifiques compétents : il y a eu tant de sites déjà saccagés !


C'était la 39ème sortie du groupe "Patrimoine géologique 22". Si j'ai le temps, je mettrai sur le blog (maintenant que c'est possible) un petit aperçu des 38 sorties précédentes. Bien sûr nous n'avons pas chaque fois un éminent spécialiste à nos côtés ! La prochaine sortie par exemple se fera entre nous le samedi 9 mai 2009 dans la région de Paimpol...

Repost 0
22 février 2009 7 22 /02 /février /2009 00:34
Par un temps fort agréable - ensoleillé même la plupart du temps - nous avons effectué, le samedi 21 février 2009, un superbe parcours -varié et fort instructif - entre Matignon et le petit Port St-Jean sur la côte est de la Baie de la Fresnaye.


C'est la vue de ce panneau, l'an dernier, qui m'a incité à proposer cette sortie. Jean-Paul ayant été reconnaître les lieux , nous avons inscrit la découverte de cette charmante vallée au programme 2009 de Vivarmor.


Nous partons donc du bourg de Matignon et rapidement nous arrivons comme on le voit ici dans une vallée boisée et facile d'accès.


Nous voici arrêtés par une première curiosité : entre le ruisseau (sur la droite de la photo) et une station de lagunage (à gauche), un passage bien marqué (une autoroute ou presque !)... Un animal amphibie certainement emprunte ce trajet quotidiennement (et nuitamment). Ragondin, rat musqué ? Faute d'empreintes visibles, impossible de choisir entre ces deux rongeurs...


Un peu plus loin, nouvel arrêt : derrière le groupe, il y a le ruisseau et devant, cette eau croupie qui remplit un fossé rectangulaire de plusieurs mètres de large. De quoi s'agit-il ?


Un panneau nous fournit la réponse : il s'agit d'une "motte féodale" (la motte des Guerches) dont le schéma figure sur la photo ci-dessus.


Les botanistes s'en donnent à coeur joie car dans ce sous-bois humide, il y a bien sûr de nombreuses fougères, du lierre à profusion...


...et ce que nous montre ici Jean-Paul BARDOUL est un Arum d'Italie (le seul qui garde ses feuilles tout l'hiver) avec deux sous-espèces (reconnaissables à leurs feuilles) mais qui peuvent s'hybrider... d'où quantité de plants intermédiaires ! Pas simple comme vous voyez !


La "procession " reprend (nous sommes en effet une quarantaine de participants à cette seconde sortie de 2009 !) Comme vous le voyez, le nombre des peupliers est en augmentation. Le sentier lui est "royal" (large, bien entretenu...).


Les premières fleurs sont au rendez-vous. Ici on voit une fleur de Ficaire parmi des feuilles d'orties et de lierre


Ici, c'est de l'osier. C'est fou tout ce que l'on peut voir (expliqué par jean-Paul) sur un tronc ou sur une branche d'osier : âge, bourgeons, croissance...


Les arrêts sont nombreux et toujours aussi instructifs... l'attention aussi (comme vous le voyez) est toujours soutenue...


Ici, on voit du gui : une autre plante, très abondante sur les peupliers et dont la biologie nous est expliquée en détail.


Ainsi nous arrivons à la partie basse de la vallée. C'est là que l'on rencontre des panneaux explicatifs : c'est le Conseil Général (propriétaire des lieux, classés "espaces naturels sensibles" et achetés grâce à la taxe "espace verts") qui a aménagé cette seconde partie de la vallée (un livret explicatif existe).


Ici, ce qui reste de la "Maison de Léa" : on voit l'entrée d'un four à pain (qui se trouvait de l'autre côté et qui a été démoli).


Au même endroit et un peu en contrebas, voici les restes d'un vieux moulin : ce n'est pas encore le "moulin à marée" ou "Moulin de la Mer" (qui a donné son nom à la vallée) mais c'est cependant un lieu fort instructif.


Le groupe est arrêté ici pour examiner une curiosité : un arbre abattu et sur le tronc duquel de nouvelles pousses se développent perpendiculairement (au fond à gauche)... On voit aussi (à droite de la photo) des constructions annexes appelées "les crèches" et qui servaient de logement au bétail que le meunier élevait en complément de son activité principale.


Les occasions de s'arrêter sont toujours aussi nombreuses...


Ici c'est la croissance comparée du chêne et du hêtre qui retient l'attention du groupe...


Comme vous le voyez (sur la photo ci-dessus), la vallée a changé d'aspect : nous arrivons dans la partie que la mer vient recouvrir à chaque grande marée... avec tout à fait au fond (mais nous le reverrons de plus près) le fameux "Moulin de la Mer".


La bota tient encore la vedette...


...mais la géologie s'impose elle aussi lorsque les bords de la vallée attaqués par la mer laissent voir ces "migmatites" : des roches très anciennes (600 millions d'années !), modifiées par métamorphisme (2 chaînes de montagnes les ont affectées !). On voit ici le passage des "gneiss" (à droite) à une roche grenue (à gauche) qui est de la diorite quartzique formée par fusion des gneiss (ce que l'on appelle "anatexie")...


...lorsque la fusion n'est pas totale comme ici, des restes de "gneiss" (les masses plus sombreset allongées visibles au centre de la photo) subsistent  au sein de la "diorite"...


... et bien sûr les déformations diverses (ici on voit bien des "étirements") sont légion dans cette partie de l'écorce terrestre au passé si mouvementé.


La géol, c'est bien mais cela oblige parfois à des escalades !... Cependant deux guides (Michel BLAIN et Alain COSSON) placés aux endroits stratégiques, ont permis à tout le monde de retrouver (au sommet de cette butte) le sentier balisé.


