Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Photos de sorties de l'association VIVARMOR NATURE
  • : Découvrir la nature en Bretagne avec l'association Vivarmor Nature (10 boulevard Sévigné - 22000 SAINT-BRIEUC)
  • Contact

Profil

  • GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature)
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite.
 Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite. Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature

Texte Libre

Recherche

23 octobre 2009 5 23 /10 /octobre /2009 21:56

Le dimanche 18 octobre2009, par un temps fort agréable, une bonne vingtaine de personnes a visité les principales formations géologiques du fond de la baie de St-Brieuc. Le but était de reconstituer l'histoire de ces roches qui sont les plus anciennes de France (si l'on excepte les terrains icartiens du Trégor) mais aussi de parler du patrimoine géologique que cela représente.


Voilà pourquoi se trouvaient avec nous deux éminents représentants de la Réserve Naturelle Nationale en Baie de St-Brieuc : Alain PONSERO (le Conservateur) et Anthony STURBOIS (le représentant de Vivarmor Nature). On voit aussi sur la droite de la photo Blandine MAGNETTE (Directrice de la Maison de la Baie qui héberge les gestionnaires de la Réserve). Nous sommes devant l'église d'Yffiniac. Il est 9 heures 30. Il ne fait pas très chaud mais cela va s'arranger !

Nous sommes arrivés à la Grève des Courses et j'explique (photo à l'appui) comment grâce à l'aide de la S.G.M.B. en 1982, nous avons réussi à stopper l'enrochement de la décharge (on le devine tout à fait à gauche sur la photo) qui menaçait de recouvrir les "poudingues de Cesson" lesquels commencent tout de suite à notre droite. Au fond on devine la pointe d'Hillion de l'autre côté de l'anse d'Yffiniac et où nous irons ensuite. Mais regardons d'abord les fameux "poudingues de Cesson"...


Nous sommes ici sur le banc de poudingues situé le plus au sud...


...les galets de ces poudingues sont tous formés d'une même roche : un "granitoïde" avec des caractères de "trondhjémite" disent les spécialistes...


... certains de ces galets sont énormes comme celui que l'on voit ici (en remontant un peu vers le nord)... et ce sont ces galets que l'on a daté à -650 millions d'années.


Entre les bancs de poudingues on voit des "métasédiments" redressés pratiquement à la verticale. l'âge de ces métasédiments est d'environ 600 millions d'années. Sur la photo (en haut) on voit de plus des couches qui sont inclinées : c'est un phénomène (tardif) de "fauchage" : durant les périodes froides du quaternaire des coulées de boue ont descendu les pentes entraînant vers le bas le sommet des couches.


Maintenant nous sommes au niveau de la pointe située le plus au nord (celle qui était menacée en 1982 par la décharge). Les galets que l'on y voit sont plus petits et surtout très déformés ; certains plus que d'autres car ils n'avaient pas tous la même taille à l'origine et surtout parce qu'ils ne sont pas formés comme précédemment par une même roche (on parle ici de "poudingues polygéniques"). L'âge de cette déformation (avec métamorphisme) est d'environ 570 millions d'années.


Nous voici à l'Hôtellerie (sur la presqu'île d'Hillion aperçue au loin tout à l'heure). Nous examinons une falaise avec des formations quaternaires. C'est de là que nous sommes partis avec Jean-Laurent MONNIER pour notre sortie "Géologie du quaternaire en baie de St-Brieuc" (dont les images et commentaires sont toujours sur le blog... où vous pouvez donc aller les voir !).


A la base de cette falaise (sur les terrains briovériens redressés et nivelés... des métasédiments comme précédemment...) on voit les dépôts quaternaires les plus anciens dont l'âge est d'environ 300.000 ans...


... cependant que vers le milieu de la falaise on distingue facilement un niveau de petits blocs rocheux (avec des prolongements vers le bas par endroits qui seraient dus à l'action du gel). Ce banc sépare des limons de deux âges bien différents : 120.000 ans environ pour ceux qui sont en-dessous et 20.000 ans pour ceux qui sont au-dessus. Il y a donc ici une importante lacune !


A partir de la falaise de limon, le groupe progresse vers le nord pour examiner les formations briovériennes de ce côté-ci de l'anse d'Yffiniac...


... celles-ci sont maintenant sous nos pieds... ce sont des tufs volcaniques schistosés pour les parties les plus fines... avec des niveaux plus grossiers par endroits... ils sont toujours en couches verticales... et on devine par endroits des charnières de plis...


Un temps d'arrêt un peu plus loin : nous voilà en présence de quelque chose de "déjà vu"...


... quelque chose que désigne l'extrémité du bâton... et que Dominique s'apprête à photographier...


...pas de doute... ce sont bien des poudingues... mais avec des galets de très petite taille... "polygéniques" comme les derniers que nous avons examinés de l'autre côté... et encore plus déformés ici.


Nous arrivons ensuite à un filon de dolérite... d'un âge plus récent que les métasédiments briovériens dans lesquels il est intercalé : il aurait 330 millions d'années environ (orogène hercynien)...


... il est allongé lui nord-sud...alors que les métasédiments sont approximativement est-ouest... Alain se trouve sur la bordure du filon... ces filons installés à la faveur d'anciennes cassures (celui-ci n'est pas le seul)... des cassures qui auraient pu rejouer récemment et seraient en rapport avec la zone de fracture qui va de Quessoy à Nort sur Erdre...


