Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Photos de sorties de l'association VIVARMOR NATURE
  • : Découvrir la nature en Bretagne avec l'association Vivarmor Nature (10 boulevard Sévigné - 22000 SAINT-BRIEUC)
  • Contact

Profil

  • GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature)
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite.
 Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite. Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature

Texte Libre

Recherche

28 juin 2009 7 28 /06 /juin /2009 05:31
Samedi 27 juin 2009 :  encore une superbe journée fort instructive pour ceux qui s'intéressent à la botanique, à la géologie... ou plus simplement aux paysages et aux sites historiques... de la région de Plourivo.
Dimanche 28 : je viens de recevoir quelques photos de Anne FERRON (voir à la fin).
Lundi 29 : j'ajoute encore 2 photos parmi celles que m'a envoyées Brigitte GOUEZIGOUX


Regroupement général à Plourivo (où le groupe pose pour la presse locale)...


... de là nous nous dirigeons vers une petite vallée des environs...


... pour parcourir ce sentier botanique de Pont-Min...


... sur lequel il y a quantité de choses à voir...


... Jean-Paul a donc fort à faire !


Arrivés sur les hauteurs, nous avons devant nous un superbe paysage (boisé et vallonné à souhait)...


... le sentier lui, continue, toujours bien fléché... et avec de multiples étiquettes explicatives...


... au retour sur le parking de départ, nous avons même droit au niveau du lit de la rivière...


... à une petite "séance récapitulative" (avec questions, réponses et précisions diverses...)...


... avant restauration !


Changement de décor pour l'après-midi : nous allons longer la vallée du Trieux ...


... en effectuant de nombreux arrêts explicatifs....


... au cours desquels il est parfois question (en plus des plantes) des animaux qui les utilisent... ici, par exemple, il s'agit des "crachats de coucou" très abondants sur les ajoncs du secteur et dûs aux larves de ce petit insecte...


... les coups d'oeil sur la vallée du Trieux ne manquent pas...


... les plantes curieuses comme cet arbousier non plus...


... et ainsi nous arrivons à Traou Nez... à la maison du Conservatoire...


...qui est aussi la maison achetée (autrefois) par Guillaume SEZNEC...


... ensuite : retour vers le point de départ et les voitures (nous explique Jean-Paul) mais avec un circuit un peu différent...


... et pour terminer : ces "croix médiévales" en "spilite" (une roche provenant des formations volcaniques anciennes que l'on trouve dans la région de Paimpol -Guilben)... nous donnent l'occasion (après les formations rouges sur lesquelles nous avons marché toute la journée)... de parler un peu géologie....


... naturellement Daniel en profite pour faire le pitre !... se prend t-il pour St-Ouarn ?... pour Alain Barbetorte ? (à qui ces croix ont été dédieés successivement)... en tous cas il donne l'échelle... montrant bien que ces croix (qui ne sont pas tout à fait en place, paraît-il...) étaient "à taille humaine".


Voici (en complément des miennes) quelques photos que vient de m'envoyer Anne FERRON :

Connaissez vous la Callune ? Ce n'est pas une bruyère tout à fait comme les autres... mais elle fait quand même partie de la famille... et des bruyères, cela ne manque pas sur ces coteaux boisés du Trieux : nous en avons trouvé trois espèces différentes !


C'est la "photo mystère" : sur l'autre versant du Trieux, voici ce que nous avons aperçu... début d'un "triskell" ? traces d'extra-terrestres ?... Si vous en savez plus, faites le nous savoir !


Je ne vous l'ai montré que vu de l'arrière... voici donc le "Manoir de Traou Nez" vu par sa façade avant...celle qui est tournée vers le Trieux.


 Des croix médiévales, c'est vrai qu'il y en avait deux (taillées dans la même roche)... et on les voit bien sur cette photo.


Et pour terminer : je vous présente sa suffisance Michel GUILLAUME !... Explication : Anne m'a tiré le portrait (sur le sentier de Lancerf) juste comme j'avalais une gorgée de ma boisson favorite (ce n'est pas du "jus d'orange" ma chère Anne contrairement à ce que tu écris...) mais je n'en dirai pas plus.

Voici encore 2 photos envoyées par Brigitte :

D'abord ce superbe papillon rencontré au départ de la balade sur les coteaux du Trieux. Je sais son nom car Jean-Paul me l'a fait voir en photo : Abraxas grossulariata !


Cette plante (au centre de la photo) est la Morelle noire (Verbascum nigrum) vient de m'indiquer Brigitte.

Notre prochaine sortie sera "la Rigole d'Hilvern", à partir de Bosméléac, le samedi 11 juillet.
Repost 0
14 juin 2009 7 14 /06 /juin /2009 10:17
Le samedi 13 juin, Vivarmor Nature a organisé (en collaboration avec l'association locale "Lycopode" et l'Office de Tourisme du Pays Centre Bretagne) une "balade au fil des roches" à la découverte de la géologie du Mené.


Voici un aperçu des principales formations visitées.


Ici c'est le premier arrêt (et Annie, au premier plan, se prend la tête en se demandant où cela va nous "Mené" !)  : Jean-Paul (au centre) et Jean-Claude présentent les formations du Briovérien...


... des schistes (et micaschistes) dont on voit ici un exemplaire. Ce sont les formations les plus anciennes de la région (environ 600 millions d'années)


Nous voici maintenant sur le granite de Moncontour (la formation la plus récente, elle, par contre : environ 300 millions d'années) reconnaissable à ses gros feldspaths blancs...


... dont beaucoup ont cette forme carrée (caractéristique de la macle de Baveno)...


... avec par endroit des enclaves de roches encaissantes (le schiste briovérien précisement, devenu "cornéenne") comme on voit ici sur la gauche de la photo.


Nous sommes maintenant sur les formations du "synclinal de Menez Belair". Cette ancienne carrière des Rochers nous permet d'observer des formations de l'ère primaire (schistes et quartzites). Ce sont les schistes qui y ont été autrefois exploités cependant que les parois (comme celle que l'on voit ici sur la droite) sont un mélange très déformé de roches plus massives et plus dures...


Dans une seconde carrière (en partie remblayée) située elle aussi sur les mêmes formations, on voit bien les deux types de roches : des schistes séparés par des bancs de grès quartzites beaucoup plus durs. Des fossiles y ont été trouvés qui indiquent un âge Dévonien moyen (environ 380 millions d'années).


On voit ici le groupe arrêté un peu plus loin (mais toujours dans la même carrière). D'ici en effet on aperçoit l'abbaye de Boquen en contrebas et Jean-Paul explique les raisons de l'aspect boisé du secteur (géologie, paysages, végétation, activités agricoles... tout se tient !).


Nous voici arrivés à Langourla, dans une ancienne carrière devenue "théatre de verdure"...


... c'est là que chacun sort son pique-nique...


... et là aussi que nous avons donné rendez-vous à ceux qui viennent nous rejoindre pour l'après-midi (cependant que d'autres nous quittent... si bien que l'effectif reste à peu près le même : un trentaine de personnes).


On voit ici des traces d'exploitation de l'ancienne carrière. La roche est une diorite c'est à dire une formation magmatique grenue comme le granite... mais plus sombre...



... car elle contient moins d'éléments riches en silice (peu ou pas de quartz par exemple) ...et davantage de minéraux ferro-magnésiens (micas-horblende)... on y voit, ici aussi, des enclaves (encore plus sombres).


Par altération, le fer s'oxyde...


... l'altération en "boule" entourée d'écailles en "pelure d'oignon" est ici remarquable...


...et nos ancêtres (comme ici à Perfaut) ont utilisé cette altération en boules pour édifier de superbes menhirs.


C'est au voisinage d'un autre massif de roche grenue (le massif de leucogranite de St-Gouéno) que se trouve cette carrière de kaolin de Kerrouet...


... que le groupe examine maintenant...


... avant de jeter un coup d'oeil sur le granite de St-Gouéno...