De ce sentier voilà le Moulin de la Mer" : un barrage isolait la partie marine (à droite - on voit la mer qui monte) de la zone de stockage du flot (à marée haute). A marée basse, cette réserve d'eau faisait tourner les meules (voir moulin de Trégastel par exemple). Ici le moulin est devenu apparemment une résidence secondaire et le barrage a disparu.


 Du sentier, voici la vue que nous avions sur la baie de la Fresnaye. Tout à fait à l'horizon (difficile à voir sur la photo car perdu dans la brume) on devine le Fort La Latte. Au premier plan c'est l'anse du Port St-Jean où (à marée basse on peut voir un "poulier" c'est à dire un cordon de galets prenant appui sur la pointe et s'étendant en direction ...du photographe).


Une dernière plante en fleur (en bord de mer cette fois) et dont la couleur véritable est assez mal rendue avec l'informatique... C'est une Pulmonaire (Pulmonaria angustifolia).


... puis une "curiosité" : des blocs de béton apparemment coupé en deux encadrent la jetée qui descend vers la mer à Port St-Jean. Au centre un trou de forme carrée me fait penser aux défenses allemandes de la dernière guerre visibles aux Vallées (Pléneuf)... mais ce n'est pour l'instant qu'une hypothèse...
L'hypothèse se confirme : Daniel CHAUVIN (qui a étudié en détail les défenses côtières allemandes dans la région) me fait savoir (photos à l'appui) que ce sont bien des "nuusknackermines" allemands coupés en deux et vus à l'envers...


Un peu de géologie encore pour terminer : des blocs de quartz (de couleur claire) surmontent (au niveau de cet enrochement) des boules sombres de dolérite. Ce sont deux roches de filons, lesquels filons sont assez abondants dans la région.


J'allais oublier ce petit ver dans son étui calcaire (qui fait penser aux Hermelles) - très abondant par endroit au niveau du Moulin à Mer (du côté de la retenue ancienne de l'eau de mer). Dés que je le saurai, je vous donnerai son nom. Avis donc aux connaisseurs ! Voilà : Jean-Paul BARDOUL vient de me renseigner : le nom de ces vers (de la famille des Serpulidés) est : Ficopomatus enigmaticus


Voici quelques photos que m'ont envoyé Monique et Alain COSSON


D'abord ce bourgeon d'un Aulne glutineux avec sa coloration légèrement bleutée.


Ensuite cette fleur de Fragon (encore nommé "petit houx"). Elle donnera naissance à un fruit qui à maturité sera une boule rouge.


Voici maintenant des fleurs d'orme. Voyez que des fleurs sont là même en février !


Ici c'est un champignon noir trouvé sur un tronc d'arbre. Je vais m'informer aussi pour le nom... Voilà le nom : Daldinia concentrica !


Et pour finir : voici votre serviteur parlant des roches que l'on peut voir dans les anciennes constructions locales. Nous sommes au premier moulin devant "les crèches" (voir plus haut)


Les photos suivantes m'ont été envoyées par Anne FERRON


Nous sommes dans la partie estuarienne de la vallée (on voit au fond, à gauche, le Moulin de la Mer). Une partie du groupe se dirige vers les affleurements rocheux visibles au fond à droite...


...là où les formations géolgiques se voient bien dans la falaise (voir plus haut). On voit aussi (au fond en arrière plan) une partie de la façade du Moulin de la Mer.


Cette sculpture pour terminer. Je ne sais pas trop où Anne a pris la photo ne l'ayant pas vue moi-même... Elle a été prise au bord du sentier au niveau de la dernière pointe - là où l'on voit au loin le fort La Latte (vient de me dire Anne FERRON)

Une sortie tellement riche donc... que l'on ne peut pas tout voir ! On peut se consoler en y retournant : selon les marées, les saisons... il y a encore sûrement beaucoup à découvrir dans le coin...


Repost 0
14 février 2009 6 14 /02 /février /2009 19:45

C'est à Hillion qu'a eu lieu le samedi 14 février 2009 la 35ème A.G. de notre association :


Il suffisait de suivre la direction indiquée...


...pour arriver devant le stand de réception et se voir remettre une documentation très complète. Il est environ 15 heures et on voit une adhérente qui se presse...

... en effet la salle est déjà bien remplie...


...et l'équipe dirigeante (au micro le Président) déclare ouverte la 35ème A.G. du G.E.P.N. devenu Vivarmor Nature en 1998.


C'est Madame le Maire d'Hillion qui intervient la première. Puis Jérémy ALLAIN présentera le rapport financier. Ensuite ce sera le rapport d'activité et enfin le rapport moral du Président (Vincent GUIDONI). Le renouvellement du C.A. voit un jeune venir renforcer l'équipe des administrateurs...


L'A.G terminée, Franck DELISLE explique ici le fonctionnement de SERENA, la très intéressante base de données que Vivarmor utilise depuis plusieurs mois déjà.


Pendant ce temps, le pot de l'amitié rassemble (dans le hall d'entrée) les participants...


...que l'on voit ici échanger leurs dernières impressions. Il est environ 18 heures.


Un dernier coup d'oeil sur la doc. proposée...


... et c'est la fin de notre 35ème A.G.  Voyez : il était temps !

Repost 0
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 22:24

A partir d'aujourd'hui (jeudi 29 janvier 2009), je mettrai chaque jour sur ce blog quelques images de notre quatrième festival.

Ce jeudi c'était la mise en place partielle (car elle va se poursuivre demain matin). Je suis passé faire ces premières photos entre 15 et 17 heures.


Les responsables de la communication ont bien fait leur travail...


