Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Photos de sorties de l'association VIVARMOR NATURE
  • : Découvrir la nature en Bretagne avec l'association Vivarmor Nature (10 boulevard Sévigné - 22000 SAINT-BRIEUC)
  • Contact

Profil

  • GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature)
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite.
 Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature
  • J'aime faire un maximum de photos et les faire voir ensuite. Depuis plus de 30 ans, j'ai fondé une association de protection de la nature : Vivarmor Nature

Texte Libre

Recherche

19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 22:53

Le samedi 18 mars 2017, nous avons eu un temps correct pour arpenter pendant 3 heures environ les formations géologiques de la pointe de La Heussaye à Erquy.

On peut diviser en 3 zones ces formations géologiques d'âge briovévien puisque datées depuis 2001 d'un âge de 608 millions d'années : 

- une zone avec des filons couches (appelés sills) intercalés entre des sédiments (grès et schistes)

- une zone avec des laves en coussins

-une zone avec des brèches volcaniques.

Je remercie pour leurs photos Michel LALOI et Yannick LE DUIGOU

 

Ce schéma explique comment se sont formés les "filons-couches" que l'on appelle des "sills spilitiques" car le basalte dont ils sont formés a été transformé par un phénomène de spilitisation (plagioclases devenant de l'albite et pyroxènes devenant des minéraux ferro-magnésiens hydratés tels que la chlorite avec libération de calcite).

Ce schéma explique comment se sont formés les "filons-couches" que l'on appelle des "sills spilitiques" car le basalte dont ils sont formés a été transformé par un phénomène de spilitisation (plagioclases devenant de l'albite et pyroxènes devenant des minéraux ferro-magnésiens hydratés tels que la chlorite avec libération de calcite).

Le groupe arrive sur cette première zone après avoir emprunté la passage du Goulet.

Le groupe arrive sur cette première zone après avoir emprunté la passage du Goulet.

Voici à quoi ressemblent les premiers sédiments rencontrés... redressés pratiquement à la verticale par une première chaîne de montagnes (l'orogène  cadomien qui a débuté vers 570 millions d'annes)

Voici à quoi ressemblent les premiers sédiments rencontrés... redressés pratiquement à la verticale par une première chaîne de montagnes (l'orogène cadomien qui a débuté vers 570 millions d'annes)

Tout de suite les choses se compliquent : un "filon kératophyrique" (proche de la personne qui donne l'échelle) se met en place dans les sédiments que l'on devine dans les régions en creux autour de lui... cependant que sur la gauche du cliché on voit le premier "filon-couche" (reconnaissable à sa couleur rouille)

Tout de suite les choses se compliquent : un "filon kératophyrique" (proche de la personne qui donne l'échelle) se met en place dans les sédiments que l'on devine dans les régions en creux autour de lui... cependant que sur la gauche du cliché on voit le premier "filon-couche" (reconnaissable à sa couleur rouille)

Voici à quoi ressemble le "filon kératophyrique" quand il est altéré. On appelle kératophyre une trachyte sodique souvent associée aux spilites.

Voici à quoi ressemble le "filon kératophyrique" quand il est altéré. On appelle kératophyre une trachyte sodique souvent associée aux spilites.

On voit ici le contact entre un "sill spilitique" (à gauche) et des sédiments...lesquels ont été métamorphisés (couleur plus claire) sur une certaine épaisseur au contact du magma...

On voit ici le contact entre un "sill spilitique" (à gauche) et des sédiments...lesquels ont été métamorphisés (couleur plus claire) sur une certaine épaisseur au contact du magma...

... on appelle "adinoles" ces sédiments métamorphisés dont la couleur est devenus plus claire. Ce sont des cornéennes à grains très fins composées de quartz, albite... et pouvant avoir par endroits des aspects de silex.

... on appelle "adinoles" ces sédiments métamorphisés dont la couleur est devenus plus claire. Ce sont des cornéennes à grains très fins composées de quartz, albite... et pouvant avoir par endroits des aspects de silex.

Cette photo prise d'un peu plus loin montre bien l'alternance des sills et des sédiments.