... que l'on voit ici très altéré (arène granitique) avec des filonnets remplis d'une substance noirâtre (qui nous a laissé un peu perplexe...).


Un dernier arrêt nous permet d'observer ici, dans la carrière du Vauglin, des amphibolites avec, par endroit, des superbes cristaux de hornblende. 


De retour à Collinée à la "Maison du Mené", une expo (récapitulative des différents formations que nous venons d'observer)...


...permet à chacun d'effectuer une petite révision... avant de boire un verre et de consulter différentes publications.

Ainsi se termine une très agréable et fort instructive sortie dans la région du Mené... où Vivarmor vous donne à nouveau rendez-vous les 17 et 18 octobre pour "Saveurs d'automne". 

Repost 0
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 21:00

Pour notre 77ème week-end (le dizième en Normandie) qui avait lieu le samedi 30 mai, le dimanche 31 mai et le lundi 1 juin, nous avons eu un temps superbe. Les 27 places réservées ont été prises d'assaut (nous avons dû malheureusement refuser beaucoup de monde !). Roland et Monique (les copains de Cholet) sont venus avec leur camping-car portant à 29 le nombre des participants. Le dimanche à Chausey, la famille de Fabrice (qui adolescent a participé à notre premier week-end en 1985 sur les Monts d'Arrée !) était aussi avec nous...


Premier jour : la région de Regnéville

 Au nord de Granville, à l'embouchure de la Sienne, voici Regnéville avec son église au clocher en partie abattu (souvenir paraît-il des guerres franco-anglaises et des guerres de religion)... et les restes d'un très vieux chateau...


... c'est ce chateau que nous longeons ici... tout en étant d'emblée renseignés sur ce qu'il y a à voir dans le patelin.


 Pour ce qui est de la géologie, il y a deux formations bien distinctes et que l'on voit bien ici sur les murs de l'église : des formations rouges qui sont des conglomérats plus ou moins  grossiers... et des calcaires de teinte plus claire qui ont alimenté les fours à chaux.


De la tour du château (bâtie comme l'église en pierres locales), voici tout ce qu'il reste...


...et du chateau lui-même (vu ici depuis la route qui longe le bord de mer, avec Anick au premier plan...), il ne reste que quelques salles habitables (avec dans l'une d'elles une exposition sur les toutes premières photos couleur...)


Nous voici à l'intérieur de l'église et dans la partie la plus ancienne (à l'aplomb du clocher).


C'est en visitant le cimetière qui entoure l'église que nous remarquons pour la première fois l'abondance de ce papillon (un Vanesse). Il n'a pas fini de nous étonner !


Les pierres, les "lieux saints", les papillons... c'est bien mais il ne faut pas oublier l'essentiel !


Et l'essentiel (à l'heure de midi du moins) c'est ce que nous ont préparé Annie et Maryvonne : notre premier pique-nique !


C'est seulement une fois rassasiés en effet... que nous pouvons annoncer la suite du programme...


... et la suite c'est la visite des fours à chaux du Rey. Ici, devant un mini-four reconstitué dont on voit l'ouverture supérieure en haut de la photo (elle est fermée par une plaque métallique circulaire), notre guide (aidé par Annie !) va nous faire une démonstration de transformation de la chaux vive en chaux éteinte...


... le voici en pleine explication !


Les véritables fours... les voici... et nous les avons visités de haut en bas avec toutes les explications sur leur histoire, leur fonctionnement, leur entretien actuel...


... comme on le voit bien sur cette maquette (la photo est prise à l'intérieur du musée que nous avons visité par la suite)... ils sont au nombre de quatre... on voit à l'avant une sorte d'estrade : en effet chaque été des spectacles sont organisés dans ce lieu qui s'y prête à merveille !


Surprise ! Dans le musée, il y a même nos fours à chaux des Côtes d'Armor !


Nous voici maintenant sur les dunes qui ferment (au sud) le "Havre de Regnéville"...


... avec leur végétation...


... riche et variée...


... parfois brillamment colorée...


... parfois fort surprenante...


... et si les papillons qui arpentent cette fleur d'orchidée ne vous disent rien...allez (re)voir notre week-end "Roscoff -Ile de Batz" : Alain COSSON qui était alors des nôtres nous en avait parlé à l'époque et le compte-rendu est toujours sur le blog !


Voici le groupe arrivé près de l'extrémité de la dune... d'ici on voit bien l'ensemble du Havre avec Regnéville à l'horizon... et aussi le trajet (ensablé) de la rivière (la Sienne) qui en est à l'origine.


Retour au gîte... où pour clôre cette première journée... une "entrée-surprise" est proposée au groupe (les gâteaux par Monique, la boisson par Simone et J. Claude)...


Nous étions dans 5 gîtes différents... heureusement le beau temps nous a permis d'installer des tables dehors... Maryvonne ici sert la soupe...


... qui (vu le vent plutôt frisquet) était fort bienvenue... ici le repas se termine... et comme vous voyez dans la bonne humeur !


Deuxième jour : visite guidée de l'île de Chausey


Première tâche : vers 8 heures du matin... chacun prépare son pique-nique...


Seconde étape : passer prendre les billets, préalablement réservés (et ne pas oublier de bien les compter !)... avant de les distribuer à chacun des participants...


Tout le monde finit par prendre place (à bord de plusieurs bateaux)... comme vous voyez, il y avait du monde !


Cà y est : c'est parti !


A l'arrivée, notre guide (Thomas ABIVEN, un ami de Franck et un adhérent de l'association) nous attendait pour passer (bénévolement) la journée avec nous...


Ici, avec lui, nous faisons un premier arrêt... pour une présentation générale de l'île...


Voyez que la nourriture est assurée !


Aussi après un dernier regard sur les quais où nous venons de débarquer...


... nous voilà arrivés au fort... dont les fossés servent pour le lagunage des eaux usées de l'île, nous explique notre guide.


Ici les photographes s'en donnent à coeur joie... mais de quoi s'agit-il ?


Eh bien oui ! toujours lui (le Vanesse)... Thomas nous explique que, depuis quelque temps, il y en a des milliers sur l'île... à tel point qu'il a dû faire une fiche explicative sur cette espèce migratrice (venant du Maroc et allant vers l'Europe du Nord).


Ayant longé le fort, nous voici devant l'entrée de celui-ci où nous allons entrer pour une visite rapide.


Un peu plus loin, on voit en bas la tête du groupe... cependant que les derniers s'engagent dans l'escalier qui y descend...


Et il n'y a pas que des papillons...


... d'autres insectes (comme cette Cétoine) et de nombreuses plantes... méritent  aussi une photo !


Nous voici arrivant à l'extrémité sud de l'île...


... d'où il est possible de repérer de superbes voiliers. Celui-ci est resté (comme nous) toute la journée (il était encore là lors du ré-embarquement)... c'est "Le Renard" parait-il...


Pour le pique-nique, Thomas nous a trouvé un superbe coin...


... avec table, pelouse... et plage à proximité !


J'en profite pour parler de la roche qui se trouve sous nos pieds (une granodiorite avec des enclaves de deux sortes) très comparable aussi bien pour son aspect que pour son âge à notre granodiorite de St-Brieuc !


Mais pas question de s'attarder... nous voici sur le point haut de l'île... faisant avec Thomas un tour d'horizon...


... avant de redescendre (en longeant le "Chateau Renault") vers ce tombolo sur lequel nous nous trouvons maintenant... avec à l'arrière le sémaphore.


L'endroit est particulièrement fleuri... ici  on voit une touffe de Géraniums...


... dont les fleurs brillamment colorées méritent une "macro" !


Tirer le portrait de ce lézard (abondant lui aussi dans le coin)... c'est une autre paire de manche ! 


Aux environs du tombolo sur lequel nous sommes l'un des îlots porte ces curieuses pierres dressées... un autre (un peu plus loin) présente lui une silhouette d'éléphant... c'est dire qu'il y a de la variété !