Pour trouver la salle omnisports que l'on voit ici, il faut aller vers la sortie de l'agglomération en prenant la direction de Dinard...


Ce que l'on voit le mieux c'est le cinéma (car il est au bord de la route- alors que la salle omnisports se trouve à quelques centaines de mètres mais dans un creux). J'ai pris cette photo de l'autre côté de la route (qui va vers Dinard donc) car c'est de ce côté-ci qu'il faut se diriger pour descendre vers la salle omnisports.


Nous voilà cette fois à l'entrée des deux grandes salles où l'essentiel du festival se prépare...


La première salle est un vaste espace sportif avec au premier plan des gradins et au fond une partie des nombreux stands qui se mettent en place.


Redescendant vers les différentes associations qui s'installent, je tombe d'abord sur ces trois citoyens (qui me voient venir !) : deux travaillent pour le Syndicat des Caps (d'Erquy et de Fréhel) et leur interlocuteur (à droite) n'est autre que Daniel MORIN, un fidèle membre actif de l'association depuis très longtemps.


Ceux ci sont venus en voisins encore plus proches que le Syndicat des Caps puisque la Maison de la Rance est basée à Dinan même.


L'association Bretagne Vivante elle vient de plus loin (mais elle a des relais en Côtes d'Armor)...


... et présente de superbes jeux pour attirer l'attention du visiteur.


Voici encore un stand bien achalandé...


... et puis celui-ci dont le nom est au premier plan...


Pour éviter la monotonie... passons dans la seconde salle...


Voici le superbe stand des mycologues (les amateurs de champignons) qui est déjà pratiquement terminé...


...avec des animateurs dont le sourire et le dynamisme font plaisir à voir !


Ici du dynamisme, il y en a aussi mais il y a encore du travail : le stand est en plein montage...


Parmi les stands "finis" en voici encore un... et des plus savoureux !


Bien sûr le stand de Vivarmor Nature est là lui aussi (pas très loin de l'entrée)...


... avec tout plein d'informations !


Ici, déjà, on tient salon ! C'est un des intérêts de Festival de permettre aux différents acteurs de la protection de la Nature de se retrouver...


Alors merci à ceux qui ont permis de mener à bien le programme !


Une dernière précision : les visiteurs des jours prochains pourront "consommer" !
Ceux qui verront ce blog connaîtront d'avance les tarifs ! Vous pouvez constater que c'est du "Bio"... rien que du "Bio" !



C'est tout près de la buvette que Pierre QUISTINIC (le spécialiste incontesté du monde des reptiles) a son stand près duquel je l'ai surpris avec Daniel MORIN... Il est vrai que ces deux "anciens" sont un peu voisins (du côté de Plélo-Plouagat) !


J'allais partir lorsque j'ai aperçu les représentants de la "Sécurité" venus constater que Franck DELISLE (la cheville ouvrière avec Jérémy ALLAIN de notre Festival) avait bien fait son travail et respecté les consignes...


...et cela dans chacune des deux salles ! Vous pourrez donc venir dès demain (c'est le jour de visite des scolaires mais c'est ouvert à tout le monde cependant) ou samedi... ou dimanche... et ceci en toute sécurité !...


Journée du vendredi : c'était la journée des scolaires avec une soirée sur "La crise de la biodiversité"


A l'entrée, le contrôle est des plus sérieux...


... et chaque stand prêt à recevoir les visiteurs.


Naturellement, il y a le stand de Vivarmor...


... et aussi la télé (en tous cas une caméra impressionnante)...


...aussi la journée est bien partie et tout le monde semble ravi !


Dans la seconde salle, les artistes aussi sont arrivés...


... d'ailleurs quand on voit tous ces petits personnages, on se doute bien...


...que Jennifer ROBINSON n'est pas loin !


Mais le vendredi c'était d'abord la journée des scolaires


Les voilà qui arrivent et qui s'installent...


...sur les gradins avec armes et bagages...


...avant de se retrouver en petits groupes...


...attentifs aux explications, ravis, participatifs...


...devant les différents stands où ils passent à tour de rôle...


...pour regarder, réfléchir, apprendre...


...en jouant, en manipulant et en testant...


...sous la direction des animateurs de différents stands, comme ici le stand de la réserve des Sept Iles...


...ici devant le stand de la Maison de la Baie et de la réserve naturelle de la Baie de St-Brieuc...


...les occasions de s'arrêter ne manquent pas (même quand ce n'est pas vraiment prévu au programme) comme ici avec Philippe MORRIET au stand "D'une fleur à l'autre".


Jetons un coup d'oeil encore sur cet attroupement...


...eh oui ! Il s'agit bien de notre grand connaisseur des serpents de la région déjà rencontré hier. Aujourd'hui, il ne chôme pas et le public est sous le charme !


Je ne peux bien sûr vous montrer toutes les démonstrations effectuées...


Je ne résiste pas cependant au plaisir de vous montrer cette famille en arrêt devant le stand de l'APECS qui se trouve en quittant la salle 1 pour aller vers la salle 2 : une Maman avec 3 enfants...


 ... dont le petit dernier me semble bien être le plus jeune visiteur de la journée !


Et puis le vendredi soir, il y a la soirée débat avec Claude SAUNIER et Laurent GODET :

Voici la grande salle du cinéma "Vers le large" bien remplie...


...voilà la même salle vue d'en haut avec (tout à fait en bas) les deux intervenants de la soirée...


...Claude SAUNIER (méditatif) au second plan et Laurent GODET. Ils ont chacun parlé "Biodiversité" et répondu ensuite aux questions de l'assemblée...