La présence de minéraux ferro-magnésiens est abondante dans la dolérite... c'est pourquoi les zones altérées ont cette couleur brune qui est la couleur de l'oxyde de fer (sous climat tempéré du moins)...


L'altération en boule est due à la circulation de l'eau dans les fissures de la roche... et à sa pénétration par étapes dans la dolérite elle-même qui est ainsi altérée...


... les "écailles en pelure d'oignon" qui en résultent sont ici très fines (à cause de la texture de la roche) et bien visibles (à cause de l'action de la mer).


Après un pique-nique ensoleillé dans une ancienne école d'Hillion (merci Blandine !), nous voici de l'autre côté de la presqu'île d'Hillion... dans l'anse de Lermot...


... nous y observons ces gros blocs (arrondis par la mer) provenant d'une formation superficielle très riche en fer... on pense que ce sont des restes d'une véritable "carapace latéritique"... on trouve de tels restes un peu partout et ils ont été abondamment utilisés dans les constructions anciennes (comme l'église de Morieux). On les appelle "pierres de renard", "roussards", "pierres des landes"...


Mais ce que nous venions voir ici se trouve un peu plus loin : récemment (avec le groupe "Patrimoine Géologique 22") j'avais repéré ces masses arrondies et allongées (sur lesquelles Alain met la main au premier plan de la photo)...


... je les avais identifiées dans un premier temps comme des "laves en coussins" mais j'avais un doute et voulais avoir l'avis des "pros" de la S.G.M.B. !


Résultat : ce sont bien des "laves en coussins" apparemment... et de plus dans la falaise Pierre JEGOUZO vient de repérer...


une zone (au-dessus de la tête de Monique) qui pourrait bien aussi...


... être des coussins de beaucoup plus grande taille encore ! Dans cette région (vers l'extrémité de la presqu'île d'Hillion) les métasédiments s'intercalent en effet parmi des produits volcaniques... lesquels sont de plus en plus abondants et massifs en allant vers le nord.


De l'autre côté de la baie de Morieux, nous voici maintenant à St-Maurice... Nous examinons une roche connue sous le nom de "Trondhjémite d'Hillion" et dont l'âge est approximativement le même que celui des galets contenus dans les premiers poudingues observés (rappelez-vous : 650 millions d'années)... De là à penser que... à imaginer la mise en place d'une première chaîne de montagnes... des cônes torrentiels arrivant dans des sédiments marins... Nous sommes (après le biovérien) arrivés ici dans le "pentévrien" (encore plus vieux comme nous verrons plus loin)...


... un "pentévrien" pas toujours facile à interpréter... surtout si l'on y inclue (comme le fait la carte géologique au 1/50.000 de St-Brieuc qui est sortie récemment) les "formations de Morieux" que le groupe examine ici à l'embouchure du Gouessant...


...on y voit des "diorites"avec inclusions plus sombres par endroits rappelant la formation de Fort la Latte (les parties les plus claires sur la photo) avec des roches sombres qui sont en fait des filons de roches basaltiques recoupant les "diorites".


La marée était montante quand nous sommes arrivés à Jospinet... nous voici à l'endroit où (en 1959) Jean COGNE a reconnu sous le briovérien la présence d'un socle plus ancien qu'il a nommé pentévrien...


... une "brèche" dans la trondhjémite d'un côté... et celle-ci est visible sur plusieurs mètres dans la roche grenue...


...une zone où débris de trondhjémite et formations sédimentaires plus sombres (les "psammites" des auteurs anglais) se mélangent... voilà ce sur quoi Cogné s'est basé pour définir dans la région un socle plus ancien que le briovérien... mais il faut se presser car la marée n'attend pas !


... et c'est sans doute pour lui éviter un naufrage que Max remonte cette "pêche" ! J'étais derrière à discuter avec Pierre... et ne sais donc pas le fin mot de l'histoire... qui semble réjouir Monique et quelques autres "suiveurs".


Il nous restait à voir les roches les plus anciennes du secteur : les "gneiss de Port Morvan" dont l'âge (calculé en mesurant le rapport Uranium/Plomb des zircons contenus dans la roche) est de 756 millions d'années. Des lits clairs de gneiss quartzo-felspathiques s'intercalent avec des lits plus sombres riches en chlorite. Comme les "formations de Morieux", les "gneiss de Port Morvan" sont recoupés à l'horizontal par un filon basaltique (on le voit au second plan...juste au-dessus de mon bras...) qui pourrait avoir alimenté (vers -600 millions d'années) les épanchements volcaniques formant la série briovérienne d'Erquy 


Très peu de photos sont de moi (on ne peut pas tout faire !). Merci à Alain PONSERO, Anthony STURBOIS et Dominique GUERIN qui m'ont confié les leurs.
Mardi 27 octobre : des photos de la sortie sont également visibles maintenant sur le site de la S.G.M.B. ( sgmb.univ-rennes1 ) . Vous pouvez y aller voir : elles sont un peu complémentaires de celles-ci
Il me reste par contre quelques uns des "tirages" (au nombre de quatre) que j'ai distribué aux participants le jour de la sortie : si vous n'y étiez pas et souhaitez cependant les recevoir : faites moi signe (en me donnant votre adresse postale ou votre adresse de messagerie) et je vous les enverrai !

 



 

Partager cet article

Repost 0

commentaires