Cette photo prise d'un peu plus loin montre bien l'alternance des sills et des sédiments.

Intéressons nous maintenant aux sédiments dans lesquels les sills sont intercalés...

Intéressons nous maintenant aux sédiments dans lesquels les sills sont intercalés...

Il y a des bancs de grès (plus clairs, plus épais et généralement plus résistants à l'érosion) que les schistes intercalés.

Il y a des bancs de grès (plus clairs, plus épais et généralement plus résistants à l'érosion) que les schistes intercalés.

On voit sur ce cliché apparaître une certaine schistosité (oblique par rapport à la stratification)

On voit sur ce cliché apparaître une certaine schistosité (oblique par rapport à la stratification)

J'explique que cela est dû à une compression des sédiments... ceux-ci étant par ailleurs entraînés par l'orogène à une profondeur de plusieurs kilomètres.

J'explique que cela est dû à une compression des sédiments... ceux-ci étant par ailleurs entraînés par l'orogène à une profondeur de plusieurs kilomètres.

Voilà ce que cela donne vu d'assez loin.

Voilà ce que cela donne vu d'assez loin.

Autrefois on pouvait voir (comme le montre cette photo) des traces de vagues (ripple-marks)...

Autrefois on pouvait voir (comme le montre cette photo) des traces de vagues (ripple-marks)...

... voilà tout ce qu'il en reste aujourd'hui !

... voilà tout ce qu'il en reste aujourd'hui !

De l'épidote (couleur vert-jaune) s'est formée secondairement dans certaines fissures des sills (ceux-ci contenant de la calcite, cela a favorisé la formation de cet épidote) .

De l'épidote (couleur vert-jaune) s'est formée secondairement dans certaines fissures des sills (ceux-ci contenant de la calcite, cela a favorisé la formation de cet épidote) .

Les alvéoles d'érosion marine sont abondantes par endroits dans les sédiments.

Les alvéoles d'érosion marine sont abondantes par endroits dans les sédiments.

La seconde zone est celle où l'on voit des laves en coussins qui se sont formées lorsque le basalte atteint la surface sous une importante épaisseur d'eau.

La seconde zone est celle où l'on voit des laves en coussins qui se sont formées lorsque le basalte atteint la surface sous une importante épaisseur d'eau.

Le groupe s'approche de cette seconde zone... laissant derrière lui la zone des sills que l'on voit à l'arrière plan.

Le groupe s'approche de cette seconde zone... laissant derrière lui la zone des sills que l'on voit à l'arrière plan.

Devant nous se dresse une falaise abrupte plus ou moins altérée...

Devant nous se dresse une falaise abrupte plus ou moins altérée...

... on y voit des figures comme celles-ci.

... on y voit des figures comme celles-ci.

J'explique que les bandes plus claires qui délimitent des formes ovales sont des bordures de coussins de laves (basalte durci immédiatement au contact de l'eau .

J'explique que les bandes plus claires qui délimitent des formes ovales sont des bordures de coussins de laves (basalte durci immédiatement au contact de l'eau .

Ces coussins se superposent souvent et leur forme permet de connaître la polarité de la série... entre eux il y a parfois des sédiments avec des brèches très fines qui correspondent à des débris de la croute des coussins.

Ces coussins se superposent souvent et leur forme permet de connaître la polarité de la série... entre eux il y a parfois des sédiments avec des brèches très fines qui correspondent à des débris de la croute des coussins.

Ce sont ces coussins empilés que la groupe examine ici...

Ce sont ces coussins empilés que la groupe examine ici...

... et que voici vus de plus près.

... et que voici vus de plus près.

Il y a plusieurs endroits où se voient ces coussins...

Il y a plusieurs endroits où se voient ces coussins...

... qui sont de forme et de taille variable.

... qui sont de forme et de taille variable.

Si on les voit le plus souvent en coupe... en voici cependant qui sont vus en position plus ou moins oblique.

Si on les voit le plus souvent en coupe... en voici cependant qui sont vus en position plus ou moins oblique.