...avant de retrouver en finale quelques anciens de l'association comme on le voit ici (mes excuses pour la personne à droite qui était en mouvement - je crois que c'est Pierre PELAN...) : comme je travaille sans flash... il y a parfois des surprises !


Journée du samedi 31 janvier - le matin : inauguration du festival en présence des élus - l'après-midi les enfants sont revenus nombreux emmenant avec eux leurs parents.


Commençons par la visite (le matin) des élus locaux guidés par le Directeur de Vivarmor Nature : Jérémy ALLAIN.


Voilà : c'est parti pour un tour des différents stands...


Ici, j'ai pris un peu de hauteur en montant dans la tribune et la photo montre le stand où Xavier BROSSE présente sa superbe collection de livres (justement il vient d'en sortir un sur l'estuaire de la Rance !)


Ici c'est Philippe MORRIET qui présente une ancienne ruche en paille et en explique la construction et l'utilisation...


Là vous reconnaissez le stand des "Mordus de la pomme"...


... un peu plus loin, Michel LE QUEMENT présente ses coquillages.


Nous voici dans la salle 2, devant le stand des mycologues où Brigitte CAPOEN renseigne les invités...


... les invités en question, nous les retrouvons ici dans le coin des artistes (devant le stand de Jennifer ROBINSON).


Le groupe revient vers le point de départ... et c'est Emmanuel ROLAND qui parle de son activité au sein du "Petit jardin des écoliers".


Voilà que la visite se termine... les deux animateurs en chef de ce festival (Franck DELISLE à droite et Jérémy ALLAIN un peu plus à gauche) se concertent... c'est que la journée n'est pas finie !


Cependant la table est prête à recevoir tout le monde grâce à Maryvonne RENAULT (la plus lointaine des trois), Annie BARDOUL et Simone COSSON (la plus rapprochée) qui ont tout préparé...


...mais avant de "passer à table" il y a bien sûr les discours d'usage... ici c'est le Président de Vivarmor Nature (Vincent GUIDONI) qui a le micro...


... et qui va le passer à Monsieur le Maire de Dinan...
La suite je ne l'ai pas vue étant parti déjeûner... vu qu'il était près de 13 heures quand j'ai pris cette dernière photo de l'inauguration (au cours de laquelle nos invités ont beaucoup vu, beaucoup discuté)... et que je m'étais engagé à tenir le stand de Vivarmor à partir de 14 heures.

Je vous montre maintenant quelques photos prises le samedi après-midi :


A mon retour (vers 14 heures donc), installé derrière le stand Vivarmor, j'ai pris cette photo de Franck qui termine apparemment un petit tour avec un représentant de la presse locale...


...le petit coin en face de la buvette (où tout à l'heure il y avait le "pot offert aux élus")... est maintenant envahi par des consommateurs plus anonymes...


...cependant que la foule commence à arriver (beaucoup des enfants venus hier avec leurs enseignants reviennent maintenant, semble t-il, avec leurs parents...) 


On me dit qu'il y a un stand qui vient d'ouvrir et qui "cartonne"... en effet, à l'entrée de la salle 2, il y a foule en attente de maquillage...


...les deux "artistes" que j'ai photogaphiées ici en pleine action n'arrivent pas à satisfaire la demande et la file d'attente s'allonge...


C'est là que je repère un autre candidat au titre de "plus jeune visiteur"... celui-ci m'a dit la Maman a 8 mois !


Parmi les nombreux visages "décorés"... j'ai remarqué celui-ci car sa charmante propriétaire venait de mettre un mot sur le cahier où (à la sortie) chacun peut "donner son avis".


Je suis aussi allé faire un petit tour dans ce local (à côté du cinéma) où il y avait (comme indiqué sur la vitrine) les "ateliers pour les enfants"...


 ... pour ces ateliers, il fallait s'inscrire car vu la place disponible le nombre de participants par atelier était limité...


... et nous avons dû refuser du monde tellement les demandes étaient nombreuses ! Pour ma part je n'ai pu venir voir les différents ateliers du samedi... pas plus que sans doute je ne pourrai voir ceux de demain dimanche... Je ne suis pas allé non plus voir la sortie en forêt du samedi matin (vu que c'était en même temps que l'inauguration)... alors je fais appel à ceux qui en ont pris des photos : faites les moi parvenir pour que je les mette sur le blog ! 

Et enfin le samedi soir toujours, à partir de 20h.30 commençait la seconde soirée du festival :

Pour cette soirée du samedi (présentation du film 'Nos enfants nous accuseront"), la salle était comble ! Voyez au premier plan nos deux "organisateurs en chef" entourant le nouveau Président de Vivarmor Nature...


...cependant que notre ancien Président, André POCHON (au premier plan) anime la séance accompagné de deux autres personnes dont l'auteur du film (au dernier plan).

Ainsi se termine cette journée du samedi. Attention il ne vous reste plus que le dimanche 1 février si vous n'êtes pas encore venu et si vous tenez à ne pas rater cette quatrième édition du "Festival Natur'Armor ! 



La journée de dimanche :

J'arrive vers 14 heures et comme on le voit sur cette photo prise depuis les gradins en direction de l'entrée, la foule arrive elle aussi...


...les différents stands sont pris d'assaut...


...et les coquillages de Michel LE QUEMENT trés appréciés.


Je me rends maintenant aux "ateliers pour les jeunes"...


...là aussi toutes les places sont occupées...


...et je vois qu'avant de venir ici certains sont passés par le stand "maquillage"!


Je me dirige donc vers celui-ci (dans le complexe sportif- juste à l'entrée de la salle 2)...


...il y avait déjà foule samedi... aujourd'hui dimanche les files d'attente sont encore plus fournies...