Des fleurs... toujours des fleurs... pas faciles à photographier de près quand le vent les agite...sauf si une assistante vous donne un coup de main...


... au final on a deux souvenirs : la fleur... et une partie de la main de Madame !


A l'aller... c'étaient des dauphins qui sautaient à l'avant du bateau... au retour ce sont ces goélands qui venaient de près nous saluer (en échange bien sûr de quelques "gâteries" que les passagers leur balancaient).


Au retour sur le quai de Granville, voici un participant heureux... il s'agit de Fabrice qui (accompagné de sa petite famille) est venu passer la journée avec nous. Il faut dire qu'adolescent il a été un membre fort actif de l'association... et qu'il était présent à notre premier week-end (les "Castors dans les Monts d'Arrée" en 1985) ! 
Voir le nouvel article (en cours de réalisation) sur l'ensemble des anciens week-ends



 Arrivée au gîte : les "entrées" ont (un peu) changé... les algues cependant (merci Monique !) sont toujours là...


...et pour le reste, le temps étant toujours au beau fixe...


... on prend les mêmes... et on recommence...


... dans la joie et la bonne humeur !


Troisième jour : Granville et la région de Carolles

A Granville nous voici sur la pointe du Roc où est évoqué le "mur de l'Atlantique"...


... c'est de là que nous descendons pour observer les plantes et surtout les roches qui forment ce promontoire...


... plantes et roches que l'on voit ici de près : les roches sont des schistes briovériens (avec par endroits des bancs de grès comme on voit au premier plan).


Toujours sur ce promontoire, nous voici dans les rues de la vieille ville, près de l'église N. Dame. Mais qu'est-ce qui intéresse autant les photographes ?


C'est cette vieille gargouille avec sur le dessus des inflorescences d'Ombilic et dans la gueule, une touffe de Linaire ! La "bota" décidément ... est présente partout...


 De là-haut, la vue est superbe sur la zone portuaire  où nous étions le jour précédent pour embarquer vers Chausey...


... nous dominons également toute la (Gran)ville...


... avec ici un aperçu en direction de la côte nord.


Nous voici maintenant à Carolles...


...pour notre troisième pique-nique ...


... dans un coin fort agréable !


Nous sommes en réalité au sommet de la vallée du Lude, que nous nous apprêtons à descendre...


Une surprise nous attend au cours de la descente : un fossile sur du granite ! Il fallait le faire...


Nous descendons la vallée jusqu'à son embouchure...


C'est là, sur les rochers du bord de mer, que se voit bien le contact entre le massif de granodiorite et les cornéennes encaissantes (voir plus loin).


Nous revenons ensuite par le sommet sud avec la "cabane Vauban" d'où l'on aperçoit Tombelaine et le Mont St-Michel... puis par une zone boisée qui nous fait redescendre vers le cours d'eau (avec observation ici d'empreintes... de chevreuils sans doute... à certains endroits un peu humides).


Revenus au point de départ, Monique nous propose un dernier arrêt...


... c'est dans la région entre Champeaux et St-Jean le Thomas...


... nous sommes toujours sur les cornéennes (un peu plus loin du granite que précédemment cependant)...


... et avec cette fois des amas de cordièrite par endroits.


C'est ici que s'est terminé, le lundi 1 juin 2009, notre 77ème week-end !



Repost 0
21 mai 2009 4 21 /05 /mai /2009 23:01

Le jeudi 21 mai (Ascension), nous avons visité :
 - le matin, le marais du Quellen
 - l'après-midi, la vallée de Goas Lagorn.
Voici une vingtaine de photos de cette belle et fort instructive journée.

Dimanche : j'ajoute 15 photos parmi celles que vient de m'envoyer Monique KUBIAK


Dans le marais du Quellen


Depuis le bord de mer où les voitures stationnent, le groupe se dirige vers les marais du Quellen (un espace géré par le département) et fort bien aménagé.


Nos premières observation se font depuis cet observatoire...


... puis nous parcourons le sentier qui nous fait véritablement pénétrer au coeur du marais...


... où il y a beaucoup à voir... à photographier... à expliquer... Ici (par exemple) c'est une charmante rainette verte (que vient découvrir Alain) qui tient la vedette !


Ailleurs ce sont des insectes... des plantes...


...sans oublier les "chaos granitiques" comme celui sur lesquel le groupe se trouve maintenant et dont la formation nous est expliquée en détail.


Tout au long du parcours les observations sont multiples et les plantes en fleurs en particulier sont un régal pour les yeux.


Aussi les arrêts sont-ils nombreux.


Ici (au bord de ce plan d'eau dont la couleur verdâtre au premier plan et rougeâtre plus loin retient l'attention) que vient donc de cueillir notre ami Jean-Claude ?


C'est une petite fougère (nommée Azolla) qui recouvre complètement la surface de la mare et dont la couleur varie du vert au rouge selon les conditions dans lesquelles elle se développe.


Ici c'est un charmant papillon de couleur bleue qui retient l'attention de quelques photographes... cependant que le groupe (revenu en bord de mer) se dirige vers le parking où nous attendent les voitures... et surtout le pique-nique !


Dans la vallée de Goas Lagorn

Bien restaurés, nous voilà de l'autre côté de Trébeurden. A la demande de la presse locale, le groupe pose en bord de mer (à l'arrière plan on voit la pointe de Bihit).


C'est cette vallée de Goas Lagorn que nous sommes venus découvrir...


Elle, non plus, ne manque pas de charme...


...et après franchissement de quelques obstacles (que nous levons sans trop de difficulté !)...


...nous découvrons ici aussi de quoi satisfaire la curiosité de chacun...


...avec toujours les explications très détaillées de Jean-Paul, notre animateur en chef !


Encore un petit effort...


...et nous allons atteindre d'abord un barrage et un plan d'eau (près duquel le groupe se trouve ici, avec la mer au loin, à l'horizon)... et ensuite la petite chapelle de Saint-Thurien...


...nous redescendons ensuite...avec toujours de nombreux arrêts... Ici nous venons de visiter l'emplacement d'une ancienne ferme (avec puits et four à pain bien conservés) et ce sont de superbes papillons que nous observons !


Voici des photos de Monique KUBIAK (que l'on voit à l'oeuvre sur la photo ci-dessus)

La photo est prise depuis l'observatoire au départ du circuit dans le marais du Quellen.


Ce sont des galles que nous observons ici...


... et des galles il en existe des centaines (rappelez-vous nous en avons déjà parlé au cours de sorties précédentes)...


... celle-ci est parmi les plus grosses ; elle abrite non pas une seule larve d'insecte mais toute une colonie !


Puisque nous avons commencé à parler des insectes, restons sur le sujet... Ce n'est pas ce qui manque en effet dans les deux endroits que nous avons visités... Je ne me souviens plus du nom de celui-ci mais dès que je l'apprend, je vous l'indique...


... même chose pour ces deux petits coléoptères qui fêtent le printemps à leur façon... Ce ne sont pas des coccinelles !


Ce sont aussi des (larves ?) d'insectes qui se protègent en sécrétant ces bulles de mucus (crachat de coucou).


Des prêles comme celles que l'on voit ici... il y en avait aussi bien au Quellen qu'à Goas Lagorn... et de plusieurs espèces différentes... Les prêles comme l'a expliqué Jean-Paul sont parmi les plantes les plus anciennes (apparues dès les débuts de l'ère primaire et omniprésentes pendant le carbonifère...)


Dans le marais du Quellen, c'était à certains endroits de véritables tapis de fleurs que nous avions devant les yeux !


... ou encore comme on voit ici des "touradons" de carex (avec fougères intercalées)...


... et à propos de fougères, revenons un peu sur Azolla...


... on voit bien ici comment elle tend à envahir les plans d'eau (en concurrence avec les minuscules "lentilles d'eau"...


... et comment une fois bien installé, elle donne en certains endroits ces teintes rougeâtres.


Ces plantes-ci (des Centhrantus, si je ne me trompe), c'est sur les murs de pierres ou sur les falaises en bord de mer qu'elles poussent le plus souvent.