Ceux-ci (vu de l'autre côté de la pointe) sont de petite taille et plutôt arrondis...

Ceux-ci (vu de l'autre côté de la pointe) sont de petite taille et plutôt arrondis...

... ils sont parfois abondants.

... ils sont parfois abondants.

Entre eux il y a (bien visibles à la partie supérieure de la photo) du jaspe ( silice très fine à cassure esquilleuse... diversement teintée par des impuretés).

Entre eux il y a (bien visibles à la partie supérieure de la photo) du jaspe ( silice très fine à cassure esquilleuse... diversement teintée par des impuretés).

Nous avons observé ce jaspe en plusieurs endroits et toujours intercalé entre les coussins de lave.

Nous avons observé ce jaspe en plusieurs endroits et toujours intercalé entre les coussins de lave.

On voit bien sur ce cliché que vient de m'envoyer Gilles MARJOLET l'aspect conchoïdal des cassures de ce jaspe.

On voit bien sur ce cliché que vient de m'envoyer Gilles MARJOLET l'aspect conchoïdal des cassures de ce jaspe.

On trouve aussi dans cette zone à laves en coussins des tuffs...

On trouve aussi dans cette zone à laves en coussins des tuffs...

... qui sont des sédiments très fins résultant de l'accumulation de cendres volcaniques.

... qui sont des sédiments très fins résultant de l'accumulation de cendres volcaniques.

Voici la troisième zone où l'on peut voir des brèches volcaniques formées lorsque le magma basaltique atteignait la surface sous une faible épaisseur d'eau.

Voici la troisième zone où l'on peut voir des brèches volcaniques formées lorsque le magma basaltique atteignait la surface sous une faible épaisseur d'eau.

Ces brèches on les voit d'abord comme ici...

Ces brèches on les voit d'abord comme ici...

... sur des blocs détachés et déplacés par la mer.

... sur des blocs détachés et déplacés par la mer.

Pour les voir en place, il faut aller encore plus loin...

Pour les voir en place, il faut aller encore plus loin...

... et descendre dans une petite crique...

... et descendre dans une petite crique...

... où on voit bien l'aspect variable de ces brèches formées par des éléments assez gros (parfois des morceaux de coussins)...

... où on voit bien l'aspect variable de ces brèches formées par des éléments assez gros (parfois des morceaux de coussins)...

... associés à des débris plus fins.

... associés à des débris plus fins.

Le groupe grimpe ensuite sur cette crête...

Le groupe grimpe ensuite sur cette crête...

... d'où l'on a une vue d'ensemble sur le secteur...

... d'où l'on a une vue d'ensemble sur le secteur...

... avant de redescendre de l'autre côté. Sur cette photo on voit bien (comme je l'ai expliqué sur place) l'une des trois grandes failles qui affectent la pointe : le filon sur lequel nous descendons s'arrêtant sous nos pieds (ou en tous cas quelques mètres plus loin)... et se retrouvant (décalé d'une bonne vingtaine de mètres) vers le haut et sur la gauche du cliché.

... avant de redescendre de l'autre côté. Sur cette photo on voit bien (comme je l'ai expliqué sur place) l'une des trois grandes failles qui affectent la pointe : le filon sur lequel nous descendons s'arrêtant sous nos pieds (ou en tous cas quelques mètres plus loin)... et se retrouvant (décalé d'une bonne vingtaine de mètres) vers le haut et sur la gauche du cliché.

Je viens de résumer l'essentiel de ce que nous avons observé... mais nous avons examiné aussi le fameux filon de dolérite qui recoupe le briovérien... des dépôts quaternaires... et même pour terminer des formations rouges sidérolithiques.

Ce n'est pas la première fois que nous examinons ces formations de la pointe de La Heussaye... vous pouvez par exemple aller voir sur le blog (en faisant catégorie "Géologie") une précédente sortie du groupe : elle porte le numéro 42 et date de 2010. J'ai fait en sorte que les deux compte-rendus soient complémentaires.

 

Partager cet article

Repost 0
GUILLAUME Michel (Vivarmor Nature) - dans géologie
commenter cet article

commentaires