...et pourtant les deux artistes maquilleuses ne chôment pas...


...voilà pourquoi les charmants minois de ce genre...


...se rencontrent un peu partout... apportant au festival un petit air de carnaval animalier !


Je me glisse maintenant vers le bar où Béatrice MORIN, Gilles ALLANO et quelques autres... officient sans le moindre temps mort...


...en effet (comme on le voit ici) la foule se presse...


...les tables (à proximité du bar) sont toutes occupées...


...par ceux et celles qui veulent faire une petite pause au milieu des multiples activités du festival.


Il y avait aussi les différentes conférences (toujours dans la même salle du cinéma)... j'ai pris cette photo juste comme la conférence "Animaux et plantes extraordinaires des Côtes d'Armor" allait commencer (pour en savoir plus : allez, sur le blog, à l'article "Conférence à Loudéac").


En redescendant dans la salle omnisports, je rencontre (ici au centre) Bernard LE GARFF qui va animer la troisième et dernière conférence du dimanche après-midi : "Amphibiens et reptiles de Bretagne".


Nombreux sont ceux qui acceptent à la sortie de donner leur avis... Cela nous servira pour améliorer le festival de l'an prochain !








Repost 0
Vivarmor Nature - dans festival
commenter cet article
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 22:45
Pour notre première sortie 2009, Aymar nous a expliqué comment la Nature fait disparaître, en les recyclant, tous les restes de végétaux et d'animaux morts. Pour ce qui est des feuilles, il nous en avait déjà parlé au cours de sorties précédentes. Pour ce qui est du bois et des cadavres d'animaux... c'est un peu plus complexe et tout aussi passionnant... Bien entendu notre guide nous a aussi amplement renseigné sur la vie des animaux qui fréquentent en hiver le bois de Plédran.


Ce bois de Plédran nous le connaissons bien : ce n'est pas la première sortie que Vivarmor y effectue...


... dés 1976 en effet nous l'avions inclus dans notre "Plan de ceintures vertes autour de St-Brieuc"... aussi entre 1987 et 1989 lorsque le bois a été mis en vente et craignant son achat par des promoteurs privés en vue de lotissements, notre association (qui s'appelait G.E.P.N. à l'époque) a tout fait pour que la commune l'achète et le gère (ce qui a été fait et bien fait comme le montre le panneau ci-dessus). Depuis, nous y avons organisé de nombreuses sorties (en 1992 : voir "Douze sorties autour de St-Brieuc", en 1997 avec les "Brigades vertes" qui y travaillaient alors pour le mettre en valeur, en 2000, lors des "Journées de l'Environnement" etc. etc...)


Le samedi 17 janvier 2009, nous étions assez nombreux (une bonne trentaine de personnes). La nouveauté est que cette fois c'est Aymar de Gésincourt qui nous pilotait... certes, Aymar nous le connaissions bien pour avoir fait avec lui de nombreuses sorties en forêt... mais c'est la première fois qu'il intervenait pour nous dans le bois de Plédran.


D
ès le premier arrêt,  nous étions déjà sous le charme ! 


Voyez : j'ai pris un peu de recul pour vous montrer (au premier plan) un superbe tronc de chataîgner... et on voit bien (plus loin) la troupe bien rassemblée autour du guide...


Au fil des arrêts, l'attention ne faiblit pas bien au contraire, même si certains (à droite) prennent un peu de recul !


A l'arrêt suivant nous tombons sur un beau tas de bois mort...


Du bois bien mort (depuis quelques années déjà) et où il y a beaucoup à voir...


Aussi notre guide s'en donne à coeur joie...


... sortant à l'occasion sa documentation pour montrer en images des précisions sur les insectes rencontrés...


Participaient aussi d'autres naturalistes (comme Jacques Petit que l'on voit ici)...


...ou encore Vincent Guidoni, (l'actuel Président de Vivarmor)...


Ici c'est Jean-Paul Bardoul qui intervient pour apporter des précisions sur le travail de l'écureuil...


Pas de doute : au fur et à mesure de notre progression, le "bois mort" nous parle de plus en plus...


... et la vie forestière dans son ensemble aussi...


Le troisième (et dernier) stade de la décomposition du bois mort est visible ici : c'est une sorte de terreau où aucune structure n'est plus reconnaisable...


Aymar sort enfin de son sac...


... sa dernière "botte secrète" : toute une variété d'insectes nettoyeurs des cadavres d'animaux...


... Comme ici les géotrupes (que j'ai essayé de prendre de près)... en nous expliquant comment chacune de ces espèces intervient à son tour pour assurer un recyclage complet des animaux morts.


Nous voici de retour vers le parking où sont garées les voitures... La sortie va se terminer... 
Pas de doute : le bois de Plédran valait vraiment le coup d'être conservé et aménagé en espace naturel accessible à tous ! 





 


Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 20:00
Quoi de mieux pour terminer l'année... et par un samedi pluvieux... qu'une conférence dans une belle salle bien chauffée ? Encore fallait-il trouver le sujet et le conférencier... C'est Jérémy ALAIN qui a relevé le défi. Et de quoi nous a-t-il  parlé ? Eh bien regardez :


Dans la salle Malivel à Loudéac, Jérémy (vu de dos) accueille les participants...


 ... et annonce le sujet comme vous le voyez ci-dessus.


Après avoir fait défiler des animaux que tout le monde connaît (mais qui sont des animaux exotiques)... Jérémy présente ce petit oiseau (très abondant dans le département)... Qui le connaît demande t-il... et de toutes les mains levées jusque là pour indiquer les noms des animaux présentés, seules 2 ou 3 restent tendues ! Et encore certains se trompent... Non ce n'est pas un moineau, pas une sittelle non plus... et vous qui n'êtes pas venus, je vous laisse chercher !