Rappelez-vous la dernière de mes photos... on y voit Monique KUBIAK au premier plan d'un groupe effectuant une dernière observation... eh bien c'est ce papillon nocturne qui en était l'objet. Ici aussi dès que j'apprend son nom (au secours Alain !), je vous l'indique  

Je continuerai (je pense) à mettre d'autres photos si tous ceux qui ont mitraillé comme moi m'envoient le résultat de leurs prises de vue (rappelez-vous : michel.guillaume33@orange.fr) !

C'est Marie-Louise qui m'envoie la photo ci-dessous :

Elle l'a intitulée "Maryvonne en prière" ... la scène se passe sous le regard approbateur de Simone... sans commentaire !




Repost 0
Michel GUILLAUME (VIVARMOR) - dans sorties 2009
commenter cet article
10 mai 2009 7 10 /05 /mai /2009 13:30

Le samedi 9 mai 2009 le groupe "Patrimoine Géologique 22" effectuait sa 40ème sortie dans la région allant de Kerroc'h à l'Arcouest. Sous la conduite de Jacques BERTHOLET, nous avons parcouru la totalité des sites géologiques de la région. Les photos qui suivent donnent une petite idée de ce que nous avons aperçu et examiné...
Notre sortie s'est terminée par une visite de la réserve Paule LAPICQUE où est installée la collection de roches locales de Jacques VIELLARD, léguée à notre groupe "P.G.22" et transférée à Bretagne Vivante pour être conservée et mise en valeur (voir à la fin).

Lundi soir : Monique KUBIAK vient de m'envoyer de nombreuses photos. Je vous en montre donc une dizaine en complément des miennes (voir à la fin).




A la pointe de Kerroc'h, une visite de la tour s'imposait...


... avec bien sûr examen des matériaux de construction !


Mais ce sont les rhyolites locales qui nous intéressent... et c'est en faisant le tour de la pointe par le bord de mer qu'on les voit bien...


...avec leurs variantes ignimbritiques (anciennes "nuées ardentes") fluidales et plissotées comme on voit ici...


... ou plutôt "bréchiques" avec des fiammes très développées.


 A Porz Even ce sont les tufs de Tréguier que le groupe examine...


... des tufs massifs d'abord, d'aspect porphyrique comme on voit ici...


... des tufs d'aspect lités ensuite (avec phénocristaux de plus en plus gros : plusieurs centimètres parfois). Voir plus loin un gros plan de Monique sur les tufs lités de ce secteur


En allant de Launay vers la pointe de l'Arcouest, notre guide a épuisé une partie de la troupe (mais il est encore bien suivi... voir plus loin...la photo de Monique prise au même endroit !) On le voit ici sur un filon de dolérite au milieu de formations géologiques fort variées et complexes (microgranodiorites de Launay, microgranites de Loguivy...). Nous avons même recherché (en vain ! ) des "plis d'écoulement", signalés à la pointe de l'Arcouest. Voyez qu'il nous reste encore des choses à découvrir dans le secteur !



Voici quelques unes des photos que m'a envoyées Monique KUBIAK et que j'ai choisies dans la mesure où elles complètent les miennes


Au sommet de la pointe de Kerroc'h (avant de descendre au bord de la mer), on voit ici une partie du groupe examinant les rhyolites qui affleurent...


 Voici l'aspect de la roche (une rhyolite plus ou moins litée et plissée) à cet endroit.


Maintenant nous sommes à Porz Even pour l'examen des tufs de Tréguier... et voyez : je figure sur la photo (choisie pour rassurer ceux qui auraient pu douter de ma présence sur les lieux !).


Cette photo pour montrer que les tufs ne sont pas si homogènes que cela : ici on voit, parmi la roche plutôt verdâtre, une zone de teinte violacée...


Ici nous sommes toujours dans les tufs de Tréguier mais les couleurs changent encore...


... sans compter qu'il peut y avoir des fissures secondairement remplies de quartz et de chlorite...


... et là où les tufs sont lités (en allant vers l'ouest - voir plus haut), voici en gros plan l'aspect de la roche !


Maintenant nous voilà (à la suite de notre guide : voir plus haut) sur un superbe filon de dolérite (de couleur sombre et plus ou moins laminé sur les bords) qui s'est mis en place dans le microgranodiorite de Launay...


... que l'on voit bien ici... vu de près...


...cependant que voici un gros plan sur la microgranite de Loguivy (plus sombre) qui s'y intercale (voir aussi photo suivante).





Voici encore 3 photos de Charles FRANKEL :


D'abord une superbe photo d'ignimbrite.


Ensuite voici une vue des spilites (formation de la pointe de Guilben) que nous avons vues en enrochement à Kerroc'h.


Sur cette dolérite (vue en gros plan), on a effectué un prélèvement pour travail au labo.

Les 16 et 17 mai 2009, journées portes ouvertes à la réserve Lapicque : la collection Jacques VIELLARD (roches locales de la région de Paimpol) y est présentée dans un meuble spécialement conçu pour la mettre en valeur. 


Le samedi 16 mai, nous sommes retournés à quelques uns voir cette collection. 

Repost 0
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 22:55

Nous avons passé trois jours (avec un temps superbe) dans le Marais Poitevin. Je mets sur le blog près d'une centaine de photos : pas possible de faire moins tellement les souvenirs (et les clichés dont je dispose) sont nombreux ! Je remercie tous ceux (et toutes celles) qui m'ont confié leurs photos pour les ajouter aux miennes : Annie BARDOUL, Daniel et Marie-Louise BURONFOSSE, Jean-Pierre et Huguette COISMAN, Alain et Simone COSSON, Yvon OISEL, Armelle POUCHARD, Dominique TRANCHANT...

Premier jour : Maison des libellules - Baie de l'Aiguillon

Nous faisons une (première) halte à Chaillé sous les Ormeaux. Le trajet St-Brieuc Marais Poitevin en effet est fort long. Cette première étape va nous permettre...


 ... d'abord de nous regrouper (ce qui après la traversée difficile pour cause de travaux et de déviation de la Roche sur Yon) s'est avéré fort utile...


 ... ensuite de nous restaurer... ce qui, vu l'heure, s'avérait indispensable.


Voyez (après pique-nique) la joie sur les visages  des uns ! ...

...et l'attitude "zen" de certains autres ! Ces deux-ci ont trouvé un siège non loin du "Kangoo ravitailleur" (en rouge) de Jean-Paul et Annie dont les deux petits enfants viennent d'autre part de rejoindre le groupe (qu'ils vont animer à leur façon pendant trois jours !)....  


Il faut dire que nous sommes sur les bords de l'Yon que vous voyez ici avec au fond le pont que nous venons de traverser pour arriver au lieu du pique-nique !


Mais bien sûr nous avions une autre raison de nous arrêter à Chaillé sous les Ormeaux : la "Maison des Libellules" ! L'association qui gère les lieux a participé (en 2007 à St-Brieuc) à notre second Festival Nature : je me souviens même les avoir félicité d'être venus de si loin et les avoir à nouveau salué l'année suivante au festival du film animalier de Ménigoute... Nous étions donc en territoire connu... si l'on peut dire !


La Maison des Libellules, c'est d'abord ce superbe musée avec tout plein d'explications et des lieux interactifs (voir les photos suivantes).


Si vous voulez vous rendre compte par vous-même de la façon dont voient les libellules, commencez par "jouer le jeu" en mettant votre tête au bon endroit...

... et ensuite écoutez les commentaires de Jean-Paul... qui explique ici que les yeux de ces insectes sont placés tout autour de leur tête...

... de façon à leur permettre de voir presque tous azimuts... sauf devant... ce qui fait que pour vous voir... ils ne vous regardent pas en face mais plutôt en tournant la tête... voyez comme ceci !
D'autre part un excellent montage visible dans une petite salle spéciale vous renseigne sur la vie de ces sympathiques animaux...