Bien entendu je ne vais pas tout vous montrer... mais ce gastropode (dont la limite de répartition en Bretagne est aussi, curieusement, la limite du gallo et du breton)... le connaissez vous ? Si non, je vous donne une piste : la ville de Quimper est évoquée quand on le nomme.


Le défilé continue et tout le monde est sous le charme...


... de ces plantes et de ces animaux... bien de chez nous... et souvent peu connus...


... et qui pourtant fréquentent parfois la baie de St-Brieuc...


Même le crapaud commun prend parfois des attitudes défensives surprenantes...


Arrive le tour de l'animal le plus long du monde... Cette fois il n'y a pas que l'image : avant de le voir sur l'écran, le mètre déroulé ici donne aux participants une idée de sa longueur totale...


...qui dépasse la longueur de la salle... voyez au pied du jeune "aide" que Jérémy a sollicité pour tirer sur le fil : il y a plusieurs mètres qui traînent ! Alors quelle est la longueur totale? Ceux qui ont participé à Lannion au dernier festival Natur'Armor s'en souviennent peut-être car c'est là que l'animal a été présenté au public pour la première fois... Sinon je vous laisse deviner !


L'animal en question, le voici maintenant en image. C'est un ver marin. On le rencontre au Verdelet par exemple... et en de nombreux autres points du département.


Ce requin aussi fréquente la baie... Lui aussi est une des vedettes du festival. Si vous ne l'avez vu à Lannion l'an dernier, venez cette année à Dinan : c'est là qu'aura lieu le festival Natur'Armor 2009.


Il arrive dans son empressement à s'accoupler qu'un crapaud se trompe... mais au point de sauter sur une salamandre ! C'est quand même un comble... un comportement stérile en plus...d'où bien sûr il ne sortira pas le moindre hybride !!!


A la fin de la conférence...


... les questions furent nombreuses ... et le public parfaitement renseigné.


Pour finir : voyez, je prend un peu de recul... pour vous montrer que, s'il y avait une quarantaine de participants (j'en ai compté 39 exactement) la salle aurait pu en contenir au moins trois fois plus... Mais ce n'est qu'un début !... La prochaine fois nous tâcherons de faire mieux (pour ce qui est du nombre de participants du moins car le sujet lui a séduit tout le monde) !! 

Cette conférence termine notre programme de sortie 2008. Le programme 2009 est pratiquement bouclé : il ne nous reste plus qu'à l'éditer. Nos adhérents le recevrons avec le prochain "Râle d'eau", début janvier.
Repost 0
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 20:22

Le samedi 22 novembre (le même jour que notre dernière sortie), une manifestation avait lieu aux Hôpitaux (Erquy) face à l'îlot St-Michel là où le renouvellement d'une concession vient d'être demandée pour continuer dans ce secteur l'exploitation du maërl. 

Vivarmor a déjà évoqué ce problème dans le dernier Râle d'Eau, le n° 135 : un article en page 5 intitulé "Halte à l'exploitation de nos bancs de maërl" et une pétition jointe.

Voici quelques photos sur le sujet :

   

Le maërl est formé par des petites algues rouges possédant un squelette calcaire de la famille des Corallinacées. Il en existe de deux genres différents : le genre Lithothammium et le genre Phymatolithon.  

 

 

On voit ici la partie supérieure vivante d'un banc de maërl. Si de tels bancs ont des épaisseurs de plusieurs mètres, il faut savoir que la partie vivante se limite à la surface (les algues vivantes ont besoin de lumière !).

Les bancs de maërl constituent un des écosystèmes marins les plus diversifiés d’Europe, mais aussi l’un des plus méconnus. Leur structure cavitaire peut abriter plusieurs centaines d’espèces d’invertébrés (640 espèces ont été inventoriées sur le banc de Maërl de la rade de Brest). En particulier les champs de maërl sont un lieu privilégié pour l’alimentation des Coquilles St-Jacques, des Praires et des Palourdes, un lieu de broutage pour les Bars et les Lieus, un lieu de ponte pour Seiches et Ormeaux.

 

 

 

Ce que l'on voit ici est du maërl mort tel qu'il se présente quand il vient d'être pêché. Les bancs sont exploités depuis plus d’une centaine d’années et constituent l’or blanc d’une filière industrielle de valorisation : contenant du carbonate de calcium, du carbonate de magnésium et des oligoéléments, le maërl est utilisé comme amendement agricole (25 %), filtre pour l’assainissement (40 %), adjuvant dans l’alimentation animale (35 %) et pour une faible part, mais à forte valeur ajoutée, dans l’industrie cosmétique (BEUCHER & al, 2002).

La plupart des bancs de maërl de Bretagne, les plus étendus (plusieurs kilomètres carrés) et les plus épais (7 à 10 mètres), sont actuellement exploités. L’extraction se traduit par la disparition totale de l’habitat maërl en lui-même, ainsi que de la biodiversité qui lui est associée (op. cit.).

Le mode d’extraction actuel est principalement basé sur les dragues aspiratrices, dont la productivité est très supérieure à celle des « crapauds » (bennes) des navires sabliers. Les dragues aspiratrices ramènent les granulats calcaires mélangés aux particules fines. Les brins de maërl tombent au fond de la cale tandis que les particules fines sont évacuées. Il en résulte une surcharge de matières en suspension autour du navire ; celles-ci vont se redéposer autour de la zone d’extraction au gré des courants, entraînant ainsi l’enfouissement de la couche de surface du maërl. Ce dernier, n’ayant plus de lumière, meurt.