Pendant que la moitié des participants au week-end visitait l'intérieur de la "Maison des Libellules", l'autre moitié faisait (avec le guide) le "tour du propriétaire"... Nous étions en effet nombreux (et quand nos amis de Cholet nous aurons rejoint le deuxième jour nous serons 33, ce qui est un record : le maximum de participants à nos week-end ayant été jusque là de 32 (lors du dernier week-end autour de  l'Aber-Wrac'h) !
 

En faisant ce "tour du propriétaire", nous  découvrons (entre autres) des plantes surprenantes (pour les costarmoricains du moins !) comme ces asphodèles...


... que voici en "gros plan" ! Nous ne les avions guère rencontrées jusque là (du moins en très grand nombre) que lors de notre troisième week-end à Belle Ile en mer le 8,9 et 10 mai 2003.


Bien sûr, il y a des libellules !...


...mais aussi de superbes lézards verts...

...et une quantité d'autres centres d'intérêt comme les nombreux modèles de nichoirs (17 variétés au total) installés...

... tout le long de cette haie près de laquelle il y avait aussi des gîtes pour hérissons et autres... sous forme de tas de bois etc... etc...


... mais l'endroit le plus apprécié fut sans conteste ce "potager" ...


... qui a donné de "bonnes idées" à beaucoup d'entre nous !


Cependant, pour ce premier jour, c'est en baie de l'Aiguillon que nous avions rendez-vous...


...avec l'équivalent de notre "Réserve en baie de St-Brieuc"... Nous sommes ici à l'extrémité de la pointe de l'Aiguillon d'où la vue sur le pont de l'île de Ré et sur la côte sud (Charron, Esnandes, les falaises calcaires de la région de La Rochelle...) est possible en montant sur la digue qui sépare le marais de la mer...


Pour ce qui est du domaine maritime, les lieux étant assez plats et l'accès étant par endroit limité (par exemple nous n'avons pu aller voir de près la "digue du chenal de la Roque" pourtant toute proche)...


... nous avons dû nous contenter d'un parcours sur les dunes et les prés salés...


... ce qui n'a pas empêché quelques découvertes originales comme cette épave...


... une pièce de bois taraudée par les "tarets" !


Nous consultons pour terminer les informations fournies par ce panneau...


... en essayant de sortir et de montrer les documents que nous possédons...


...mais ce n'est pas facile car le vent souffle fort... et (ayant vu tout ce que nous pouvions voir) nous nous empressons de regagner les voitures...


...pour retrouver le gîte : la Maison Familiale Rurale de St-Michel en l'Herm où nous venons de nous installer pour deux jours... un endroit bien abrité avec des bâtiments spacieux, un vaste parking pour garer les voitures et même un petit parc... pour nous tous seuls !


Voyez cette superbe salle où nous avons pu nous attabler... étaler de la "doc"... projeter des images...
 

... et (la nuit tombée) Alain peut installer (dans le parc) un piège à papillons (pour la capture des papillons nocturnes bien entendu... mais qui sont beaucoup plus nombreux que les papillons de jour) !


... sans oublier bien sûr la restauration (grand merci à Maryvonne et Annie qui avaient tout préparé !). Et voyez ici comment le jeune Robin participe lui aussi en aidant Grand'Mère à pousser (à tirer plutôt) le charriot ! Le premier dîner se termine : nous sommes manifestement au dessert...


Mais pas question pour les participants de se laisser aller pour autant : il faut préparer le repas du lendemain et tout le monde s'y met ! A remarquer : le muguet qui indique que nous sommes le 1 mai.


Second jour : la région de Chaillé les Marais

Le lendemain nous voici à la Maison du Petit Poitou (région de Chaillé les Marais)...



... le groupe s'apprête à effectuer une visite guidée avec l'animatrice qui vient de nous rejoindre...


Là, nous sont remarquablement expliqués tous les aspects de la vie autrefois dans le Marais...


...et voyez que le public est conquis (certains en restent "bouche bée") !


Ici c'est le fonctionnement du four à pain de l'époque qui nous est expliqué...


Ici, nous visitons les différentes pièces de la maison...


...où vivaient... mangeaient...


... et dormaient...les ancêtres des maraîchins d'aujourd'hui.

Mais surtout c'est l'historique de l'asséchement et l'hydraulique des marais qui nous sont remarquablement expliqués ici...


... depuis l'époque du "golfe des Pictons" (que l'on voit ci-dessus avec ses îles)... jusqu'à aujourd'hui (avec les problèmes de draînage, d'irrigation, de variations de niveau des nappes phréatiques...). 


C'est une roche calcaire (du Jurassique) qui forme le soubassement du marais... et Chaillé étant un point élevé (une ancienne île du "golfe des Pictons"), nous en voyons ici des affleurements...


 ... avec des restes de fossiles marins de l'époque (des ammonites)... bien sûr les dinosaures étaient là aussi mais (pour ce qui est des fossiles) faut pas trop demander quand même !


Vous avez compris que maintenant c'est le pique-nique du deuxième jour qui se prépare...


...et ici aussi l'endroit (nommé l'îlot de Chaillezais) est superbe !


Marine et Robin se livrent à une course de vitesse...


...avant de nous faire une démonstration de leur talent d'escaladeurs "branchés".


Quant aux "frênes têtards" qui bordent les canaux de draînage... ils ont parfois de "drôles de tête", vous ne trouvez pas ?


Après restauration, nous faisons un petit tour dans cette région de Chaillezais (c'est de l'autre côté de Chaillé les Marais par rapport à la Maison du Petit Poitou)...


...dés le départ, le public en a plein les yeux !...


Jean Paul ayant décidé de nous expliquer en détail comment se fait par insecte interposé) la fécondation au niveau de cette inflorescence de l'Arum


Plus loin, il est toujours question de botanique apparemment...


...ici ce serait plutôt l'ornithologie qui mobilise l'attention...


...maintenant ce sont les papillons sûrement qui attirent les regards, vu que c'est Allain qui pointe !...


... c'est en effet un nid de chenilles qui s'est installé sur les branches de ce poirier...


Plus loin voici une superbe chrysalide...


Le paysage change : nous sommes redescendus au niveau du marais. Ce que le groupe observe, c'est un troupeau de bovins avec de nombreux hérons garde-boeufs aux alentours.


Le circuit maintenant permet de voir : au premier plan une falaise fossile - au second plan une zone de marais - au fond la butte où est construit le bourg de Chaillé les Marais dont on voit bien l'église.


A Chaillé...nous y voici...autour de la table d'orientation qui domine la "falaise de l'an VII" (que nous descendrons ensuite).


Nous sommes toujours devant une table d'orientation mais cette fois à l'Ile d'Elle, d'où la vue porte à 360°...


Un peu plus loin, nous voici rassemblés devant ce calvaire...le "kangoo ravitailleur" est là (comme tous les jours) pour le goûter...


... c'est le moment que choisit ce tracteur (épandeur de pesticides ou autres produits chimiques) pour nous rappeler que l'un des problèmes du Marais c'est le productivisme à outrance !


Rentrés au gîte, nous avons la surprise de trouver ce papillon de nuit géant !


Voici l'heure de la soupe !


Puis l'heure de faire un peu de ménage (ici au niveau des cuisines) car nous quittons définitivement notre hébergement à St-Michel en l'Herm le lendemain matin.


Troisième jour : la région des marais mouillés (la Venise Verte)


Les tables sont rangées... un dernier coup de balai...



... le chargement du kangoo...


...et nous voici arrivant sur un grand parking à l'abbaye de Maillezais...


Le matin nous visitons ce qui reste de l'abbaye (en cours de restauration)...


...avec ici une vaste salle où de multiples débris ont été rassemblés (pendant la révolution, l'abbaye a servi de carrière de pierres !)


Troisième pique-nique : on prend les mêmes...et on recommence... le cadre bien sûr change mais l'endroit (en bordure d'un verger) est (une fois de plus) fort agréable...


...et les pique-niqueurs... parfaitement satisfaits !


Arrive l'heure de l'embarquement...


Au total : 5 barques (pour les 33 passagers)... 5 jeunes de la région pour nous guider... tous plus sympas les uns que les autres...



Pour s'immerger dans le marais... rien de tel !... 


Nous ne perdons pas de vue l'abbaye... que nous apercevons à plusieurs reprises... de près d'abord, de plus loin ensuite (comme ici)...


Voyez le visage réjoui des participants... la fière allure de notre guide qui dirige son embarcation de main de maître(sse)... tout en discutant avec ses passagers (des bretons pensez-donc... et défenseurs de la Nature en plus... elle a même vu Thalassa et nos "algues vertes" !)...


Mais que se passe t-il ? Pourquoi ces têtes courbées... le sourire amusé d'Annie...la concentration de notre guide...


Vous avez compris : c'est un pont... dont la hauteur (un peu limite) permet de tester la souplesse des clients...


...ainsi que l'habileté des conducteurs !


A l'endroit nommé "la pêcherie" (si mes souvenirs sont bons...) on nous regroupe pour expliquer en détail le fonctionnement des nasses et autres engins de pêche...


...cependant qu'un peu plus loin, un spectacle se prépare : on remue le fond du canal...


...le méthane alors remonte...


...et s'enflamme... comme on le voit ici le long du bord de la barque.


Revenus à terre, nous revisitons l'abbaye n'ayant pas pu tout voir le matin... et notamment nous prenons de la hauteur...


... pour bien voir (matérialisé sur le sol) l'emplacement de la cathédrale (du temps où Maillezais était le siège d'un évêché !


Nous voici pour terminer la journée (et aussi le week-end) à Nieul sur l'Autize...

... le temps de prendre un dernier goûter...


... de visiter la "Maison de la Meunerie" pour ceux qui le désirent... et c'est l'heure de reprendre la route vers Nantes, Rennes et St-Brieuc... où l'arrivée est prévue vers 2O heures !

Ainsi se termine notre 76ème week-end (et l'un des plus lointains !).

Repost 0
25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 20:22
Pour la cinquième sortie de l'année 2009, nous étions nombreux (une soixantaine de personnes !). Le soleil n'était pas garanti au départ : nous sommes même partis sous une averse de l'église de Pléneuf. Heureusement, le temps n'a pas été trop humide par la suite (à une exception près). Il a même été plutôt ensoleillé.
Dimanche matin : Anne FERRON vient de m'envoyer quelques photos (voir à la fin).
Dimanche soir : j'ajoute encore 2 photos (de Alain COSSON cette fois)


C'est sous le soleil de l'après-midi (comme on le voit ici) que le château de Nantois (bien abrité des vents marins et orienté plein sud) a le plus de charme.



Nous sommes maintenant sur le chemin qui va du château (que l'on devine au fond, à gauche) vers les dunes et la grève de Nantois. Jean-Paul parle de la plante invasive dont on voit quelques feuilles (en bas, à gauche) : la Renouée du Japon.



Le groupe progresse... mais évidemment (vu le grand nombre de personnes) en plusieurs groupes...Bleuwen semble vouloir profiter des explications du groupe arrière alors que Mammie aurait plutôt envie de rejoindre le groupe avant !



Le groupe avant le voici justement : il attend sur le sentier qui descend à la grève que l'on aperçoit au fond à l'arrière d'un espace de brousaille avec, plus loin, l'extrémité du golf des Vallées.



La grève : voilà, nous y sommes avec la pointe de Piégu et le Verdelet (où avait lieu notre précédente sortie) en toile de fond.



L'examen des galets du cordon, c'est bien mais il ne faut pas traîner car on nous attend ailleurs !



Nous prenons de la hauteur : nous voilà sur le GR34 et le paysage est superbe...



... aussi bien vers l'ouest comme sur la photo précédente... que vers l'est, c'est à dire en direction de la Ville Berneuf et d'Erquy (que l'on devine au fond, à gauche).



Tout cet espace est resté naturel, la famille de Nantois n'ayant jamais voulu le vendre ! Ce ne sont pourtant pas les occasions qui ont manqué : ici sur cet espace maintenant géré par le département, je me souviens qu'un important projet immobilier a souhaité se réaliser... et il y en aurait eu bien d'autres si...



Arrivés en vue de la Ville Berneuf, le groupe va quitter le bord de mer et le GR34 pour monter (par la route) vers St-Mathurin...



... où l'on a ouvert pour nous la petite chapelle...



... récemment très bien restaurée.



Mais nous ne sommes pas en avance... les chaises de la chapelle étaient certes bien confortables, mais il faut reprendre la route...



... pour gagner la vallée du Préto, à l'endroit où autrefois passait le "petit train" allant d'Erquy à Pléneuf.



Le trajet ancien du "petit train" est maintenant derrière nous... et nous redescendons (au milieu de ce superbe paysage) vers le château de Nantois.



Nous voici dans l'avenue qui mène au château... et il y a toujours des curieux : un groupe autour de Jean-Paul à l'arrière et Alain toujours à la recherche de chenilles et papillons...



... voyez : elle est toute petite cette chenille qui dévore les feuilles du hêtre... mais elle n'est pas passée inaperçue du spécialiste !



Nous venons de rejoindre nos voitures... Il reste cependant encore quelque chose à voir...



... cette superbe "pépinière", à droite du chateau (que l'on voit au fond ainsi que la chapelle)... C'est justement "journée porte ouverte" ... et pour quelques jours encore...



... Olivier de Nantois nous accueille (au milieu de toutes ses plantes en fleurs) pour terminer (en beauté... c'est le cas de le dire !) cette cinquième sortie de Vivarmor Nature.


Voici 3 photos prises par Anne FERRON (que Vivarmor Nature... et Michel GUILLAUME... remercient !)

Le groupe vient d'arriver et j'explique brièvement la situation et l'histoire du chateau de Nantois (ainsi que les modalités de la sortie).



Au même endroit, c'est maintenant au tour de François LEPINE de prendre la parole pour nous raconter (panneau de Michel GRIMAUD à l'appui) l'histoire du "petit train" qui passait non loin du château sur le viaduc du Préto (maintenant démoli).



Au sommet du cordon de galets et là où arrive en mer le ruisseau de Nantois, j'explique l'intérêt du lieu sur le plan historique... préhistorique... et (évidemment) géologique. C'est le seul moment de la sortie qui fut (un peu) arrosé (d'où les capuches et le parapluie encore ouvert... mais plus pour longtemps !).


Voici pour terminer (je crois du moins... mais on ne sait jamais !) 2 photos que vient de m'envoyer Alain COSSON :


Ne confondez pas ces deux ombellifères de grande taille : la Grande Berce (grandes feuilles - à gauche) et l'Oenanthe (petites feuilles - à droite) car la seconde est dangereuse... explique ici Jean-Paul !



Gros plan sur une chenille rencontrée sur le GR34, à proximité de prunelliers sauvages (là où Maryvonne, en voulant observer de près la bestiole, a failli perdre l'équilibre... pour ceux qui ont assité à la scène !). Le papillon nommé couramment Cul Brun est connu des scientifiques sous le nom de Euproctis chrysorrhoea... Voyez : on en apprend tous les jours !
Repost 0
28 mars 2009 6 28 /03 /mars /2009 18:27
Grande marée, beau temps... Vivarmor Nature avait donné rendez-vous, pour la quatrième sortie 2009, sur le parking de la pointe de Piégu à tous ceux qui voulaient en savoir plus sur la région du Verdelet. Les participants n'ont pas été déçus !
Lundi soir : je viens de mettre (voir à la fin) des photos d'animaux rencontrés au cours de la sortie que Sylvie BAN-DANIO vient de me faire parvenir.