Tout en compromettant le renouvellement déjà limité de la ressource, l’extraction altère donc profondément les communautés végétales et animales associées au maërl à une échelle bien plus grande que celle de la zone d’extraction elle-même (op. cit.).

 

 

Le mardi 30 septembre à Plurien une réunion avait lieu pour le lancement de la pétition. La population locale...

 

 

...ainsi que de nombreux élus et responsables d'association ont expliqué à cette occasion les raisons de leur refus.

 

 

Le samedi 22 novembre, de nombreuses associations (dont Surfrider Foundation que l'on voit ici et qui représente les amateurs de surf)...

 

 

...avaient appelé leurs adhérents à se réunir en face de l'îlot St-Michel (que l'on voit à l'arrière plan de la photo)...

 

 

...lesquels ont répondu en grand nombre...

 

 

... comme le montrent bien ces photos de Stéphane GUILLAUME.

 

La pétition est toujours valable. Si vous ne l'avez pas encore retournée à Vivarmor Nature, faites-le... le plus vite possible !

Repost 0
Vivarmor Nature - dans vivarmor
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 23:18

Le samedi 22 novembre, Vivarmor Nature est revenu visiter la région du Bois Meur (où nous avions déjà fait une sortie en avril 2007). Cette fois, pour changer c'est le bois d'Avaugour que nous avons exploré. Bois Meur et bois d'Avaugour appartiennent  maintenant au Conseil Général qui y organise chaque année une animation.

 

 

A notre arrivée, la pluie nous accueille ! Nous sommes ici sur le parking de la "ferme de Bois Meur". Au fond : les bâtiments de la ferme restaurés par le Conseil Général. Tout le monde est bien enmitouflé : il n'y a que Pierre Alexis (à gauche) qui garde la tête découverte.

 

 

Un peu plus loin... Il pleut toujours mais les ajoncs en fleurs (à droite) donnent quand même un peu de gaîté au paysage !

 

 

De la gaîté, il y en a aussi parmi les participant(e)s comme on le voit ici...

 

 

Il faut dire que le "pépin" brandi sur la photo précédente et que l'on voit ici au premier plan, avec ses images tropicales de l'Ile de la Réunion, n'incite pas au pessimisme...

 

 

 D'autre part les commentaires de Jean-Paul font oublier l'humidité (celle qui descend du ciel et celle qui se trouve sous nos pieds). Ici manifestement ce sont les différents conifères qu'il nous apprend à différencier...

 

 

... un peu plus loin, ce sont les mousses et les fougères qui sont au programme...

 

 

... mais les roches sous nos pieds, les animaux de la forêt (un chevreuil a été aperçu par certains !), la gestion du site, la chasse (coups de feu au loin... mais ici la chasse est contrôlée, nous dit Pierre Alexis !)... ont également été évoqués.

 

 

Nous voilà arrivés dans un endroit où la forêt a une allure différente : il s'agit d'une forêt de feuillus avec des arbres déjà anciens... Vous remarquerez aussi que les "pépins" sont remisés... ce qui veut dire que le temps s'améliore !

 

 

Sur cette vieille souche pousse une grande variété de champignons xylophages (mangeurs de bois mort)...

 

 

Les têtes se découvrent... tout le monde a le sourire... le beau temps serait-il de retour ?

 

 

Ici, au premier plan et au centre de la photo, on voit un gros bloc de pierre au pied d'Annie BARDOUL...

 

 

Le voilà, vu de plus près ce gros caillou qui manifestement est en place. C'est du quartz. Nous sommes sur le fameux "linéament quartzeux" qui va de St-Julien à Moustéru, soit plus de 35 kilomètres. Jean-Paul venait de nous en parler (de même qu'il en avait parlé en 2007 avec carte à l'appui alors). Vous pouvez encore aller voir cette sortie de 2007 sur le blog ; elle est intitulée "Faune, flore et géologie à Bois Meur"

 

 

Jean-Paul venait aussi de nous parler de la "partie vivante" et de la "partie morte" d'un arbre... et comme pour illustrer son propos, ce hêtre, couvert de mousse, a d'anciennes blessures qui montrent bien ces deux parties : un bourrelet cicatriciel sombre est l'endroit où la sève circule et la partie interne claire est le bois qui soutient l'arbre mais ne vit plus.

 

 

Descendus dans le fond de la vallée, nous franchissons maintenant le "ruisseau d'Avaugour"avant de remonter explorer le versant de l'autre côté...

Cela traîne un peu derrière ! A mon avis on ne parle pas tout à fait des mêmes choses dans les deux groupes. Au premier plan c'est manifestement le groupe des naturalistes... Derrière (j'en viens...) cela papotte plutôt "popotte" : ce sont peut-être les champignons (vus précédemment et abondants un peu partout) qui en sont à l'origine !...

 

 

Tiens !  Nous voilà revenu dans un bois de conifères. Il est si dense qu'aucune lumière n'arrive jusqu'au sol sur lequel donc rien ne pousse...

 

 

... à l'exception de ces champignons (encore eux !) qui (comme chacun le sait) n'ont pas besoin de lumière pour se développer !

 

 

 Et voyez que tout peut arriver : j'ai pris cette photo pour bien montrer que, contre toute attente, le soleil est venu par moment agrémenter notre sortie...

 

 

...et comme vous le voyez sur cette dernière photo : le paysage automnal d'Avaugour est superbe sous le soleil !...

 

Voici 4 photos de mousses, prises bien sûr au cours de la sortie, que Alain COSSON vient de m'envoyer:

Celle-ci s'appelle Thuidie tamaris (Thuidium tamariscinum)

Voici en très gros plan le Scléropode pur (Pseudoscleropodium purum)

Ici ce que l'on voit surtout ce sont les sporogones (sporanges portés par une fine tige appelée la soie) de l'Atrichie ondulée (Atrichum undulatum).

Et pour terminer, voici l'Hypne cyprès ( Hypnum cupressiforme).

Il ne reste plus au programme 2008 qu'une soirée (le 13 décembre à Loudéac)... mais le programme 2009 est en bonne voie et sera communiqué aux adhérents avec le prochain Râle d'Eau (le numéro 136). A bientôt donc !

Repost 0
4 novembre 2008 2 04 /11 /novembre /2008 23:30
Le samedi 8 novembre, Vivarmor vous invite à une sortie dans la vallée du Gouédic. Je vous propose quelques photos préliminaires pour vous donner envie d'y venir...

Voilà : la sortie s'est déroulée comme prévu sous un temps agréable. Je vous en montre (juste un peu plus loin...) une vingtaine de photos.

Jeudi 13 novembre : je rajoute quelques photos parmi celles que vient de m'envoyer Jean-Louis MELOU (voir à la fin).

Je laisse en effet les deux premières "photos préliminaires", celles qui sont en noir et blanc ci-dessous (histoire de rappeler l'ancienneté de notre combat pour la protection de cette vallée).


Cette photo pour vous montrer que notre intérêt pour la vallée du Gouédic ne date pas d'hier. Le gamin au premier plan qui vient vers son photographe de Papa s'appelle Stéphane GUILLAUME et a maintenant 37 ans. Il en avait 5 à l'époque : nous étions en 1976.


Voici une autre vue de la vallée au cours d'une autre sortie quelques années plus tard. C'est Louis MAURICE qui fait le commentaire.

Ici commence le compte-rendu en photos de la sortie du samedi 8 novembre 2008 :

Le groupe venant de Robien vient de rejoindre ceux qui attendaient près du Pont d'Armor... Nous sommes 36 au total (sans compter Paul OLLIVIER qui nous a rejoint au Légué pour nous parler de la confluence en cet endroit de la vallée du Gouédic et de la vallée du Gouet).


François LEPINE donne quelques informations sur la gare de l'ancien "petit train" (devenue le restaurant universitaire) ainsi que sur la construction (dans les années 60) du Pont d'Armor près duquel nous nous trouvons.


Vous remarquerez l'air réjoui de quelques uns des participants !


Comme non loin de là se trouve le Palais de Justice, nous y avons fait un petit tour... pour parler "géologie". En effet ce bâtiment est construit pour ce qui est de sa partie inférieure avec la roche dans laquelle le Gouédic a creusé l'essentiel de sa vallée : c'est la granodiorite de St-Brieuc. On voit bien le contraste avec la partie supérieure du bâtiment qui, elle, est en granite de l'Ile Grande.


Un coup d'oeil plus rapproché sur la granodiorite nous permet de voir que cette roche (plus sombre que le granite) contient de nombreuses enclaves encore plus sombres qu'elle (les "crapauds" des anciens carriers qui ont longtemps exploité cette granodiorite tout près d'ici)...


... enclaves que l'on voit ici en gros plan. Explication : de telles enclaves pourraient être des restes de la roche encaissante (la migmatite de Ploufragan) dans laquelle le massif de granodiorite s'est mis en place il y a environ 533 millions d'années...


...Et c'est cette roche (la granodiorite) que Harel de la Noé a utilisée pour construire ces "murs de soutènement" dont François LEPINE nous parle ici en détail.


Ensuite nous arrivons à l'endroit de la vallée nommé "la fontaine aux loups". C'est là que l'on voit bien l'altération en boule de la granodiorite (vous verrez plus loin une photo de J. Louis MELOU qui me montre en train de présenter cette formation).


Le groupe arrive maintenant en bas de la vallée et descend depuis un ancien bief (qui alimentait le moulin de Toupin et qui est bordé d'une rangée de tilleuls) vers un remblais bitumé qui sert maintenant de parking.


Un peu plus loin, ce sont les botanistes (Christian SOUCHON qui tend la main et Jean-Paul BARDOUL qui tient une feuille en main)...


 ... qui fournissent des explications sur les espèces végétales rencontrées...


... avant que les amateurs d'ouvrages d'art ne reprennent la main à l'approche du viaduc de Toupin...


... nous sommes en effet dans un endroit de la vallée où il y a beaucoup à dire, à observer, à noter...


... au fur et à mesure que l'on se rapproche du fameux viaduc...


... que l'on voit maintenant (en partie du moins). Entre le groupe et le photographe, on peut voir (au premier plan à droite) un plan d'eau qui représente en fait le fond initial de la vallée, le reste (recouvert de pelouses, de terrains de sport, de parkings... ) ayant été remblayé.


La progression et les explications continuent...


Nous sommes ici en dessous du nouveau pont construit dans les années 80 pour faire passer la RN12...


Et, pour terminer, voici l'arrivée au port du Légué et les explications de Paul OLLIVIER.


Les photos qui suivent sont de Jean-Louis MELOU (le citoyen que l'on voit à l'arrière plan, au centre de la photo ci-dessus) :

Eh oui ! C'est bien le Pont d'Armor (l'endroit d'où nous sommes partis).


Me voilà en pleine explication sur la géologie à l'endoit nommé la Fontaine aux Loups.


Et le Pont de Toupin : l'aviez-vous vu comme cela ?


Cette plante envahissante (la Renouée du Japon), comme pour se faire pardonner de s'être implantée un peu partout, prend de jolies teintes à l'automne !


A l'approche du Légué, voici, pour finir, la station d'épuration de la ville de St-Brieuc.


Repost 0