Sur le parking les participants rassemblés (35 personnes au total) écoutent les explications de Michel GUILLAUME sur la géologie et de Sylvie BAN-DANIO sur la biologie générale de la région


 Le groupe se rend tout de suite jusqu'à l'îlot du Verdelet (que l'on voit ici à l'arrière plan) pour voir le plus de choses possible sans risquer d'être surpris par la marée montante.


Coquillages, crustacés, poissons... Sylvie est intarissable...


Non seulement elle donne toutes les explications possibles sur chaque espèce...


... mais chacun peut ensuite observer à loisir les animaux dans cet aquarium portatif comme on le voit ici.. Le seul participant déçu est un habitant du coin qui aurait souhaité conserver quelques uns des animaux pour son aquarium : Vivarmor se fait une règle de tout remettre en place après observation !


Il n'y a pas que ce qui vit dans l'eau : les oiseaux aussi sont observés d'autant que Jérémy (qui était sur les lieux pour compter et interroger les pêcheurs à pied dans le cadre d'une étude lancée depuis plusieurs années déjà) vient de rejoindre le groupe.


On voit ici les participants effectuant le retour : nous laissons derrière nous l'îlot du Verdelet pour revenir vers la pointe de Piégu en empruntant comme à l'aller mais en sens contraire le "tombolo' qui relie l'îlot à la côte. Plus loin, il y a une autre photo (de Alain COSSON) qui montre le groupe à l'autre extrémité du tombolo.


 Une fois le tombolo franchi, nous pouvons nous attarder à loisir sur l'estran...


... où, à nouveau Sylvie nous parle en détail de tout ce que nous n'avons pas encore découvert...


... et Dieu sait s'il y en avait des choses !


 Jérémy aussi d'ailleurs avait beaucoup à dire sur la gestion par Vivarmor de l'îlot du Verdelet et des rochers environnants.


Cependant, la mer continuant à remonter, c'est sur le parking que Sylvie continue ses explications...


...elle a en effet, dans sa voiture, quantité de choses encore à nous montrer et à nous expliquer...


  ... depuis le temps en effet qu'elle anime, pour l'association, des interventions dans les écoles...


... elle a une riche collection de photos... et je lui ai demandé de m'en confier quelques unes (parmi ce que nous avons vu) et comme pour les libellules (voir sortie "Libellules"), je vais essayer, prochainement, de vous en présenter quelques unes...

En attendant les photos de Sylvie... en voici 3 qui m'ont été envoyées par Alain et Simone COSSON :


Ici le géologue de service présente la roche locale : la microdiorite de Piégu.


Voici un curieux crustacé décapode qu'Alain a pris en gros plan : c'est un "macropode" me dit Sylvie (et il en existe plusieurs espèces... on ne peut donc pas lui donner un nom plus précis).


Le retour du groupe, au niveau du tombolo... avec le Verdelet en arrière plan.

Voilà, pour terminer, une dizaine de photos, représentant des animaux observés, que Sylvie vient de me faire parvenir :


Sur les rochers (et parfois sur le sable) il y avait de nombreuses pontes. Ici il s'agit d'une ponte de Pourpre (l'animal est décrit plus loin). Les Pourpres (Nucella lapillus) possèdent une glande qui sécrète un liquide utilisé autrefois pour colorer les étoffes : la couleur jaune (et parfois un peu rosée) de ces oeufs en provient.


Ici c'est un Crabe dormeur (Cancer pagurus). C'est dans cette position que nous l'avons effectivement observé sur les rochers non loin du Verdelet.


Pour rester dans la famille des crustacés décapodes, voici une Galathée (ou Tape Cul) dont l'abdomen est replié sous le corps.


Au centre de la photo, sur le bleu d'une valve de moule on voit une coquille de gastropode allongée : c'est celle d'une "Nasse" (Nassarius reticulatus). Sylvie venait de nous montrer comment cette Nasse se retourne quand on la tient en main. Mais ici aucune chance de voir la Nasse se retourner : elle est décédée et c'est un troisième crustacé décapode, un Bernard l'Ermite (ou Pagure) qui occupe les lieux et que l'on voit montrer le "bout de son nez". L'animal dont l'abdomen est mou s'abrite où il peut !


Puisque nous avons commencé à parler "coquillages", continuons avec ces Pourpres (dont la ponte figure plus haut). Notez la présence aussi de balanes (les petites et les plus grosses appartiennent à deux espèces différentes). Les balanes ne sont pas des coquillages mais des crustacés !


Cet autre coquillage est un Cormaillot (Ocenebra erinacea). Pourpres et Cormaillots sont tous les deux des coquillages "perçeurs" : les trous dans les coquilles de moules et autres (dont Sylvie nous a abondamment parlé), c'est leur travail.


Nous avons également observé cette éponge orange du genre Suberites (un animal assez rudimentaire pour ce qui est de l'organisation) que l'on trouve accrochée soit à la roche soit sur d'autres animaux. Pour se nourrir l'éponge fait entrer de l'eau de mer par de multiples petits orifices, filtre cette eau, retient les particules nutitives et rejette le liquide filtré par des orifices un peu plus grands: les oscules


Avec cette Etoile bossue (Asterina gibbosa), c'est la famille des échinodermes qui apparait. La symétrie est radiée avec 5 divisions...


 ... et même s'il ressemble plus à un boudin qu'à une étoile de mer, l'Holothurie (ou Concombre de mer) que l'on voit ici a, lui aussi, une symétrie radiée d'ordre 5...


Le voici (dans son milieu cette fois !) montrant à la fois ses "pieds" (alignés selon 5 bandes : ici on en devine 3) et les tentacules ramifiés qu'il possède autour de la bouche (extrémité située vers le bas).

La prochaine sortie se fera encore dans la région puisque c'est "Autour du chateau de Nantois" que Vivarmor vous convie le samedi 25 avril 2009.





Repost 0
14 mars 2009 6 14 /03 /mars /2009 00:31
Le vendredi 13 mars 2009, près de soixante personnes (58 exactement) ont participé à la "Nuit de la chouette" organisée par Vivarmor Nature en partenariat avec la "Maison Pêche et Nature" de Jugon les Lacs et le G.E.O.C.A (Groupement d'Etude Ornithologique des Côtes d'Armor). C'est la deuxième fois que nous organisons à Jugon une telle soirée (la première fois, c'était en 2007- voir sur le blog "La nuit de la chouette à Jugon les lacs" ). C'est en effet à Langourla que s'est déroulée la "Nuit de la chouette 2008" (voir sur le blog "Soirée chouette et hiboux à Langourla").


Cette première photo pour indiquer que c'est la huitième année que cette opération est officiellement lancée, au niveau national.


Voici la salle en train de se remplir... Elle s'est avérée presque trop petite un peu plus tard quand tout le monde est arrivé. Ce n'était pas en effet la même salle qu'en 2007 et beaucoup ont cherché un certain temps le lieu de la réunion 2009 !


Les deux animateurs (Yann FEVRIER au premier plan et Yannick BELLANGER) sont maintenant présents et la première partie de la soirée va commencer.


La salle est maintenant bien remplie (des chaises ont dû être rajoutées) comme vous le pouvez le voir sur cette photo...


C'est bien sûr principalement des rapaces nocturnes des Côtes d'Armor (voir la dernière ligne en bas de la photo) dont il a été  question. Mais les autres ont quand même été présentés rapidement.


La présentation se termine... c'est maintenant la réponse aux questions posées par de nombreux participants qui veulent en savoir plus.



Après cette première partie en salle, nous sommes allés sur le terrain, au bord de l'étang de Jugon, pour tenter une prise de contact avec les vedettes de la soirée, notamment la chouette hulotte... Peine perdue : aucun hululement n'a répondu à nos appels ! Tant pis : le lac, la nuit, valait (à lui seul) le déplacement.

Repost 0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 23:10

Le mercredi 11 février 2009, le groupe "Patrimoine géologique 22" (qui s'est formé il y a une dizaine d'années au sein de Vivarmor Nature) a invité Jean-Laurent MONNIER, un éminent spécialiste (originaire de St-Brieuc et membre depuis longtemps de notre association), à venir nous parler du quaternaire visible à l'est de la baie qu'il connaît particulièrement bien pour y avoir consacré l'essentiel de ses recherches depuis les années 1970.


La sortie commence à l'Hôtellerie (Hillion). La falaise visible ici est "parlante" et permet à notre guide de nous donner un premier aperçu des principaux évènements qui y ont laissé une trace : ancienne plage avec sable et galets - formation des limons et loess - sols polygonaux formés sous l'action d'un gel intense et prolongé... Il y a cependant une importante lacune entre les formations anciennes (de -350.000 à -130.000 ans) qui forment la moitié inférieure de la coupe et les formations récentes qui commencent avec le dépôt de loess de couleur claire (et qui elles débutent à -18.000 ans)...ce qui s'est passé pendant tout ce temps (entre 18.000 et 130.000 ans donc), il faut donc aller le voir ailleurs...


...et ailleurs, c'est d'abord à l'ouest de la Pointe du Becleu (un endroit qui se trouve non loin de l'entrée du port de Dahouet) où Jean-Laurent à défini le "stratotype" nommé "Formation de la Hauteville". Sur le terrain, cela devient de plus en plus précis : la falaise est examinée du haut en bas et des notions comme celles de "solifluxion", de "limons feuilletés", de "stade isotopique"... sont ici expliquées.


Les amateurs que nous sommes (à l'exception de Jean-Laurent et de ses deux aides), venus avec l'idée d'en savoir un peu plus sur ce qui s'est passé dans la région à l'époque où nos lointains ancêtres commencaient à explorer les lieux, n'en perdent pas une miette... d'autant qu'une petite brochure leur a été distribuée... mais elle est tellement fournie que chacun pour l'instant préfère regarder les choses visibles en falaise... poser des questions... prendre quelques notes pour ne rien oublier...


La coupe suivante se trouve de l'autre côté de la pointe... mais pour l'atteindre, ce n'est pas simple car toute cette pointe a été "privatisée"... et nous devons comme on voit ici prendre des risques (2 participants d'ailleurs ont dû renoncer à mi-parcours...) pour examiner la falaise située à l'est (au fond de ce que l'on nomme l'anse du Becleu) et qui est donc la partie la plus proche de Dahouet.


Sur cette falaise (à l'est de la pointe du Becleu) nous voyons deux "stratotypes" superposés : en effet, en bas, (et les personnes de droite l'examinent) c'est la "formation de la Hauteville" déjà vue... mais au-dessus (là où Jean-Laurent est monté), c'est un second "stratotype" (la "formation de Port Morvan") qui est visible... et dans cette formation il y a des fossiles !


Ces fossiles sont des petits coquillages (terrestres pour la plupart). A Port Morvan même, ils sont maintenant invisibles depuis que les falaises quaternaires de ce secteur ont été enrochées. Ici on les voit encore et voyez que, pour les observer, de près...pour les photographier... certain(e)s n'ont pas hésité à  escalader la falaise à l'exemple de Jean-Laurent qui est monté le premier pour "préparer" les lieux.


Après tous ces efforts, une petite pause permettant à chacun de profiter de son pique-nique, n'avait rien d'immérité ! Par chance le temps était très correct (et même ensoleillé par moment). Nous avions prévu (en cas de pluie) un arrêt à l'abri (au port de Dahouet) mais finalement, nous sommes venus ici, sur le parking de la plage des Vallées, à l'est de la pointe de Piégu (appelée aussi la pointe de Pléneuf). Nous sommes sur l'un des hauts lieux de l'histoire du quaternaire et donc à pied d'oeuvre pour démarrer la seconde moitié de notre sortie.


Nous observons d'abord la falaise située tout près de l'endroit du pique-nique (et des toilettes) : nous sommes ici à l'ouest du petit ruisseau appelé "le Vauclair". Nous examinons des formations récentes, appartenant à la "formation des Sables d'Or" et en descendant nous allons rencontrer des formations plus anciennes. C'est là qu'en 1925 furent découverts : une défense d'éléphant d'abord (ce qui donna l'alerte), puis des dents de chevaux (dont certaines en place sur une machoire) et enfin des restes d'animaux divers. Récemment encore (nous dit Jean-Laurent) des dents de chevaux y ont été trouvées... Malheureusement, il y a quelques mois, des bulls sont venus saccager l'endroit sous prétexte d'enrochements et de protection !


Ici, nous sommes sur les falaises situées à l'est du ruisseau du Vauclair et nous sommes même arrivés assez loin du ruisseau... c'est à dire que nous sommes sur un niveau assez ancien. On voit sur la photo une masse de sable avec des blocs de tailles diverses. Nous sommes au même niveau (explique Jean-Laurent) que celui (à l'ouest du ruisseau) où ont été trouvés les restes de chevaux et d'éléphants. C'est alors que l'une d'entre nous remarque quelque chose de blanc et on creuse prudemment autour de l'objet pour le dégager sans l'abimer...


Voici la trouvaille sortie du sable (qui l'a protégée depuis quelque chose comme 250.000 ans)... On s'apprête à l'emballer consciencieusement dans le sac en plastique avec des indications précises... bien sûr l'objet sera préparé...étudié...au labo... Il est donc trop tôt pour y mettre un nom... mais il est fort possible que Marine tienne en main un os véritable qui, vu sa grosseur, pourrait avoir appartenu à un animal de belle taille ! 


Voici Jean-Laurent devant la falaise de Nantois (de l'autre côté de la petite pointe rocheuse qu limite vers l'est la plage des Vallées). Remarquez au passage l'outil esssentiel du "quaternariste" : avec lequel il "rafraîchit" et prépare pour l'observation la coupe à examiner. Ici, nous explique t-il, il est probable que nous sommes au même niveau que celui dans lequel on a trouvé à Piégu (de l'autre côté de la pointe donc), au cours de la fouille de sauvetage de 1987, des ossements brisés intentionnellement  (voir l'article "Sortie à la pointe de Piégu (Pléneuf Val-André)"). Il s'agit de la "formation de Nantois"


Cette falaise de Nantois est l'une des plus complètes de la région. On y voit en effet (au-dessus de la "formation de Nantois" qui est la plus ancienne) toutes les autres formations précédemment rencontrées. Jean-Laurent une fois de plus paye de sa personne pour nous présenter, à différents niveaux, des coupes caractéristiques.


Le groupe bien entraîné maintenant, ne laisse rien passer. C'est ainsi que nous retrouvons à nouveau des chercheurs en pleine action encouragés... photographiés même... dans leur recherche. Mais de quoi s'agit-il ?


Vu la disposition de la pièce dégagée, ce pourrait être un artefact, cette fois-ci... Nous apprenons cependant que sur l'estran, tout près d'ici, des ossements de bison ont été dégagés. Alors, attendons les conclusions du labo (car bien sûr cet échantillon-ci a été emballé comme le premier pour être examiné de plus près).


Voilà : la journée se termine. Jean-Laurent me confie qu'il adore les journées comme cela sur le terrain. Cette falaise de Nantois (que l'on voit bien ici à l'arrière du groupe) il la connaît dans ses moindres détails. Il l'a vue reculer d'années en années (à sa base, une très ancienne plage fossile par ex. a disparu) mais de nouvelles découvertes peuvent aussi apparaître... Il faut donc connaître et surveiller les lieux... Il faudrait aussi expliquer aux "enrocheurs" et "interventionnistes" de tout poil de ne pas y faire n'importe quoi sans l'avis des scientifiques compétents : il y a eu tant de sites déjà saccagés !


C'était la 39ème sortie du groupe "Patrimoine géologique 22". Si j'ai le temps, je mettrai sur le blog (maintenant que c'est possible) un petit aperçu des 38 sorties précédentes. Bien sûr nous n'avons pas chaque fois un éminent spécialiste à nos côtés ! La prochaine sortie par exemple se fera entre nous le samedi 9 mai 2009 dans la région de Paimpol...

Repost 0